La fuite (Fabio Gorgolini)

La fuite (Fabio Gorgolini)
De Luigi Pirandello
  • Théâtre 13-Jardin
  • 103a, boulevard Auguste Blanqui
  • 75013 Paris
  • Glacière (l.6)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Nicola gère un restaurant italien au bord de la faillite. Il n’a plus de clients et ses propres employés vont manger en face, «Chez Mario». On vient cependant de lui confier l’organisation d’un repas de mariage.

C’est pour lui une occasion inespérée de sauver son activité. Mais le patron de notre restaurant n’a pas l'habitude des grands buffets. À deux jours de la cérémonie, Nicola s’affaire aux préparatifs mais rien n’est prêt : il n’y a pas assez de chaises, il manque des assiettes, il n’a pas de quoi payer les nappes et Romeo, le mari de Beatrice, la cuisinière, fait irruption dans le restaurant. La rumeur court qu’il a perdu la raison, on ne sait comment… 

Le questionnement de Pirandello sur nos actes involontaires fait irruption dans la cuisine d’un restaurant italien en faillite pour donner naissance à La Fuite, une pièce attachante, à la fois désopilante et profonde, qui traite avec humour et truculence de la fragilité des êtres humains.

Note rapide
8,5/10
pour 4 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
25%
3 critiques
Note de 8 à 10
75%
Toutes les critiques
10 nov. 2021
7/10
3
C’est un des spectacles qui aura été stoppé net par la pandémie. La fuite devait se jouer plusieurs semaines au Théâtre 13 (Glacière) et n'a pu bénéficier l'an dernier que de deux représentations réservées aux professionnels. On peut donc imaginer la joie de l'équipe artistique de pouvoir enfin accueillir le public, (…).

La fuite présente beaucoup de qualités : un décor (de Claude Pierson) impressionnant et adéquat, un texte (de Ciro Cesarano et Fabio Gorgolini) dont les dialogues se répondent en ping pong, des comédiens qui incarnent complètement leur personnage, une atmosphère proche des comédies du cinéma italien des années soixante d'Ettore Scola ou de Dino Risi …

(…) Nous sommes dans la (presque) vraie cuisine d'un restaurant, italien cela va de soi.

Notre œil est attiré à jardin par le bureau submergé de paperasse, la poubelle débordante, le téléphone mal raccroché. Autant l’espace de préparation est nickel, autant tout le reste témoigne que le patron (Ciro Cesarano) est dépassé. De fait, il est au bord de la faillite. Il voit dans la réussite du repas de mariage qui lui est commandé sa dernière chance de se refaire. Et c'est là la première fuite, en l'occurrence de ses responsabilités. Parce qu'on comprend bien que les enchainements de soucis ne vont pas lui permettre d'être prêt. Il manque de chaises, d'assiettes, d'argent pour en acquérir et aussi de temps pour tout faire. Mais il veut faire croire à tout le monde qu'avec un effort supplémentaire le miracle est possible.

Avec lui, deux femmes, qui vont se dévouer pour que ça fonctionne, deux cuisinières, Ginevra (Laetitia Poulalion) et Béatrice (en alternance Audrey Saad ou Amélie Manet). Elles sont les solides piliers de l'histoire. Et puis leurs conjoints, Giorgio (Boris Ravaine ou Gaetano Festinese) qui est le mari de Ginevra, et Romeo (Fabio Gorgolini) celui de Beatrice. Tous les quatre se connaissent depuis longtemps et sont amis. Je me demande si c'est intentionnel mais la pièce est joliment féministe car les hommes en sont les maillons faibles.

La question mérite d'être posée puisque la pièce se réclame de On ne sait comment de Luigi Pirandello, un drame philosophique qui porte une réflexion sur le rôle de l'inconscient. L'auteur sicilien part du constat que l'on peut commettre des actes indépendants de notre propre volonté : "Ça arrive! On ne sait pas comment mais ça arrive!"

Il est logique alors de tricoter autour de la notion de bonne ou mauvaise conscience. Et sur l'intérêt de révéler ce qu'on a sur la conscience alors qu'on ne s'en estime pas responsable. Au risque de désorganiser la marche du restaurant dont le patron peine à ramener son petit monde face aux contingences matérielles qui s'aggravent avec l'apparition d'une fuite dans les toilettes, laquelle mériterait l'intervention d'un plombier, si ce n'était pas si onéreux.

Le drame alterne avec la comédie. Les acteurs réussissent à jouer sur tous les registres de l'émotion et c'est le point fort du spectacle. J'allais oublier … la méthode toute personnelle de Nicola pour gagner du temps quand on a une montagne de pommes à éplucher. La scène est inoubliable !
8,5/10
3
... Un spectacle intéressant par la réflexion à laquelle il nous invite et distrayant dans sa forme prenante, souriante mais pas que… Une fuite à ne pas laisser couler sans la voir. Je conseille ce spectacle...
7 nov. 2021
8,5/10
3
La fuite de Ciro Cesarano et Fabio Gorgolini d’après « On ne sait comment » de Luigi Pirandello Mise en scène Fabio Gorgolini
Drolatique, Réjouissant, Pertinent.
On ne sait comment, dernière pièce de Pirandello interrogeait ce sujet : un acte inconscient dont on se croyait incapable peut-il remettre en question sa responsabilité et déclencher méfiance et suspicion par rapport aux autres. Pourquoi moi et pas eux ?
Ciro Cesarano et Fabio Gorgolini dans une ambiante burlesque s’inspire de ce sujet et nous content les questionnements et les remises en cause de Roméo.
Nicola restaurateur endetté doit organiser un mariage, c’est sa dernière chance pour se remettre à « flots » car depuis l’installation de Mario son concurrent, il a perdu ses clients et pour accroitre son infortune, même sa cuisinière lui fait des infidélités.
Il faut avouer que son époux a été intoxiqué par les moules lors de son dernier repas chez Nicola…..
Nicola est très déchainé, il faut faire au mieux car ce mariage est une aubaine !
L’effervescence règne dans la cuisine, pas assez de vaisselle, de chaises, de monnaie….
De plus, la cuisinière Béatrice n’est toujours pas arrivée, le bruit cours que Roméo son époux a perdu la raison.
Mais que lui est-il arrivé ?


Dans une cuisine quelque peu décrépite, les comédiens nous mènent dans cette aventure avec dynamisme.
Ciro Cesarano , Nicola, patron du restaurant, nous amuse et nous réjouit va-t-il arriver à sauver son restaurant malgré tous ses déboires….
Fabio Gorgolini incarne avec talent Roméo obsédé et perdu par ses questionnements.
Laetitia Poulalion interprète avec énergie et vitalité Ginevra la cheffe cuisinière.
Boris Ravaine, Giorgio, époux de Ginevra et beau marin nous charme par sa prestance.
Audrey Saad, Beatrice, la seconde cuisinière, perturbée par son époux Roméo, nous émeut.

Cette comédie Italienne aux accents chantant, nous resserve de belles surprises, nous rions, nous sommes entrainés dans cette histoire d’apparence un peu farfelue mais qui dénote bien des ombres de l’âme humaine.

Agréable et sympathique moment de théâtre.
18 déc. 2020
8,5/10
20
“Incubo in cucina !”

Ciro Cesarano et Fabio Gorgolini, ont librement adapté “On ne sait comment” pièce peu connue de Pirandello. Le salon bourgeois devient une cuisine crasseuse, mais les thèmes de la folie, de l'adultère et de la trahison sont toujours bien là.

De nos jours, Nicola, patron d’un restaurant italien, est occupé par les préparatifs d’un repas de mariage. C’est une occasion bénie pour le tirer de la faillite. Mais pour cela il faut investir dans les chaises (qu’il empruntera au curé !), la vaisselle il n’y en a pas assez, les nappes sont tachées et devraient être changées, il faut absolument investir mais l’argent manque. Nicola se débrouillera pour obtenir ce qu’il lui faut. Les rentrées d’argent ? il faudrait déjà que le restaurant ait quelques clients… même ses employés vont dîner chez Mario le concurrent en face !

Ce qui préoccupe Nicola, c’est l’attitude de Roméo, le mari de Béatrice, une de ses cuisinières. Il aurait perdu la raison, jaloux il s’imagine que sa femme le trompe avec le patron, Nicola demande à Giorgio compagnon de Ginevra de le tirer de ce mauvais pas. Roméo fait irruption dans la cuisine, ses propos sont confus, mais il a un lourd secret qui le ronge depuis l’enfance.

C’est donc au milieu des casseroles, des plats plus ou moins bien préparés (je vous recommande la manière d’éplucher une pomme !), que le mot “fuite” prend plusieurs sens, la fuite en avant, la fuite des secrets et des mensonges, et aussi la fuite d’eau !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor