• Classique
  • Comédie Française - Salle Richelieu
  • Paris 1er
top5 (4)

La Règle du jeu

La Règle du jeu
De Jean Renoir
Mis en scène par Christiane Jatahy
  • Comédie Française - Salle Richelieu
  • 2, rue de Richelieu
  • 75001 Paris
  • Palais Royal (l.1, l.7)
Itinéraire
Billets de 7,00 à 43,00
Evénement plus programmé pour le moment

Chef-d’œuvre cinématographique dont le scénario est devenu un classique, La Règle du jeu entre au Répertoire dans une mise en scène de Christiane Jatahy. Cette artiste brésilienne, révélée en France en 2013, a présenté en mars 2016 une virtuose adaptation des Trois Soeurs de Tchekhov : What if they went to Moscow ?

Elle travaille depuis ses débuts sur l’interaction entre théâtre et cinéma, sur les liens entre l’acteur et le personnage, la réalité et la fiction. Alliant cohérence dramaturgique et vivacité formelle, c’est à la suite de Jean Renoir – qui s’est inspiré des Caprices de Marianne de Musset et du Mariage de Figaro de Beaumarchais – qu’elle crée cette version théâtrale, s’affranchissant des frontières entre les disciplines pour en sublimer les codes. En scène et à l’écran, les comédiens sont au centre des opérations de connexion : profondeur de champ, déplacement des points de vue, la caméra capte des émotions, surprend des situations.

« Nous dansons sur un volcan », disait le réalisateur au sujet de sa Fantaisie dramatique tournée en 1939. En prise avec les mutations de la société contemporaine, la metteure en scène orchestre, dans un même mouvement, la machinerie vaudevillesque et la dimension tragique de La Règle du jeu. En miroir du château du marquis de La Cheynaye, le plateau de la Salle Richelieu devient le lieu d’une mise en abyme du jeu, d’époques, de l’ici et maintenant.

 

Note rapide
Toutes les critiques
2 févr. 2018
9/10
5 0
Bravo ! Quel vent frais !
'ai été submergé durant toute la représentation comme si on avait un théâtre frais et innovant qui nous était présenté. Evidemment cela ne plaira pas à tout le monde, mais cela a bien marché sur moi :)
1 déc. 2017
9/10
15 0
C'est quand même incroyable que le théâtre le plus traditionnel de France soit devenu le plus avant-gardiste.
"La règle du jeu" a changé les règles, et il se pourrait bien que nous assistions là à une vraie révolution du théâtre !
Cette caméra dans les coulisses brouille les pistes, est ce que le spectacle a déjà commencé ?
Cette même caméra qui poursuit les comédiens dans la rue, est ce que le spectacle est aussi hors de la scène ?
Il y a fort à parier que cette "Règle du jeu" va donner envie à d'autres…
Allez y avec l'esprit et les yeux grand ouverts !
4 sept. 2017
6,5/10
6 0
Mi-film, mi-spectacle, La Règle du jeu entend mélanger deux genres de la manière la plus entremêlée possible.

Dommage, ce mix n'est jamais complètement convaincant. L'actualisation du propos du film original est au mieux maladroite, au pire un peu bête.

Reste la distribution et l'abattage des comédiens du français qui sauve la forme branlante de cette production. Ils sont le seul vrai intérêt ici, et les voir s'amuser autant au plateau est communicatif.
24 mai 2017
9/10
30 0
Plus de 20 ans que je n'avais pas remis les pieds à la Comédie Française, je n'ai pas été déçue du voyage, j'en suis même sortie ébouriffée de cette règle du jeu.

Connaissant le film de Renoir, je n'ai pas de surprise concernant l'histoire mais quel choc ce nouveau concept de 'théaciné', c'est juste génial car on a plus de liberté de mise en scène en profitant du théâtre en entier et même de ses alentours. Ensuite il y a le coté improvisation qui est en fait totalement scénarisée et maitrisée et c'est très prenant, on suit les aventures de Robert qui se lâche devant la caméra en se demandant quelle va être sa prochaine action.

Je comprends qu'on puisse ne pas accrocher en s'attendant à une pièce de théâtre classique où toute l'action se déroule sur scène mais personnellement, j'aime l'espace de liberté que ce concept procure.
S'ouvrant aux nouveaux auteurs et aux metteurs en scène, la Comédie Française a fait appel à la brésilienne Christiane JATAHY. Consécration pour cette dramaturge inconnue en France il y a trois ans et qui présente une adaptation du scénario de Jean RENOIR, lequel met en scène l'insouciance d'une classe bourgeoise. En cassant le 4ème mur, fallait-il briser les règles ?

ENTRE CINÉMA ET THÉÂTRE

Le spectacle s'ouvre sur un film. Cela devient récurrent au théâtre. Mais pour introduire ses personnages et le décor Christiane JATAHY choisit de mettre en scène la troupe de la Comédie Française dans un film de 26 minutes. 26 longues minutes qui nous promènent de la Place Colette avec l'arrivée des invités, aux loges des artistes transformées en chambres d'un important manoir, après que le buffet ait battu son plein dans le hall d'accueil du théâtre. Avec de longs plans séquence la caméra filme au plus près les acteurs du drame à venir. Transposé dans la France de 2017, le héros de la fête André Jurieux (Laurent Lafitte qui a l'air perdu) n'est pas un aviateur mais un marin qui a sauvé des migrants de la noyade. L'hôte Christine (merveilleuse et lumineuse Suliane BRAHIM) est devenue une fille d'immigré du Maghreb et Edouard Schumacher (Bakary Sangaré aux talents sous-utilisés) est un africain. Une volonté de nous confronter à notre rapport à l'étranger dans une époque pas moins troublée que celle du film.

Il y a très longtemps que je n'ai vu le film de Jean RENOIR et les détails de l'intrigue n'encombraient pas ma mémoire, me permettant d'aborder la représentation relativement vierge de tout a priori. Christiane JATAHY a été particulièrement remarquée la saison dernière pour WHAT IF THEY WENT TO MOSCOW, une adaptation des Trois Sœurs de Anton Tchekhov, à propos duquel elle disait "Je suis convaincue que l'on peut concevoir un travail expérimental qui ne soit pas hermétique. Faire tomber le mur qui nous sépare du public". Comme on pouvait le lire dans Le Monde, "sa marque de fabrique : interroger la porosité entre scène et cinéma". Mais après 26 minutes de film en début de spectacle et 10 à la fin, soit 36 mn de cinéma continue sur 2h de spectacle ne serait-ce pas remplacer le 4ème mur du théâtre par un écran blanc ?

La vidéo est devenue quasi omniprésente dans les mises en scène contemporaines. Toutefois son utilisation va de la facilité à la construction de nouvelles scénographies. Que ce soit chez Ivo van Hove (KINGS OF WAR, LES DAMNES) ou Julien GOSSELIN (LES PARTICULES ELEMENTAIRES, 2666) pour ne citer qu'eux, la vidéo, qu'elle soit filmée avant ou qu'il s'agisse de retransmission en direct de captation du plateau, s'intègre dans le spectacle, démultipliant l'espace, sans pour autant supplanter le jeu des comédiens. Si Christiane JATAHY utilise également ces procédés pour LA RÈGLE DU JEU, la longueur des parties filmées sans comédiens sur scène fait regretter qu'elle hésite autant entre cinéma et théâtre.

UN SPECTACLE FOUTRAQUE

Lorsque l'écran blanc se lève il fait place à une longue scène de cabaret. Un style déjanté que l'on si peu l'habitude de voir qu'il a fait fuir quelques spectateurs. Cette scène de joyeuse insouciance d'une bourgeoisie qui se veut contemporaine est un beau moment de comédie. Les lumières se rallument dans la salle et le public est appelé à participer, à réagir, à chanter, à lever les bras. D'abord surpris et dubitatif il se prend au jeu. On participe de bon gré à la fête, riant des frasques de Serge BAGDASSARIAN qui s'amuse avec sa montagne de déguisement, chantant avec Elsa LEPOIVRE (tous deux toujours remarquables).

Mais dans ce joyeux divertissement un peu foutraque se perd l’entrelacs des intrigues amoureuses qui sont le fond de l'histoire. La caméra nous renvoie des images de ce qui se passe dans les coulisses, derrière les pans de décors, mais avec des angles de projection pas toujours très lisibles pour le spectateur distrait par le cabaret qui se joue et se rejoue. Jusqu'au dramatique dénouement final et ce drone qui prend de la hauteur, comme un ultime hommage à ce lieu magnifique qu'est la Comédie Française. Un lieu si chargé d'histoire qu'il m'a semblé avoir impressionné la metteur en scène. Le générique de fin dresse la liste des 42 spectacles joués en ces murs qui ont "inspiré" les décors et costumes de cette RÈGLE DU JEU. Hommage à l'Institution ou manque d'inspiration ?

En bref : Christiane JATAHY importe dans les murs une mise en scène expérimentale et contemporaine et secoue les habitudes de la vénérable maison de Molière. Une mise en scène très cinématographique, chargée et brouillonne qui ne permet pas la pleine expression de l'intrigue romanesque. Si l'on passe un agréable moment, notamment par la qualité de jeu de cette troupe extraordinaire, cette adaptation du film de Jean RENOIR ne convainc pas complètement.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor