L'oncle Arthur

L'oncle Arthur
  • Théâtre de l'opprimé
  • 78-80 rue du Charolais
  • 75012 Paris
  • L1 Reuilly Diderot - L8 Montgallet - L6 Dugommier
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Le spectacle L’Oncle Arthur s’organise autour de la confrontation de deux écritures différentes, fictionnelle et documentaire, et de la rencontre entre deux langues, le yiddish et le français.

Le metteur en scène invite son père a faire le récit de sa vie de comédien et à raconter son engagement pour la survie de sa langue et de sa culture. Cette proposition s’articule avec la pièce L’Oncle Arthur de Dani Horowitz dans laquelle Peter Stone, un rescapé des camps, imagine un dispositif insensé pour transmettre à son oncle toute la violence et l’absurdité de son expérience concentrationnaire.

La compagnie La Nuit Américaine élabore ainsi une réflexion sensible autour de la notion de mémoire, collective et individuelle, factuelle et mythologique.

La rencontre au plateau de deux générations de comédiens interroge la nécessité et les moyens de transmission d’une langue et d’une mémoire menacées.

Note rapide
7,5/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
7,5/10
4 0
Le 15/03 20h30 Paris

Comment transmettre ? Pourquoi transmettre ? Quoi transmettre ?

La question de la transmission est, en effet, au coeur de ce spectacle. Pour cela Yordan Goldwaser décide de mettre sur le plateau deux comédiens de générations différentes, Rafaël Goldwaser, son père, et Thomas Mallen. Le spectacle commence par un entretien filmé de Rafaël Goldwaser dans lequel il pose la question de l’héritage. Comment, lui, le fils de Zishe Goldwaser, comédien yiddish, peut-il perpétuer la tradition du théâtre que son père pratiquait. Puis il apparaît sur le plateau et décline son identité. Il nous raconte des souvenirs de son enfance comme la première fois qu’il est monté sur un plateau de théâtre auprès de son père. C’était à Buenos Aires dans 1 des 5 théâtres yiddish qui existaient à l’époque (dans les années 50).

Comment faire pour perpétuer ce théâtre que son père pratiquait et dans lequel il est né ? La question se pose principalement aujourd’hui puisque peu de personnes parlent encore couramment cette langue. Laquelle a été considérée, même en Israël, après la seconde guerre mondiale, comme une langue de victimes qu’il fallait oublier ! Rafaël Goldwaser quitte Israël en 1976 pour la France où il intègre l’Ecole Jacques Lecoq. C’est celui-ci qui lui permet de retrouver comme il le dit « l’humour du théâtre yiddish » La deuxième partie du spectacle est formée de passages de

L’oncle Arthur de Dani Horowitz, pièce qui parle d’un rescapé de Theresienstadt, Gabriel Dagan, décidant de remettre en scène l’arrivée des nazis devant son oncle Arthur, qui avait fui avant leur arrivée, laissant sa famille derrière lui. Gabriel Dagan a voulu transmettre à son oncle l’horreur de ce qu’il a vécu. Tentative qui échoue laissant donc place à une pièce de théâtre qui raconte son expérience. Pour représenter les amis de Dagan et son oncle Arthur, Yordan Goldwaser utilise des marionnettes réalisées par Tamaïti Torlasco et Lucie Gautrain. Celles-ci permettent utilement de garder une distance avec ce qui est montré. Un spectacle sur la transmission, le témoignage.

Comment faire pour ne pas oublier un passé, lequel nous permet de construire notre présent. C’est certainement le souvenir qui, parfois, permet éviter de refaire les mêmes erreurs !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor