Clouée au sol

Clouée au sol
  • Manufacture des Abbesses
  • 7, rue Véron
  • 75018 Paris
  • Blanche (l.2)
Itinéraire
Billets de 13,00 à 25,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

« Je voulais ne plus jamais l’enlever Plantée devant le miroir Moi avec cette tenue Je l’avais gagnée Ça c’était moi, maintenant Voilà qui j’étais, voilà qui j’étais devenue grâce à ma sueur, à mon cerveau, à mes tripes Ça c’est moi (...) »

Un seul en scène, une femme qui s'est battue pour devenir pilote de chasse. Elle aime la vitesse, se perdre dans l'immensité, le bleu du ciel. Une série d'événements va cependant l'en éloigner et l'obliger à piloter un drone à distance depuis un écran dans une caravane dans le désert du Nevada.

Intouchable, elle décide du sort de la vie des gens depuis sa caravane et retrouve sa famille le soir. L'invulnérabilité n'est qu'un mythe.

Parviendra-t-elle à faire l'aller-retour mental entre ces deux univers, la guerre le jour et la famille la nuit ? 

 

Note rapide
7,3/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
33%
2 critiques
Note de 8 à 10
67%
Toutes les critiques
31 mai 2019
6,5/10
1 0
Laurène Boulitrop adapte et joue le texte "Clouée au sol" de l'américain George Brant.

Elle impose un rythme assez rapide. Pas trop le temps de respirer, le débit se veut dense. Une volonté de l'artiste pour nous plonger au coeur d'une histoire qui va vite, peut-être trop. La jeune aviatrice n'a pas connu de répit entre son métier dans les airs à celui de maman avant de finir avec celui de conductrice de drone.

Les moments de calme se font par le biais des noirs sur scène mis en musique. Une façon peut-être d'installer un côté dramatique. Comme la jeune femme est habitué à tuer des gens via son avion, elle met facilement de la distance avec les évènements qui se passe à terre. Une distanciation qui explique surement le ton toujours égal utilisé. Pas d'émotion qui se fait ressentir juste une perte de contrôle de sa logique. Même lorsqu'elle finit entre quatre murs, seule la posture change, pas l'intensité verbale. Elle s'assoit à même le sol, bras croisés et retire ces chaussures.

Une position statique qui tranche avec celle d'avant qui est soit debout ou assise sur une chaise. Elle ne peut plus prendre de la hauteur. Uniquement les grands voilage blancs ont un léger oscillement sous l'effet d'un ventilateur. Le ronronnement de l'appareil se fait entendre discrètement. Une sobriété qui sert la dureté du sujet sur la guerre en Irak et le rapport entre les Hommes et la guerre.
Afficher le commentaire
Alors ?
"Clouée au sol" est une pièce qui s'inscrit dans un diptyque avec "Charlotte".

J'ignore pourquoi ce rapprochement, si ce n'est que la comédienne et la metteure en scène sont les mêmes : Laurène Boulitrop. Certes les deux histoires évoquent des destins de femmes hors norme mais il n'y a pas d'autre lien. J'y allais un peu à reculons, pas vraiment convaincue de ce que j'avais vu la veille, c'est-à-dire la pièce "Charlotte". D'autant plus que la mise en scène est strictement la même, avec une chaise plus moderne. Ma crainte de ne pas aimer le spectacle redouble : allais-je revoir un spectacle un peu mièvre ? Oh que non car bien plus cru et percutant, il m'a littéralement scotchée au siège. J'ai retenu mon souffle face à cette femme, pilote de chasse, qui vit le cauchemar de tous ses confrères : celui d'être clouée au sol. Elle vaut un million de dollars, de par sa formation, et un beau jour, on lui colle les fesses sur une rocking chair force. Elle a rencontré Eric. L'amour lui a fait prendre du poids. Elle se retrouve avec leur fille, Samantha, dans les bras. Voilà, la raison de sa mutation. Elle était faite pour ceci, là-haut, mais doit se contenter d'ici-bas. Maman va à la guerre, piloter son drone depuis une base. Elle rentre tous les soirs à la maison et elle doit extérioriser sa journée. Tous les soirs, elle rentre de la guerre. Avant, elle buvait des bières avec ses gars et c'était bien mieux comme ça. Elle va sombrer dans la folie, ne distinguant plus la réalité de la fiction.

Boum. C'est explosif.
29 juin 2018
10/10
4 0
La comédienne nous livre une pièce de théâtre rythmée avec une énergie débordante.

Seule sur scène, elle nous embarque pour un vol haut en émotions. Superbe performance ! Je recommande.
Afficher le commentaire
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor