top5 (7)

Adieu M. Haffmann

Adieu M. Haffmann
De Jean-Philippe Daguerre
Adapté par Jean-Philippe Daguerre
Avec Charlotte Matzneff
  • Charlotte Matzneff
  • Franck Desmedt
  • Julie Cavanna
  • Grégori Baquet
  • Alexandre Bonstein
  • Salomé Villiers
  • Théâtre du Petit Montparnasse
  • 31, rue de la Gaîté
  • 75014 Paris
  • Edgard Quinet (l.6), Gaité (l.13)
Itinéraire
Billets de 18,00 à 32,00
À l'affiche du :
13 janvier 2018 au 3 juin 2018
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 15:00
    • 21:00
Réservation de tickets

Au milieu de la seconde guerre mondiale, les allemands occupent la France.

A Paris, en 1942, un marché peu ordinaire est conclu dans la boutique du bijoutier juif Joseph Haffmann. Ce dernier propose à son employé de lui confier son commerce et de le loger clandestinement en échange.

Pierre Vigneau accepte la prise de risque tout en formulant lui aussi une requête : stérile, il demande à Haffmann d'offrir à sa femme un enfant... Le pacte faustien est ainsi posé.

Combien de temps ce marchandage sera-t-il supportable ?

 

 

Le récit se déroule tel un scénario de cinéma, rapide et haletant. Daguerre, auteur et metteur en scène, a réuni cinq excellents comédiens, dont Grégori Baquet, Molière 2014 de la révélation masculine – Un obus dans le coeur de Wajdi Mouawad.

Le drame personnel du couple se joue dans un décor réaliste et une mise en scène bien rythmée.

Le spectateur est tenu en haleine jusqu'au dénouement... surprenant !

 

132

La critique de la rédaction : 8.5/10. Époustouflés par cette pièce de théâtre !

L’intrigue de l’homme qui demande à sa femme de coucher avec un autre pourrait faire penser à une pièce de boulevard. Elle contrebalance l’intrigue principale, ce même homme cache son patron bijoutier juif dans sa cave. Ces deux histoires s’articulent très bien, nous sommes complètement happés par l’enchaînement de mini scènes rythmées avec des dialogues intelligents, efficaces, avec des sous-entendus et des doubles sens.

Les acteurs sont sensibles, nous nous prenons d’empathie pour chacun des personnages. Sauf peut-être ce couple haut en couleurs qui débarque dans la dernière séquence, pleine d’intensité et de suspense. Eux sont à la fois humains et cruels. L’actrice Charlotte Matzneff est remarquable.

L’ensemble est très bien mis en scène et le fil rouge musical donne encore davantage de consistance.

À ne pas manquer !

Note rapide
8,5/10
32 pour 32 notes et 21 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
19%
19 critiques
Note de 8 à 10
81%
Toutes les critiques
29 avr. 2018
9,5/10
26 0
Je ne peux que vous recommander d'aller voir cette pièce. Le texte est bon, la mise en scène intelligente et le jeu de tous les comédiens fabuleux.

Il y a de l'émotion et beaucoup d'humour. Sur un tel sujet, c'est extrêmement difficile. Et même si on rit à plusieurs reprises, la scène finale est tellement forte, avec une telle pression, que l'on a la larme à l'oeil. C'est un festival d'émotions.

Pas étonnant qu'elle ait eu autant de nominations pour les Molières.
7 avr. 2018
8,5/10
42 0
Monsieur Haffmann est bijoutier juif en France en 1942. Pour sauver sa boutique, il propose à son employé de la reprendre à son nom en échange de la promesse de le cacher dans sa cave. Son assistant accepte mais ajoute une condition au contrat : Monsieur Haffmann fera un enfant à sa femme.

Surprenant synopsis que celui de cette pièce ! L’auteur a osé mêler un sujet grave et difficile à une intrigue digne d’une comédie de boulevard. Au premier abord, ça déroute. On ne sait pas trop à quoi s’attendre. Et puis, les critiques positives nous font flancher. Et si on allait voir par nous-même ? C’est cet enchaînement de pensées qui m’a amenée au théâtre du Petit Montparnasse pour découvrir Adieu Monsieur Haffmann, alors que la pièce n’était pas encore nommée aux Molières.

Et je n’ai pas été déçue ! Le texte est très bien écrit, alternant périodes de tension et moments légers, nous faisant passer du rire au doute et à l’attendrissement. Les personnages de Pierre, Joseph et Juliette sont alternativement délicats, courageux, tendres, drôles, méfiants, assaillis par le doute… Arrive ensuite le couple « d’amis » : l’ambassadeur Allemand et sa femme. Drôlement cruels, légers et insouciants dans une scène chargée de tension, ils apportent une légèreté à la pièce au moment où elle sombrait dans une ambiance pesante où la confiance s'effritait entre les héros.

Un grand bravo à Julie Cavanna qui brille dans le personnage de Juliette. Embarquée dans un contrat sur lequel on ne lui a pas demandé son avis, elle accepte de coucher avec un homme qu’elle connait à peine dans l’espoir d’avoir un enfant. L’actrice transmet à la perfection toutes les étapes par lesquelles passe son personnage. Avec délicatesse, elle montre la peur, la méfiance, l’attachement, l’espoir, l’amour, l’agacement… Le tout avec une justesse et une vérité qui nous font partager le moindre de ses sentiments. A ses côtés, Charles Lelaure est également très bon. Le caractère de Pierre, son personnage, se révèle peu à peu, à mesure que monte sa jalousie et son agacement vis-à-vis de Joseph. Monsieur Haffmann, de son côté, joué par Alexandre Bonstein, reste neutre dans toute situation, ce qui nous permet moins de nous attacher à lui, malheureusement. Enfin, Frank Desmedt et Charlotte Matzneff incarnent à la perfection le couple haut en couleurs qui débarque sur scène comme une tempête au milieu de la pièce: ils savent faire monter et descendre la pression en quelques mots, s’équilibrant l’un l’autre à la perfection.

Enfin, j’ai été conquise par la mise en scène de Jean-Philippe Daguerre. Sur la scène, il a réussi à créer plusieurs univers qui évoluaient en fonction de l’état d’âme des personnages grâce à des jeux de lumière très intéressants. La fenêtre sur l’extérieur placée en arrière scène dans laquelle on voit Pierre entrainement aux claquettes est une idée brillante qui permet de parler sans le dire des moments d’intimité entre Joseph et Juliette.

Un grand bravo à toute l'équipe pour ce joli moment !
4 avr. 2018
8,5/10
48 0
Une superbe pièce sur un sujet douloureux de notre histoire.

Beaucoup d’humour, un très bon jeu de comédiens, une mise en scène très originale...
A ne pas manquer j’ai vraiment été émue et touchée.
9/10
41 0
Le plus évident est de dire que c'est un bijou... eu égard à la profession du mari dans la pièce !

Tout est réussi et réuni dans ce spectacle ! Une belle et forte histoire, une mise en scène inventive sans s'imposer et des acteurs remarquables. Le théâtre a ce pouvoir de nous embarquer quand tout cela est réuni. Les moments de grâce n'arrivent pas tous les jours... ne le manquez pas.

Je prédis d'ailleurs plusieurs nominations et même statuettes de Poquelin à cette pièce !
1 avr. 2018
7,5/10
26 0
Un oxymore théâtral, entre obscurité et clarté.

En pleine seconde guerre mondiale, un bijoutier juif qui n’a plus le droit d’exercer sa profession demande à son employé de reprendre sa boutique. Le bijoutier se cache alors à la cave pour échapper aux nazis. L’employé, stérile, accepte le marché à une condition : que son patron fasse un enfant avec sa propre femme.

Hormis cette affaire d’enfant - plutôt de coucherie - assez originale, l’histoire de Jean-Philippe Daguerre sent un peu le réchauffé. Le juif caché d’un côté, l’officier nazi massacreur de juifs de l’autre, et au milieu les français gentils mais pas trop… L’habituelle configuration de ce type d’histoires maintes fois proposé ne surprend pas vraiment.

Ce qui fonctionne bien c’est la finesse de l’écriture, amenant sans cesse les spectateurs entre sourires et tristesse. Car il y a une réelle humanité dans les personnages, qui sont tous tiraillés entre des sentiments contraires. L’envie d’un enfant et le dégoût d’imaginer sa femme faisant l’amour avec un autre ; la peur des allemands et l’envie de les défier ; la culpabilité de prendre la place de son patron et la fierté de l’évolution professionnelle que cela permet… Comme dans la vie, rien n’est jamais tout noir ou tout blanc.

Le sujet, à l’image de la période historique, est sombre. Pourtant il y a toujours une lueur d’espoir, quelques bons mots et une folle envie de (sur)vivre et de donner la vie. De quoi transformer une histoire triste en récit optimiste. Même caché dans la cave, la lumière du jour n’est jamais loin !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor