• Classique
  • Comédie Française - Théâtre du Vieux-Colombier
  • Paris 6ème
top5 (1)

La Maladie de la mort

La Maladie de la mort
De Marguerite Duras
  • Comédie Française - Théâtre du Vieux-Colombier
  • 21, rue du Vieux Colombier
  • 75006 Paris
  • Saint-Sulpice (l.4)
Itinéraire
Billets de 23,00 à 31,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Une plongée au plus profond des contradictions de l'âme, à l'issue de laquelle Marguerite Duras retrouvera progressivement l'énergie et la force créatrice de ses dernières années.

Dans ce long poème en prose, Marguerite Duras relate l'histoire d'un homme et d'une femme enfermés dans une chambre. L'homme a demandé à la femme de venir et l'a peut-être payée pour cela. Ce qui va se jouer entre eux, c'est d'une part l'exploration de l'absence de désir, mais aussi l'expression d'un amour infini. Les draps dans lesquels la femme est couchée peuvent figurer un linceul, la non-jouissance de l'homme peut signifier un arrêt de mort, toujours est-il que le texte raconte le mystère infini de la relation entre deux êtres ; il touche, selon les mots mêmes de l'auteur, à l'inconnaissable.

 

Note rapide
9,3/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
2 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
25 janv. 2014
9,5/10
71 0
J'ai découvert Duras par ce spectacle et je ne le regrette en rien. La mise en scène intelligente de Muriel Mayette-Holtz et Matthias Langhoff fait appel à la vidéo, projetée sans interruption durant tout le spectacle, derrière un Alexandre Pavloff excellent, donnant à entendre avec brio la langue de Duras. Un spectacle, un auteur, et un acteur à découvrir au plus vite, pour ceux qui ne les connaitraient pas.
21 janv. 2014
9/10
60 1
La Maladie de la mort, long poème en prose écrit lors d'une période de souffrance intense par Marguerite Duras en 1982, décortique l'absence de désir et la difficulté pour l'homme de comprendre le fonctionnement de la psyché féminine.
Duras, dans une réflexion fine, rend hommage au mystère de la femme, à son savoir et à son humilité. La transposition théâtrale de ce court chef-d'œuvre sur le manque d'aimer n'allait pas de soi et pourtant, l'administratrice générale du Français assistée de Matthias Langhoff donne à entendre la langue durassienne avec un désespoir amusé et une sensualité textuelle troublante. Tout repose sur les épaules solides d'un Alexandre Pavloff impérial, tout en contradictions et en nuances. Un superbe moment de théâtre qui prend aux tripes
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor