Hotel Europe

Hotel Europe
De Bernard-Henri Levy
Mis en scène par Dino Mustafic
Avec Jacques Weber
  • Jacques Weber
  • Théâtre de l'Atelier
  • 1, place Charles-Dullin
  • 75018 Paris
  • Anvers (l.2)
Itinéraire
Billets de 11,20 à 42,70
Evénement plus programmé pour le moment

Un homme, enfermé dans une chambre de l'Hôtel Europe, à Sarajevo, a très précisément deux heures pour rédiger un discours solennel sur l’Europe et son futur.

Mais, au moment de prendre la plume, il se perd et se retrouve aux prises avec les contradictions de sa mémoire et de ce continent en déliquescence.

 

593

 

La critique de Perrine (rédaction AuBalcon) : Une pièce de Bernard Henri Levy sur l'Europe et Sarajevo. Un seul en scène de Jacques Weber. On pouvait s'attendre à tout. 

Jacques Weber joue, parle, réfléchit, constate, éructe, rit, partage. L'homme est épatant, à la fois juste, simple et sincère. Dans un décor mouvant et une jolie mise en scène millimétrée, il évolue avec la bande son, partage ses recherches Google avec nous, nous entraine dans ses réflexions, dans sa folie, dans ses peurs et ses doutes.

Le texte est dense, intense, très écrit. Quelques beaux passages sur l'état de l'Europe, sur l'incapacité de nos politiques, sur notre indifférence à la souffrance de l'autre font mouche. On s'attriste avec l'acteur, on rigole parfois, on le suit en tous cas. 

A la sortie certains parlaient de "bouillie intellectuelle" mais ils sont un peu durs. Il faut avouer que BHL s'en donne à cœur joie dans la prolifération de pensées philosophiques et la multitude de références peut perdre de temps en temps. Dans toute cette logorrhée plus ou moins accessible, on a toutefois apprécié plusieurs passages bien sentis et vraiment intéressants. 

BHL on l'a bien compris, se projette totalement dans le personnage qui est en scène. Weber, c'est lui, les mots de l'acteur sont les siens.

Plus que le texte ou les idées, pourtant souvent intéressantes, on a vraiment été conquis par le jeu d'acteur de Jacques Weber, très investi et par la mise en scène.

C'est une pièce qui change, une pièce politique mais pas seulement. Elle pose aussi la question de notre rapport à l'information, à l'informatique, aux autres, au changement, à nos peurs, à nos doutes, à la nostalgie.

Aller voir cette pièce c'est assister au show d'un acteur hors norme et prendre ensuite le temps, longtemps, de digérer tout ce qu'on a vu et entendu.

 

Note rapide
6/10
pour 6 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
17%
3 critiques
Note de 4 à 7
83%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Toutes les critiques
3 oct. 2014
5/10
245 0
BHL est déjà une bête de scène, un rhéteur formidable, un penseur articulé et un activiste efficace. Qu'apporte la mise en scène un peu surjouée de son discours par le truchement de sa genèse ?

Pas grand chose sinon un surpoids de grandiloquence qui, au final, le dessert. L'original très incarné se suffit amplement et surpasse de loin son avatar un peu mince. Et pas seulement parce que l'acteur a maigri. Reste une plongée intéressante et profondément humaine dans les entrailles du philosophe engagé.

Mais on regrette le ton sentencieux qui dessert la nuance du propos.
14 sept. 2014
6,5/10
202 0
Jacques Weber livre ici un véritable tour de force. Il vit littéralement le texte qu'il doit servir et nous embarque avec lui. Sauf que le texte est long, très long même et qu'il est difficile de ne pas décrocher.

Le metteur en scène arrive pourtant à nous récupérer à coup de recherches sur Google qui sont, pour le coup, totalement ancrées dans notre époque mais sinon c'est vraiment trop long.

Reste l'acteur, magistral et qui se dépense sans compter. Il sert réellement le texte de BHL.
11 sept. 2014
7/10
213 0
S'il fallait retenir une chose de cette pièce, ce serait la prestation exceptionnelle de Jacques Weber. Seul sur scène, dissertant pendant 2 heures sur le passé et l'avenir de l'Europe, et parvenant pour autant à captiver l'attention du public et nous entraîner dans son sillage sur les routes du Vieux continent. Quelle prouesse !

Du coup, le caractère inégal du texte de BHL dessert la pièce, alternant entre des fulgurances qui font réfléchir et des lieux communs qui font sourire. Une partition assez attendue et surannée sur les grands hommes et penseurs fondateurs de l'Europe disparus, heureusement mise en musique de façon magistrale par un Jacques Weber habité par son sujet.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor