Désobéir (Julie Berès)

Désobéir (Julie Berès)
  • Théâtre de la Cité internationale
  • 17, boulevard Jourdan
  • 75014 Paris
Itinéraire
Billets de 7,00 à 23,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

« Comment s’inventer soi-même ? ».

Telle était la question lancinante qui habitait Julie Berès lorsqu’elle partit à la rencontre de ces jeunes femmes d’Aubervilliers et des alentours, issues de la première, deuxième et troisième générations de l’immigration.

À travers leurs souvenirs les plus intimes, elle dresse ici le portrait remarquable d’une jeunesse trop souvent absente de nos représentations et des plateaux de théâtre. Une jeune fille voilée s’avance sur le plateau.

Elle nous raconte son histoire. La découverte de l’islam, la trahison amoureuse, le poids des héritages. Puis ce sera le tour de trois autres, toutes aussi révoltées, drôles, touchantes et singulières. Leurs témoignages se croisent et se répondent, nous laissent enfin entrapercevoir l’envers du décor.

Note rapide
8/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
50%
1 critique
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
19 nov. 2018
7/10
5 0
Lou-Adriana Bouziouane, Charmine Fariborzi, Hatice Ozer et Séphora Pondi arrivent sur scène marchants, côte à côte au même rythme. Elles ont le regard fier, défiant le monde. Leur présence montre un aplomb et une confiance prête à tout affronter.

L’une après l’autre, elle prenne la parole et partage un moment de leur vie. Ces jeunes femmes d’Aubervilliers, issues de la première, de la deuxième et troisième générations de l’immigration viennent raconter un moment de rupture. L’une cela va être la conversion par l’amour, l’éducation par la violence, la discrimination par la couleur de peau ou la gestion de sa foi. Mais face à la manipulation, aux coups, à la pression sociale…  elles ont pris leur courage pour dire non. Le chemin de leur destiné c’est à elle de l’écrire et de l’inventer. C’est à elle que revient ce droit et à aucun homme quel qu’il soit.

Les histoires vraies de ces jeunes filles voulant dévorer la vie à pleines dents sont véridiques. Le dramaturge Kevin Keiss avec l’aide d’Alice Zeniter et de la metteure en scène, Julie Berès, ont structuré les récits pour les faire rentrer dans le cadre du théâtre. Ainsi elles ne sont plus vraiment elles. L’histoire écrite met de la distanciation avec leur vrai moi et deviennent des personnages. Malgré les peines et les souffrances, jamais elles ne sont désespérées. D’ailleurs, la moquette noire va être arrachée laissant apparaître une zone dorée. Il faut creuser sous la surface pour découvrir les trésors. Une approche assez originale de Julie Bérés tout comme l’occupation de l’espace. Cette grande scène ne semble jamais vide. Seule ou toutes ensembles, elles sont partout. Leur énergie se dégage surtout lorsqu’elle danse. Leur corps s’arrête rarement de bouger. Il y a même des moments où chacune va réaliser le même geste. On notera une différence dans le rythme. Normal, elles sont différentes donc elles bougent différemment. Différente mais une même force les anime pour rester droite et fière de ce qu’elles sont.

Alors devenez qui vous voulez. Pousser un cri de révolte pour entrer en résistance face à la violence du monde.  Et quand vous aurez acquis des certitudes n’oubliez pas d’inscrire sur un mur : Liberté, j’ai écrit ton nom.
Alors ?
Une grande salle, dépouillée d'accessoires, offre un plateau rigoureusement géométrique.

Les néons se succèdent à intervalles réguliers. Le scotch déposé au sol forme des carrés. Des enceintes sont sobrement disposées au fond de la scène. Seule une chaise noire, installée côté cour, vient casser l'harmonie mathématique du plateau. Elles font une entrée fracassante, le regard fixe, les pas assurés, la trajectoire marque leur territoire, telle un gang, détériorant le mur pour y laisser apparaître un mot : désobéir. Une à une, elles vont se confier au public. Leurs langues se délient. Elles questionnent leur rapport à la religion, aux hommes, à la tradition, à la famille ou encore à leur sexualité.

Elles partagent la même volonté de ne plus être enfermées dans des codes sociaux, culturels ou même psychiques. Les histoires sont celles de leur émancipation, de leur déclic, de leur quête de liberté. Elles sont sorties d'une situation pour assumer une nouvelle situation pas plus confortable. Une véritable leçon.

Clairvoyant, le feu dans la peau, intelligent, on en ressort affranchi.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor