Istiqlal

Istiqlal
  • Théâtre des Quartiers d'Ivry
  • 69, avenue Danielle Casanova
  • 94200 Ivry-sur-Seine
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

La quête de Leïla, jeune femme d’origine irakienne éprise d’un correspondant de guerre, pour comprendre ses racines. « Je crois que les gens sont composés de mots et que les mots sont des histoires. »

Cette remarque d’un des personnages d’Istiqlal, nouvelle pièce de Tamara Al Saadi, suggère une possibilité à la fois mystérieuse et salutaire, celle de renouer avec un traumatisme occulté, lié aux violences endurées par le corps féminin lors de la colonisation.

Fruit d’une enquête nourrie d’entretiens, ce spectacle sonde le quotidien de deux amoureux, Leïla et Julien, hanté par les fantômes de femmes des générations précédentes.

Confrontée, à travers la juxtaposition de différents lieux et différentes époques, aux visages et aux voix de ces femmes violentées, Leïla mesure peu à peu à quel point leur souffrance est inscrite au plus profond d’elle-même.

Note rapide
Toutes les critiques
11 nov. 2021
8,5/10
0

Éloquent, Poignant, Dynamique.

Leila est originaire d'Irak, sa mère refuse de lui parler de son pays, de sa famille et même de lui apprendre l’arabe.

Mais qu’a donc vécu cette femme pour qui parler de son passé à sa fille représente trop de souffrance ?

Leila veut connaitre ses racines et comprendre le silence de sa mère.


A travers cinq générations de femmes qui par la magie du théâtre vont se rencontrer sur le plateau:

Jamila la bisaïeule, Aziza l’aïeule, May la grand-mère Amal la mère de Leila et bien-sur Leila.







Ses femmes nous content leurs désirs inassouvies , leurs obligations, leurs douleurs liées à la culture patriarcale ainsi que les violences insoutenables subies dues au colonialisme.

Les non-dits et les secrets jaillissent au grand jour.

Parallèlement, Leila vient de rencontrer Julien correspondant de guerre et en devient amoureuse. D’autres questions vont faire surface. Pour quelles raisons devient-on photographe des drames humains ?



Leila aura-t-elle ses réponses, s’expliquera-t-elle l’attitude de sa mère, sera-t-elle sereine pour s’engager dans une vie de femme et de mère ?

« Je crois que les gens sont composés de mots et que les mots sont des histoires. » nous dit Rand (fille imaginaire de Leila)



C’est un spectacle dynamique, nous sommes en Orient, la danse, les chants font partis du paysage.

La musique parfois traditionnelle parfois contemporaine vient accompagner de belles chorégraphies qui adoucissent les révélations bien cruelles sans pour autant les occulter.

Les comédiens complices entre eux, jouent avec talent et grande vitalité.

Lula Hugot / Amal, mère de Leïla est époustouflante, elle nous fait rire de par sa gestuelle, ses intonations.et ses chapeaux…

Cette belle troupe de 10 comédiens nous émeut et nous ravie.

Belle création qui ne peut vous laisser indifférent.​
11 nov. 2021
7,5/10
10
Des femmes voilées, irakiennes.
Des femmes violées, parce que colonisées.


Ou comment les violences subies par les corps féminins lors des occupations coloniales, (Messieurs les Anglais, suivez mon regard…), comment ces violences-là résonnent dans nos sociétés contemporaines.

C’est la question que s’est posée Tamara Al Saadi, dans cette pièce qui n’est pas sans rappeler les thématiques et les traitements de Wajdi Mouawad, qui a déjà tellement dit et écrit en matière de traumatismes liés aux persécutions et aux violences subies au Moyen-Orient.

Comment cette occultation par une aïeule du viol peut-elle se répercuter sur les générations futures…


Volonté de passer sous silence ou besoin de savoir, de comprendre, appropriation du drame...

Tamara Al Saadi a cherché à savoir ce qu’il en était sur le terrain, en allant interroger des reporters de guerre, des chercheurs sur le monde arabe.
Et puis des membres de sa propre famille.
On n’écrit pas évidemment pas sur un tel sujet sans être soi-même en proie à des résonances familiales.

Il y a une dimension sociologique dans son travail, qui se traduit sur le plateau par la capacité de mettre en mots et en images ce qui n’est pas dit, ou ce qui est refoulé dans une conscience collective familiale.

Elle a ainsi souhaité montrer les conséquences du poids du traumatisme sur une histoire d’amour contemporaine.

Celle d’un couple franco-irakien, entre Leïla et Julien.
On comprend évidemment que ce couple constitue la métaphore d’une relation entre le monde occidental colonisateur, et le monde oriental, le monde colonisé.

Les mécanismes au sein de ce couple sont disséqués de façon assez fine et l’on s’aperçoit très rapidement que le jeune femme souffre d’abord inconsciemment puis très intimement de ces violences subies voici plusieurs générations.

Alors, oui, il y a quelques longueurs.
Oui, la pièce gagnerait sans doute à être resserrée.

Mais ceci dit, les dix comédiens qui parfois jouent plusieurs rôles, ne ménagent pas leur peine ni leur énergie, et nous offrent de bien beaux moments.

Nous verrons sur le plateau ces générations multiples, jeunes et anciennes.

Grâce à la dramaturgie théâtrale, elles pourront se rencontrer et dialoguer entre elles.

Le couple David Houri/Julien et Mayya Sanbar/Leïla fonctionne très bien.
J’ai été très accroché par ce qu’ils nous disent et nous montrent.
Mademoiselle Sanbar conclura la pièce de belle façon, en nous faisant comprendre que la vie peut reprendre le dessus, que les psychés ont finalement intégré tant bien que mal le trauma.

Lula Hugot nous fait beaucoup rire, dans dans son rôle de la mère de Leïla.
Affublée de costumes et de chapeaux « improbables », avec des ruptures très drôles, la comédienne nous amuse beaucoup.

Quant à Tatiana Spivakova, donc les fidèles lecteurs de ce site savent à quel point j’apprécie son travail, Madamoiselle Spivakova nous démontre une nouvelle fois l’étendue de sa palette de jeu.

Elle est déchirante, lors de plusieurs scènes. Nous n’en menons pas large devant celles-ci.
Et puis, elle nous tire bien des rires, notamment dans un rôle d’interprète très appliquée, et très impliquée.

Cette troisième pièce de Tamara Al Saadi comporte donc de beaux moments de théâtre et s’inscrit dans la lignée du travail de Wajdi Mouawad.
Les multiples drames vécus au Moyen-Orient n’ont pas fini d’inspirer auteurs et dramaturges.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor