Pierric, Homme Encadré sur Fond Blanc

Pierric, Homme Encadré sur Fond Blanc
  • Théâtre Tristan-Bernard
  • 64, rue du Rocher
  • 75008 Paris
  • St-Lazare (l.3, l.9, l.12, l.13, l.14, RER E, Trans J et L)
Itinéraire
Billets de 18,00 à 31,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Une pièce comique sans parole pour comédien seul, nourrie par le travail de Tex Avery, Buster Keaton, Pierre Etaix ou encore Samuel Beckett, refusant toute démonstration technique et privilégiant la construction en crescendo.

Homme Encadré sur Fond Blanc est un spectacle à mi-chemin entre le théâtre contemporain et le music-hall, mêlant gags visuels, effets de magie et de lumière.

Plusieurs effets de magie originaux ont été élaborés avec la complicité de Gaëtan Bloom, l’un des plus grands magiciens du monde et certainement l’un des plus créatifs. Gaëtan Bloom a par ailleurs joué dans plusieurs films dont Lacombe Lucien de Louis Malle, Henry and June de Philip Kaufman et Les Sous-doués de Claude Zidi.

Il a également collaboré avec Christian Fechner, Pierre Etaix ou encore Robert Wilson.

Note rapide
9/10
pour 5 notes et 5 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
5 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
21 août 2019
10/10
1 0
C’est un spectacle étonnant, à la fois plein de poésie et à la fois très drôle.

Tout se déroule dans un décor dépouillé, un cube blanc dans lequel se trouve un autre cube blanc et deux portes. Pendant une heure, un homme va chercher à s’échapper de ce dispositif inspiré de Kafka ou d’Escher. Et tout repose sur l’immense talent de l’acteur qui maitrise parfaitement l’art du mime et du jeu de scène.

On rit beaucoup, on se laisse happer par la poésie absurde, on se demande si l’on est dans un film de Tati ou un tableau de Magritte et on est émerveillé par l’adresse, la dextérité et la magie de cet acteur vraiment doué.

Les adultes retrouvent leur âme d’enfant et le les enfants adorent ...
9,5/10
1 0
... C’est délicieux, inventif et ludique, drôle et incroyable. Un spectacle hallucinant et doux où magie, poésie et burlesque sont conjugués au temps présent par un artiste exceptionnel. Je recommande vivement ce spectacle à l’affiche tout l’été.
17 juin 2019
8/10
3 0
Certes, par moments j’avais l’impression d’être en face de Rowan Atkinson, ses mimiques, ses ratages permanents. Pierric, est d’une souplesse, un véritable homme caoutchouc, il se tord dans tous les sens, se penche sans tomber, fait des bascules. Un génie !

Et puis, il y a les moments de magie, avec ces fichus boutons de porte qui lui donnent bien du souci ! Les situations sont un peu répétitives mais c’est le but du jeu !

La petite fille devant moi, s’est bien amusée, les adultes aussi, voilà donc un spectacle pour toute la famille, toutes générations confondues.
14 juin 2019
8,5/10
2 0
« Homme encadré sur fond blanc » de et avec Pierric Tenthorey au théâtre Tristan Bernard est une pause poétique dans un monde clos.

Imaginez-vous enfermé dans une pièce à la blancheur immaculée, aux portes closes, et où repose un cube capricieux, il y a de quoi avoir des angoisses. A cent lieux de l’affiche du spectacle apaisante qui appelle à la méditation.

Pierric, pour les intimes, va en faire la rude expérience, il n’aura qu’un seul but : s’échapper de ce qui rapidement peut devenir un enfer, et l’enfer ce n’est pas les autres…
Un enfer qui est tout de même constitué de deux portes avec des poignées récalcitrantes, des portes qui semblent vouloir rester définitivement closes.

Il va falloir toute l’incroyable agilité de Pierric pour tenter, par moult expériences, de s’évader.
Seulement il y a un petit problème, quand il semble avoir touché au but, c’est le trou noir, et sa tentative recommence de zéro à chaque fois jusqu’à l’épuisement.
Pour les cinéphiles cela n’est pas sans rappeler le film « Un jour sans fin » ou plus récemment pour les théâtreux « Hier est un autre jour ! » avec Daniel Russo et Gérard Loussine.
Une situation qui peut faire rêver mais qui est en réalité très angoissante.

On a beau être champion du monde de la magie, avoir une dextérité sans failles, rien n’y fait quand vous êtes piégé, vous êtes piégé !

Au lever du rideau, ce spectacle accompagné de musiques psychédéliques de Jérôme Giller, nous avons l’impression d’admirer un tableau de Pierre Magritte, récemment exposé au Centre Pompidou.
Immobile dans son costume noir avec la tête rentrée dans les épaules, il donne l’illusion d’une toile que l’on scrute pour savoir s’il est vivant.
Un contraste en noir et blanc où de temps en temps des touches, via divers accessoires, de couleurs viendront donner un peu d’éclat à cette histoire, sans parler des éclairages de Nicolas Mayoraz d’une précision déroutante, au rendu éclatant.

Outre un sifflement parfaitement maîtrisé, dans l’économie des mots, seuls deux d’entre eux viendront rompre cette barrière qu’il s’est imposée, il nous fait voyager par la gestuelle dans son univers, un univers poétique, mêlant le jonglage, la magie, la danse, l’humour.
Cet humour que l’on peut qualifier de visuel est tout à fait étonnant. D’un premier abord on pourrait se dire que l’on va s’ennuyer, qu’au bout de quelques minutes on en aura vite fait le tour, eh bien détrompez-vous, c’est tout le contraire. On ne voit pas le temps passer et quand son enfermement explose c’est avec un énorme soulagement que l’on voit Pierric retrouver le monde sonore auquel nous sommes tous familiers.

Un humour pour certains qui rappellera celui de Jacques Tati ou bien encore celui de Buster Keaton. Pour ma part, j’ajouterai celui de Benny Hill avec son œil rieur, ses grimaces et ses sourires ravageurs : un spectacle en forme de dessin animé.
Pierric Tenthorey ne cherche pas à nous épater, ses tours sont distillés avec un naturel déconcertant, dans une finesse épurée, comme si cela ne pouvait être autrement. Le résultat est bougrement efficace et surprenant.

Le chapeau, son chapeau, sera le clou du spectacle, que je vous conseille d’aller applaudir : Chapeau l’Artiste !
14 juin 2019
9,5/10
21 0
Blanc c'est blanc, je vis dans le blanc...
Voici ce que pourrait chanter ce drôle d'être humain qui apparaît devant nous de dos.
Qui pourrait chanter s'il était doué de la parole.

Durant un peu plus d'une heure, nous allons assister aux tribulations d'un étrange personnage, pratiquement muet, obligé de s'exprimer par le biais du seul langage corporel.

Un type en costume trois pièces noir, chapeau assorti, qui va se retrouver devant nous plongé dans un univers blanc, un drôle de type doit faire face à l'hostilité d'objets à la base inanimés, mais bel et bien dotés d'une âme, l'empêchant de s'échapper de cet étrange lieu.

Des objets à l'âme facétieuse et revêche. Une âme que seules la poésie, la magie, l'illusion peuvent nous révéler.

Le comédien-metteur en scène-magicien suisse Pierric Tenthorey nous propose un fascinant spectacle mêlant avec virtuosité plusieurs disciplines artistiques.
Un spectacle surréaliste, poétique, à l'image de son titre presque emprunté à Magritte, un spectacle étonnant, hilarant, magique, faisant appel à de multiples références culturelles.

Nous allons penser à Jacques Tati, Pierre Etaix, aux grands clowns-mimes, et peut-être surtout en ce qui me concerne à Mister Bean, le prodigieux comique britannique.

Ce spectacle est fait de variations autour d'un thème.
Ce thème, c'est cet homme qui cherche à s'échapper par tous les moyens possibles de cet environnement immaculé, dans lequel se trouvent deux portes, à jardin et à cour, ainsi qu' un gros cube.

Tout comme dans le film « Un jour sans fin », nous allons vivre et revivre la même situation de départ, et en visualiser une foultitude de petits changements, en allant crescendo vers une forme d'aliénation du personnage devant l'adversité !

Oui, l'adversité face à des objets récalcitrants. Des poignées de porte, un cube, une canne, des chaussures, un chapeau, une pochette en tissu, des balles, une cravate. Mais aussi le corps récalcitrant. Rien ne va plus dans ce monde tout blanc.

Les effets, qu'ils soient magiques, corporels, visuels, techniques seront nombreux, afin de nous faire oublier la réalité.

Croyez-vous que l'on obtienne la plus haute distinction de l'Art magique, à savoir le titre de champion du monde de close-up par hasard ?

Pierric Tenthorey est un prodigieux magicien.
Ce qu'il va nous faire voir (ou pas...) force le respect. Quelle technique, quel savoir-faire, quel talent en la matière ! Je n'ose imaginer toutes les heures de travail aride et ingrat pour arriver à une telle maîtrise...
D'autant qu'il ne cherche jamais à appuyer ni forcer ses effets. Tout à l'air si naturel, si facile, si « normal » que ça en devient troublant et merveilleux. Et s'il n'y avait pas de « truc », après tout ?

De plus, qu'est-ce qu'il est drôle, ce suisse !
Jouant avec le public, doté d'une souplesse étonnante et d'une hallucinante gestuelle parfois à la limite du possible, l'homme nous tire bien des rires !

Les effets visuels, sonores et lumineux contribuent eux aussi à la drôlerie du spectacle, avec notamment des éclairages très précis, (lui procurant cinq ombres portées légèrement décalées), une poursuite capricieuse, une bande son jazzy, drôle elle aussi.

Il faut vraiment aller applaudir Pierric Tenthorey.
Son spectacle, déjà joué dans toute l'Europe, est un véritable petit bijou.
Un spectacle qui ne ressemble à nul autre, un spectacle épuré, d'une précision millimétrée, et qui fait douter les cartésiens que nous sommes, faisant vaciller toutes nos certitudes.
Un spectacle qui nous faire croire à l'incroyable.

Incontournable !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor