Bestie di Scena, Bêtes de scène

Bestie di Scena, Bêtes de scène
De Emma Dante
Avec Elena Borgogni
  • Elena Borgogni
  • Stéphanie Taillandier
  • Daniele Savarino
  • Leonarda Saffi
  • Ivano Picciallo
  • Carmine Maringola
  • Roberto Galbo
  • Alessandra Fazzino
  • Sabino Civilleri
  • Davide Celona
  • Italia Carroccio
  • Viola Carinci
  • Sandro Maria Campagna
  • Emilia Verginelli
  • Théâtre du Rond-Point
  • 2bis, Avenue Franklin D. Roosevelt
  • 75008 Paris
  • Franklin D. Roosevelt (l.1, l.9)
Itinéraire
Billets à 33,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

D’ici repartira un nouvel élan.

Quatorze comédiens, comédiennes, danseurs et danseuses sur le plateau : Emma Dante les expose, les exhibe.

Corps déshabillés, perdus dans l’espace, en mouvement, ils dansent en sous-vêtements ou nus.

Instants de grâce et images chocs.

 

Note rapide
8,8/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
3 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
18 févr. 2018
8,5/10
13 0
Ce qui est étrange mais c’est aussi cela l’art, c’est la multitude d’émotions, d’opinions que peut susciter un spectacle.

Nous avons vu le même spectacle mais chacun de nous l’a appréhendé à sa manière, selon son vécu, a vu ce qu’il voulait bien y voir, une liberté d’interprétation...
Toujours est-il que la performance de ces 14 comédiens nous plonge dans la société humaine où cette main invisible, nous dicte indirectement nos comportements, nos peurs, nos joies. Chaque comédien et de ce fait « Nous », sommes concernés ou pas à chaque fois qu’un objet fait son apparition sur la scène.

Sortir du rang peut être toutefois dangereux. Mais c’est aussi une société où le collectif a toute sa place.

Nous descendons pour certains d’Eve et Adam, pour d’autres du singe... Cette pièce ne montre pas que la nudité (qui est ici un moyen de s’identifier aux comédiens et de passer au-delà de ces apparences) mais surtout ce spectacle appelle à la découverte et la prise de conscience de l’humanité et de son évolution.

Un bon moment à voir, avec des comédiens qui se mettent à nus au propre comme au figuré.
12 févr. 2018
9/10
11 0
Quand le comédien se met à nu.

Dérangeant au tout début par la nudité abrupte, sans masque, en pleine lumière, et cette expression de souffrance sur les visages, on se laisse imprégner par ce spectacle.
Les comédiens, danseurs, évoluent sur scène, avec un rôle bien défini. On est ému, on rit, mais on ne reste pas indifférent. Bien au contraire.
Chacun y trouve sa propre interprétation.
C'est un bon et très intéressant spectacle que je recommande vivement.
10 févr. 2018
9/10
6 0
Je sais, je me répète, mais j’aime les premières fois. Jusqu’à ce soir, je n’avais vu aucun spectacle d’Emma Dante et j’ai donc choisi un spectacle dans lequel tous les performeurs sont à poil pour me "dépuceler". Cela dit, j’avais vu le film « Palerme » réalisé par Emma Dante, donc pas totalement vierge de ce qui peut trotter dans la tête de la dame.

Ici quatorze artistes coincés quelque part, qui deviendront les pantins malgré eux d’une entité supérieure. Et pourtant ils en sortiront… Pas un mot de plus.

Ce n’est pas rien de se retrouver au troisième rang face à ces performeurs bientôt nus comme des vers. Alors on se concentre sur leurs visages, férocement expressifs (je ne sais pas ce que ça veut dire, mais j’aime bien). Il n’ y aucune sexualisation des corps. Les danseurs-comédiens tentent même de cacher leurs attributs, tant bien que mal, livrant ici un des moments les plus facétieux du trop court spectacle, à peine une heure. Mais le spectacle commence avant le spectacle, avec ce qu’on appellera un échauffement devant le public qui arrive progressivement dans la salle. Je suis d’ailleurs toujours éberlué devant l’indifférence (« ô téléphone mon amour » ou « blababla » on saura tout de leur vie) que montrent certains spectateurs quand les artistes sont déjà sur scène. Mais quel bonheur de les voir évoluer avant les trois coups, de faire connaissance avec ces personnes toutes plus différentes les unes que les autres.

On aime la liberté, le lâcher prise, cet investissement total. On aime cette poupée désarticulée, ce joueur de basket, ce grand singe, cette mangeuse de cacahuètes (à deux doigts de l’étouffement)… Et quand à la fin, il se retrouvent encore face à nous, toujours aussi nus, quelque chose a changé. Une libération. Dans leur regard, dans leur posture, dans notre regard.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor