Le Voyage en Uruguay

Le Voyage en Uruguay
De Clément Hervieu-Léger
Mis en scène par Daniel San Pedro
Avec Guilaume Ravoire
  • Guilaume Ravoire
  • Lucernaire
  • 53, rue Notre-Dame-des-Champs
  • 75006 Paris
  • Notre-Dame-des-Champs (l.12)
Itinéraire
Billets de 14,00 à 38,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

La fabuleuse épopée de cinq taureaux traversant l'Atlantique entre la Normandie et l'Uruguay en 1950

En 1950, Hector Caorsi, riche éleveur uruguayen, se rend en France pour acheter des vaches normandes. Après avoir parcouru la Normandie, il se rend finalement à la Ferme Neuve.
La discussion est brève et l'affaire vite conclue : trois taureaux et deux vaches quitteront les herbages clos de Beaumontel pour la pampa uruguayenne.
C'est là que l'histoire commence...

Une aventure épique qui nous conduit de la Normandie jusqu'à Montevideo et nous fait rencontrer une série de personnages aussi différents qu'un capitaine de bateau, un gaucho uruguayen ou une mère en pleurs sur un quai de gare. Il s'agit d'embarquer afin de tenter la traversée à notre tour...

 

Note rapide
8,3/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
3 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
10 sept. 2016
9/10
42 0
Et oui, ça y est ! C’est la rentrée… Les vacances sont finies, Paris est de nouveau bondé. Ceux qui ont eu la chance de partir se consolent à coups de photos et souvenirs. Les autres rêvent de grands espaces et attendent leur tour….

Il est un lieu où les uns et les autres peuvent se retrouver et poursuivre leur quête d’évasion. Ce lieu au nom prédestiné, c’est la salle Paradis du Lucernaire. Tout en haut du théâtre perchée, elle accueille un spectacle savoureux, touchant, tendre et délicat.

Laissez-vous convier à un double voyage. Voyage vers l’autre bout du monde, précisément l’Uruguay. Et voyage à travers la mémoire d’un petit garçon d’une dizaine d’années. Le garçonnet en question, c’est Clément Hervieu-Léger, et l’histoire qu’il nous raconte, il l’a entendue des dizaines et des dizaines de fois. Car l’un des héros du récit n’est autre que son grand-père, qui fut un éleveur normand réputé. En 1950, un riche propriétaire uruguayen rendit visite à sa Ferme Neuve et lui acheta trois taureaux et deux vaches. L’odyssée venait de débuter…

En 1950, les expéditions sont forcément au long cours et c’est tant mieux. Aux côtés de Philippe, un jeune cousin du grand-père chargé d’acheminer les bêtes de Beaumontel – Normandie à Montevideo – Uruguay, nous voici entrainés à bord d’un train puis d’un paquebot, pour une sorte de « road-trip maritime ». Au gré de la traversée, on s’attache à Philippe, incarné par un Guillaume Ravoire chaleureux, poétique, lumineux, pénétrant, sensible et éloquent. S’appuyant sur un texte précis, tendre et pittoresque, Daniel San Pedro nous offre un spectacle totalement dépaysant, véritable parenthèse enchantée. Grâce à l’empathie immédiate que provoque en nous son comédien – ces deux-là se connaissent bien, et leur complicité plane sur le plateau – on se laisse volontiers et totalement embarquer outre-Atlantique.

Cette histoire à deux voix, entre songe et réalité, nous fait immédiatement partir ou repartir : en vacances, en enfance, dans une contrée où l’on se sent définitivement libre et serein.
4 sept. 2016
8/10
57 0
Repartir en ces temps de rentrée, qui n’en rêve pas ?

Au Lucernaire cet automne on pourra s’évader quelques 70 minutes, se surprendre à oublier le temps d’un récit la grisaille et la bitume fraîchement retrouvés. Et c’est pour l’Uruguay que l’on s’envole ou plutôt que l’on embarque. Le voyage durera plusieurs semaines en compagnie de Robespierre, Osiris, Serpolet, Guerilla… à bord de l’Aphar, le cargo qui emmène Philippe, un jeune vacher normand chargé d’accompagner ses bêtes à bon port à quelques milliers de milles de sa Normandie natale pour les livrer à un éleveur Uruguayen.

Clément Hervieu-Leger a puisé dans sa mémoire et dans ses carnets d’enfance les bribes d’un récit que lui a raconté mille fois son grand père. Comment un vieil oncle, alors tout jeune homme, a quitté sa Normandie natale pour Rotterdam où il embarquât pour un long voyage, avec pour seuls bagages sa fougue et son engagement auprès de ses vaches. Pour servir le texte de Clément Hervieu-Leger, Daniel San Pedro a fait confiance à Guillaume Ravoire : le jeune comédien est tour à tour candide, fougueux, exalté, étonné. Toujours juste, il incarne avec conviction le jeune vacher naïf qui part à l’aventure et découvre la vie des matelots, des navigateurs, des moussaillons. Au gré du récit, il passe du candide vacher au narrateur lui-même, quelques années après avec pour seul accessoire de transformation une paire de lunettes. On se promène donc avec beaucoup de tendresse et d’empathie au fil de cette histoire touchante parce que teintée de nostalgie et de saveurs d’enfance, de fantômes du passé. La mise en scène resserrée dans un décor minimal mais ingénieux, (quelques planches de bois, des bottes de paille, des bidons d’eau) laisse le spectateur imaginer la vie à bord, et les déboires du jeune gaucho forcé d’aider une vache à mettre bas, entre autres péripéties et anecdotes.

Le tout a le goût d’une histoire que l’on se raconte le soir au coin du feu, d’une légende familiale transmise au fil des générations. Entre mythologie et véritable témoignage, Voyage en Uruguay est un témoignage touchant, un hommage vibrant qui nous transporte, le temps d’une soirée, loin de nos préoccupations de rentrée. Et très clairement, ça fait du bien.
4 sept. 2016
8/10
67 0
Le Voyage en Uruguay : un paysan dépaysant.

Convoyer un cheptel bovin de Normandie à Montevideo avec les moyens de transport d'après-guerre peut en effet réserver quelques surprises. La moindre n'est pas cette pièce écrite par Clément HERVIEU LEGER en hommage à son oncle qui vécu tout ou partie de cette odyssée bovine.

Sur un sujet peu susceptible d'enflammer les foules, l'auteur livre un joli support au talent de Guillaume RAVOIRE qui réussit à nous surprendre, nous séduire, nous amuser. On peut regretter que certains personnages secondaires ne soient qu'esquissés voire occultés, mais l'adaptation est sans doute restée fidèle au texte originel. Son interprétation habitée et par moments très physique nous emporte sans peine du bocage à la pampa.

L'espace scénique est pleinement occupé et l'ingéniosité de la mise en scène de Daniel SAN PEDRO est telle qu'on est surpris en sortant de ne pas avoir vu le bout du museau d'Aphar à défaut de celui d'Osiris.

Encore une fois le Lucernaire nous propose un spectacle de qualité, et même en cette rentrée surchargée, n'hésitez pas à naviguer vers l'Amérique du Sud le temps d'une soirée.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor