• Classique
  • Théâtre de la Porte-Saint-Martin
  • Paris 10ème
top5 (1)

Le Tartuffe, avec Arditi et Weber

Le Tartuffe, avec Arditi et Weber
De Molière
Mis en scène par Peter Stein
Avec Jacques Weber
  • Jacques Weber
  • Manon Combes
  • Isabelle Gélinas
  • Agathe Bonitzer
  • Pierre Arditi
  • Loïc Mobihan
  • Théâtre de la Porte-Saint-Martin
  • 18, boulevard Saint-Martin
  • 75010 Paris
  • Strasbourg-Saint-Denis (l.4, l.8, l.9)
Itinéraire
Billets de 14,00 à 60,00
À l'affiche du :
14 septembre 2018 au 28 octobre 2018
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 16:00
    • 20:00
Réservation de tickets

Par avidité, Le Tartuffe (Pierre Arditi) se fait passer pour un homme entièrement dévoué à Dieu. Il a assis son emprise sur les esprits d’Orgon (Jacques Weber) ainsi que sa mère Madame Pernelle, et vit à leurs crochets.

Directeur de leurs consciences, prompt à leur donner des leçons qu’il est le dernier à suivre, il se voit promettre par son protecteur la main de sa fille, Marianne, pourtant amoureuse de Valère.

Cela n’empêche pas Tartuffe de convoiter en même temps la jeune épouse d’Orgon, ainsi que tous leurs biens.

 

Le Tartuffe est une comédie de Molière en cinq actes et en vers dont la première représentation fut en 1669 sur la scène du Palais-Royal. Elle a d'abord été interdite, pour éviter de poser des problèmes à l'Eglise, puis une version remaniée a été autorisée 18 mois plus tard.

La programmation de la Porte St Martin des années 77 et 78 avait été marquée par les mises en scène du Tartuffe de Roger Planchon puis d’Antoine Vitez. 40 ans plus tard, la Porte St Martin renoue avec son Histoire et présente à un an d’intervalle, deux mises en scène radicalement différentes de la même oeuvre, par deux grands Maîtres, Michel Fau en 2017 et Peter Stein en 2018.

Pierre Arditi qui joue très souvent au théâtre, était ces dernières années plus coutumier des comédies contemporaines.

Dans cette distribution, il est accompagné par Jacques Weber qui lui joue essentiellement dans des classiques. Les deux sillonnent les planches depuis la fin des années 60.

Peter Stein est un metteur en scène et réalisateur allemand de 80 ans. 

5

La critique de la rédaction : 5/10. Le Tartuffe n’est pas ma pièce préférée de Molière, cette adaptation, cette mise en scène ne la mettent pas non plus très en valeur.

Le premier acte a l’effet d’un puissant somnifère. Les scènes sont interminables, nous comprenons leur propos dès les premiers vers, mais les dialogues se prolongent à l’infini.

Ce n’est que quand le Tartuffe entre en scène que naît l’intérêt.

Jacques Weber, Isabelle Gélinas et Pierre Arditi jouent bien, les autres rôles également. Ils ont une belle manière de déclamer les vers.

Néanmoins, la mise en scène n’apporte pas l’énergie nécessaire pour réveiller ce classique.

C’est très long.

Note rapide
7,1/10
pour 5 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
40%
3 critiques
Note de 8 à 10
60%
Toutes les critiques
23 sept. 2018
9,5/10
3 0
J’ai découvert Peter Stein avec Le Prix Martin. Étonnant mélange que la rigueur allemande et la folie labichienne ; de curieuse, je devins conquise. Le résultat était parfait. J’ai compris depuis que tout ce que touchait Peter Stein se transformait en or. Il doit lui-même avoir conscience de ce pouvoir et ne l’utilise qu’à bon escient, attendant ses 80 ans passés pour monter son premier Molière et s’attaquer à ce monument du théâtre français. Et pourtant, devant un tel spectacle, il est difficile de croire à une première fois.

Rigoureux, drôle, réaliste, classique, moderne, stylisé, mais surtout incroyablement Moliérien, Peter Stein est de ces metteurs en scène qui partent du verbe pour monter leur spectacle. Étonnamment, je n’avais jamais entendu l’alexandrin pareillement dit : cassant le rythme habituel – le rythme français ? -, son oreille allemande nous le fait percevoir d’une manière différente. Mais ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : j’ai rarement aussi bien entendu le texte de Molière. La déclamation a une allure nouvelle, efface presque les rimes, lisse la versification et lui donne un naturel nouveau.

Ça surprend dans un premier temps… pour finalement convaincre très rapidement, emportés par une langue qu’on redécouvre, à la fois quotidienne et classique. D’ailleurs, pour la rendre la plus accessible possible, Peter Stein a coupé dans le texte tout ce qui pouvait ancrer l’histoire dans un temps passé : les références datées, les tirades évoquants des portraits de Cour ou les longues descriptions du futur marital qui attend Marianne. Étonnante également, cette façon de traiter le Tartuffe aussi comme un drame bourgeois, avec des costumes très disparates : Madame Pernelle et Valère endossent des costumes qui évoquent le XVIIème, Marianne et Dorine ont respectivement une robe et un costume de bonne du début XXème, Damis est plutôt dans un esprit dandy du même siècle, et Orgon et Elmire s’accordent avec des habits des années 30. Tartuffe, quant à lui, porte une soutane intemporelle qui semble traverser les siècles et impacter à sa manière chacun des personnages qui gravitent autour de lui.

Peter Stein est, quelque part, le grand couturier de la mise en scène – mais Yves Saint-Laurent, pas John Galliano. Les coutures sont invisibles, et le tissu semble parfait. Là où une robe s’adapte avec élégance, finesse, et surtout simplicité à la silhouette qui lui est destinée, son travail s’efface derrière la scène qui prend vie de la manière la plus évidente qui soit. Il est de ces travaux qui ne s’analysent pas : quand, soudain, un comédien se trouve en haut de l’escalier, son déplacement nous a semblé si naturel, si nécessaire, si authentique, que nous l’avons suivi sans arrière pensée avec une sorte de béatitude revendiquée.

Remercions aussi une direction d’acteur d’une qualité rare. Devant l’annonce de ce spectacle, j’ai fait la moue : je connais les failles de Pierre Arditi pour l’avoir vu souvent au théâtre ces dernières années. Il n’en est pas question ici. C’est l’Arditi des sommets, celui des Fausses Confidences de Didier Bezace. Peter Stein ne l’a pas dénaturé : par instants, on reconnaîtrait presque Pierre Arditi, à travers à un sourire, un geste, une intonation. Mais le reste du temps il n’est que Tartufferie, et forme avec Jacques Weber un duo des plus grands. Lui aussi s’est transformé. Il propose une succession de Et Tartuffe ? d’anthologie, l’adoration et la bienveillance envers son protégé se lisant dans son regard enfantin. Et soudain les deux personnages côte à côte, la tête reposant sur l’épaule de l’autre, se détachent du reste du spectacle pour ne former plus qu’un. Enfin, lorsqu’Orgon apprend la trahison de celui qu’il croyait son ami, Jacques Weber semble prendre 10 ans d’un coup. Un vrai coup de poignard, pour lui comme pour nous.

Cette potion de transformation qu’il impose à ces comédiens a touché également Isabelle Gélinas, méconnaissable Elmire. Pour Stein, elle reste l’un des supports comiques de la pièce, puisqu’il la fait surjouer dans la scène Elmire-Tartuffe où Orgon est caché sous la table. C’est d’ailleurs avec une grande finesse qu’on s’aperçoit au fil de la pièce qu’elle porte des bas noirs, acmé de sa scène avec Tartuffe, et qui seront dévoilés progressivement, par des gestes toujours subtils. Et sa palette ne s’arrête pas là car, le reste du temps, elle joue une Elmire grande bourgeoise, très classe, solide, comme le pilier principal d’une maison où tout part à vau l’eau. Avec cette force qui lui est propre, elle donne à entendre, sans l’appuyer et avec beaucoup de dignité, cette réplique sur la libre-décision de la femme, comme une réponse de Molière au mouvement MeToo – et que je ne résiste pas à copier ici :

Est-ce qu’au simple aveu d’un amoureux transport,
Il faut que notre honneur se gendarme si fort ?
Et ne peut-on répondre à tout ce qui le touche
Que le feu dans les yeux, et l’injure à la bouche ?
Pour moi, de tels propos je me ris simplement ;
Et l’éclat, là-dessus, ne me plaît nullement.

Si j’avais un bémol – il en faut bien un ! – ce serait dans l’interprétation de Marianne par Marion Malenfant. C’est le seul personnage que Peter Stein fait jouer de manière caricaturale et, si je ne doute pas de son intention première, je pense que ce qu’il a en tête est si précis et si fin à jouer que Marion Malenfant peine à trouver le bon équilibre : elle passe de longues scènes à chouiner bruyamment et ne parvient pas encore à convaincre par sa composition. Mais je ne m’inquiète pas : quand je retournerai voir ce Tartuffe, elle aura trouvé.

On s’incline.
20 sept. 2018
8/10
4 0
Ce qui nous est donné à voir est du Molière dans sa plus stricte expression loin des artifices inutiles.
On a l'impression de voir du concentré de Molière, de l'essence de parfum.
On se délecte du texte servi par d'immenses comédiens. Arditi épatant, incroyable, variant ses effets, capable de passer de l'intrigant inquiétant au bouffon comique.
Mise en scène épurée mais puissante.
Décor magnifique, graphique, vide mais imposant.
Très beaux costumes avec des codes du 19e tout en mélangeant des rappels historiques.
La seule fausse note sera pour le tableau final. Un peu confus, un peu artificiel avec ce Louis XIV un peu surfait.
16 sept. 2018
8/10
4 0
La pièce débute par une fête, danse, musique en tout genres, on boit, on rit, on s'amuse puis après le départ de cette joyeuse compagnie, voilà Mme Pernelle furieuse, elle quitte le domicile de son fils, tout n'est que fracas, mauvaises fréquentations, bals, cette austère personne ne supporte pas cette famille, et dit son fait à chacun. Comme son fils elle ne vénère que Tartuffe !

Tartuffe c'est Pierre Arditi, que j'ai trouvé excellent, la scène du mouchoir avec Dorine est très drôle, il joue sur tous les tableaux, à la limite, pas du tout effrayant, mais ridicule, charmeur, jouissif.

Dorine, c'est Manon Combes, pour moi une découverte, une merveilleuse comédienne, elle a de l'abattage et de l'aplomb. Elmire c'est la charmante Isabelle Gélinas, qui tient bien son rôle. Marion Malenfant est Marianne petite blonde pleurnicharde.

Catherine Ferran campe une austère Mme Pernelle, c'est une valeur sûre du théâtre et on content de la retrouver.

Jacques Weber m'a déçue, certes il est bougon, son élocution laisse à désirer, peut être le stress de la première. J'ai des réserves aussi pour les autres comédiens.

Peter Stein transpose la pièce fin 19ème siècle, Molière en a vu d'autres ! Il a aussi coupé certaines répliques. Un Tartuffe en demi-teinte, la mise en scène de Peter Stein m'a semblée bien classique. la dernière scène est curieuse aussi, Tartuffe revient pour expulser Orgon et sa famille, et nous nous retrouvons au 17ème siècle pour la scène finale... et voilà le méchant Tartuffe "propulsé" dans les airs !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor