Critiques pour l'événement Deux Mensonges et une Vérite
9 janv. 2019
8/10
26 0
Un boulevard très sympa qui s’intéresse au couple, et aux moyens de le garder vivant.

Très bon.
2 août 2018
9,5/10
169 0
Comédie très drôle grâce à la plume des auteurs et au talent des comédiens.
On y retrouve la lassitude d'un couple dans le quotidien routinier de plusieurs années de mariage, la mauvaise foi masculine, la malice féminine et l'ami prêt à se rendre utile mais souvent maladroit. La mise en scène de Jean-Luc Moreau est inventive avec un jeu de panneaux pivotants pour changements de décor... Voilà une excellente pièce dans le petit écrin du Théâtre Rive Gauche !

Cerise sur le gâteau... On rit beaucoup ! Je vous promets un bon moment...
... En conclusion : Du théâtre de plaisir comme on l’aime. Cet énorme succès populaire est largement mérité. Pas étonnant qu’une reprise est déjà prévue en octobre prochain ! Un spectacle irrésistible tant il est désopilant et charmant à la fois.
29 avr. 2018
8,5/10
215 0
Mais si ! On peut faire rire en étant intelligent !

Loin des poncifs vulgaires et affligeants qui circulent - et y'a rien à voir!!! - sur les grands boulevards, voici une vraie bonne comédie sur le couple !!!

L'écriture est fine et efficace, le rythme effréné ne retombe jamais, les comédiens survoltés.
Il faut dire que l'idée de départ est réjouissante, et que la torture que subit le mari est délectable !

Au passage, les auteurs nous livrent une vraie réflexion sur le temps qui passe et l'habitude .....nos ennemis !

La pièce est nommée aux Molières, si j'osais je ferais bien un petit pari ...
10 avr. 2018
9/10
209 0
Qui est pris qui croyait prendre ! Deux mensonges et une vérité est une très jolie fable fort bien troussée qui amène à réfléchir quant à la capacité des « faibles » femmes, amoureuses sans « esbroufe » ( donc ternes), capables de supporter les petits ( ?) et très horripilants travers de leurs maris se croyant (oh les sots !!!) irrésistiblement supérieurs (donc brillants), de les faire tomber de leur superbe et les transformer en « petite chose » mesquine, rageuse, jalouse, prête à tout pour connaitre la supposée vérité, bref, totalement déboussolée . Vérité vraie ou mensonge bidon : piège à con !!
Lionel ASTIER tombe dans ce piège avec une extraordinaire faconde et joue à la perfection le mari en question. Tour à tour supérieur, détestable de suffisance, se croyant invincible dans le petit jeu dont il est à l’origine, puis inquiet et enfin incontrôlable dans sa quête de savoir la vérité, s’appuyant tout en le malmenant sur son meilleur ami interprété par Frédéric BOURALY (au rire célébrissime), dont les expressions de visage sont capables d’alterner en une fraction de seconde une expression de crétinerie totale avec un air de maquignon rusé, déclenchant à chaque fois les rires du public.
Mais que dire de son « épouse », Raphaëline GOUPILLEAU, si ce n’est qu’elle est géniale dans son jeu. Remarquable pour faire passer toutes les émotions de tendresse, de moquerie, de domination jubilatoire, de force et de mansuétude que son rôle impose, elle est le pendant absolu de L. ASTIER.
Tous les autres comédiens dont le rôle va consister à accentuer l’affolement du mari, le font avec une véritable jubilation et savent parfaitement occuper la scène même si l’écriture de la pièce ne leur offre pas la même présence que notre trio « de tête ».
Les décors sont minimalistes mais bien pensés avec de belles touches d’humour et la mise en scène signée de J-L MOREAU, comme d’habitude, ne souffre d’aucune critique !
Post scriptum : Merci du fond du cœur pour l’extraordinaire leçon de plaidoirie interprétée par L. ASTIER : elle fera date et devra être enseignée en cours magistral à la faculté de droit (MDR!!!).
23 mars 2018
8,5/10
89 0
Je dois avouer que quand j’ai vu l’affiche, je n’ai pas tout de suite sauté au plafond. C’est bête hein, mais cela me faisait un peu penser à un jeu télévisé, et ne m’attirait pas franchement énormément. Néanmoins, l’atout-charme – j’ai nommé Raphaëline Goupilleau – faisait quand même son effet, et le spectacle est resté dans un coin de ma tête… Quand j’ai vu que la pièce récoltait des bons retours de manière unanime, je n’ai plus hésité bien longtemps, et réservation fut faite pour mon retour au Rive Gauche. Sage décision.

Le teaser dévoile assez bien la trame et j’étais donc préparée : lors de leur soirée anniversaire fêtant leurs 28 ans de mariage, Philippe a la maladresse de dire à Catherine que plus rien ne pourra le surprendre venant d’elle, qu’ils se connaissent par coeur et que c’est en quelque sorte le témoin ultime d’un amour que rien ne peut plus écorcher. Grosse erreur : pour Catherine, rien n’est pire que d’imaginer qu’elle ne peut plus étonner son mari. Pour lui prouver qu’il a raison, il lui propose un jeu : dans les trois événements de sa vie qu’il va lui donner, deux sont des mensonges et le dernier est une vérité. Elle devine tout de suite. En revanche, les trois propositions qu’elle lui fait sont beaucoup moins évidentes, et le doute s’insinue alors chez Philippe…

Ce n’est pas la première pièce de Nicolas Poiret et Sébastien Blanc que je vois. J’avais souvenir d’une écriture basée en grande partie sur les punchlines, misant son aspect comiques sur des répliques percutantes et bien rythmées plus que sur des situations en elle-même. Ici, c’est bien moins le cas, et c’est véritablement l’histoire qu’on suit avec un vrai plaisir. Jusqu’à la fin, le suspense est à son comble et l’écriture comme les comédiens parviennent à nous tenir en haleine. Face à un spectacle aussi réussi, une crainte potentielle était de rater la fin : écueil évité avec succès.

Évidemment, plaisir immense de retrouver Raphaëline Goupilleau. Toujours aussi piquante, sa voix inimitable, malicieuse, parfois maternante et un rien péremptoire crée chez moi une sensation proche de la béatitude. Lorsque le texte suit, c’est encore plus délicieux. D’autant que ses partenaires sont tout aussi convaincants : à commencer par Lionnel Astier, mari confiant débordant de tendresse sous ses maladresses, et dont le potentiel comique se développe au fil de la pièce. Le trio est complété par un Frédéric Bouraly en grande forme, ami gaffeur loin d’être godiche et qui s’impose en contrepied du couple avec un sens du rythme aiguisé, sans jamais s’imposer. Une belle brochette de comédiens !
1 mars 2018
8/10
33 0
En numérologie, le chiffre 3 symbolise non seulement la créativité et l’originalité, mais aussi l’équilibre, le calme et la raison. Autant de qualités qui paraissent bien s’appliquer au couple formé par Philippe et Catherine. Après 27 années à s’aimer, ils se connaissent tellement que chacun pourrait anticiper le désir de l’autre. Apparemment … Un amour tellement solide qu’il saurait résister à toute épreuve. Apparemment … Pourtant, début 2018, un magazine le prédisait dans sa rubrique horoscope, pour les « 3 », « de janvier à mai, des turbulences cosmiques risquent de fausser votre jugement en matière amoureuse. Ne prenez donc pas de décision irrévocable pendant cette période ». Des lignes qu’il aurait été avantageux de consulter avant d’organiser ce fameux dîner d’anniversaire de mariage et de se lancer dans un jeu de la vérité.

Alors, je vous entends déjà dire : « voilà qu’il se prend pour Mme Irma et confond les feux de la rampe avec les lumières astrales. Fichtre, que viennent faire la numérologie et le chiffre 3 dans cette galère maritale ? »
Regardez le titre « Deux mensonges et une vérité », 2+1 = 3
La pièce compte 6 comédiens : 3 principaux et 3 secondaires
Le couple fête ses 27 ans de mariage, 2+7 = 9, multiple de 3

Étonnant non ? Bien, cessons-là cette accumulation de coïncidences, dont le but n’était que de masquer le manque d’inspiration du rédacteur pour introduire son propos, et venons-en au fait. Nous sommes en présence d’une pièce réussie, dont le succès tient en quelques arguments simples.

Un bon texte d’abord. Le couple, et ses aléas, sont une inépuisable source d’inspiration théâtrale. En l’occurrence, les auteurs, Sébastien Blanc et Nicolas Poiret, font merveille en signant une partition pleine d’humour. Si les planches sont habituées à voir se jouer le destin incertain de jeunes couples, cette pièce mise sur un « vieux » couple et la connaissance de l’autre. Une originalité payante tenant le spectateur en haleine du début à la fin.

Les comédiens ensuite, car un bon texte n’est rien sans une interprétation de qualité. Raphaëline Goupilleau joue, avec un bonheur jouissif, le mystère face à un Lionnel Astier épatant d’agacement et de mauvaise foi. Ce duo est secondé par les excellents Esther Moreau, Philippe Maymat et Julien Kirsche. Quant à Frédéric Bouraly, interprétant un personnage spécialiste des théories abracadabrantesques, il est à mourir de rire.

Le rire enfin, car il est la résultante logique d’une alliance réussie entre le texte et les comédiens. Il s’installe dès les premières minutes et ne lâche pas le spectateur de toute la pièce. Un vrai bonheur.

Sans mentir, « Deux mensonges et une vérité » est véritablement à voir.
Au passage, avez-vous remarqué ? Non ? Mon argumentaire tient en …3 points :-)
17 févr. 2018
9,5/10
20 0
C'est un petit bijou de comédie, un bonbon savoureux servi par une troupe qui semble jubiler à jouer cette partition brillamment écrite que la mise en scène de Jean-Luc Moreau vient servir avec une grande justesse. Oui, ceci est une critique dithyrambique et peu nuancée, en même temps j'ai très peu souvent eu l'occasion d'autant éclater de rire au théâtre (La tirade du Chêne et du poulpe devrait devenir culte, tout autant que l’extraordinaire plaidoirie...)

Un des coups de génie de cette comédie réussie, c'est sa distribution originale qui réunit des talents aussi différents que Lionnel Astier (Génial d'énergie, un sens du rythme à toute épreuve, tellement généreux), Frédéric Bouraly (Délicieusement gaffeur, touchant et drôle) et Raphaéline Goupilleau (Décidément superbe dans tous les registres, d'une précision redoutable, quel bonheur de la voir s'amuser autant dans une comédie). On peut citer aussi les 3 autres comédiens Esther Moreau, Julien Kirsche et Philippe Maymat qui, s'ils sont moins bien servis par le texte, n'en sont pas moins efficaces et amusants.
Bref, j'ai adoré rire, il y a sûrement ça et là quelques bémols, mais j'avoue m'être complètement et inconditionnellement laissé embarqué ! Je dis Bravo et merci !
1 févr. 2018
8/10
49 0
J'ai trouvé cette pièce pleine d'humour et de fantaisie.
Les acteurs nous tranportent avec talent dans un monde improbable.

Les rôles principaux L. Astier, R. Goupilleau et F. Bouraly sont particulièrement bien interprêtés.
J'ai bien aimé la mise en scène, ainsi que les changements de décor (en robes d'avocat !)

Beaucoup de rires dans la salle !
26 janv. 2018
9/10
71 0
Raphaëline Goupilleau, femme-enfant, papillonnant à droite, à gauche, un air innocent pour balancer les « trois énigmes » à son mari, l’air de rien, elle attise le feu, sans se cacher d’ailleurs, tout en gardant le contrôle, elle sait jouer sur tous les tableaux. Lionnel Astier, bougon, charmeur, avocat sans trop de scrupules, j’ai adoré sa « plaidoirie » sur les glandeurs, il est parfait. Un beau duo avec Frédéric Bouraly, le meilleur ami, l’associé, le roi de la gaffe, qui se prend des claques comme tous les bons amis d’ailleurs. Et leur plaidoirie finale pour sauver « l’assassin à l’huitre » est un grand moment !

De très bons comédiens, avec une présence scénique et un sens du comique indéniables, grâce à la mise en scène de Jean-Luc Moreau. Raphaëline Goupilleau retrouve ses auteurs de «Même pas vrai » bien déjantée déjà (je parle de la pièce...).

Une comédie bien écrite, amusante, avec des situations si improbables qu’elles provoquent le rire !
19 janv. 2018
8/10
44 1
Pourquoi les gens qui s'aiment ont besoin de se mettre en danger pour se prouver qu'ils s'aiment ? C'est une pièce pleine d'humour, de surprises et de rebondissements.

Une idée originale qui vaut son pesant de cajous. Grace à la mise en scène, toujours aussi précise, de Jean-Luc Moreau on en oublie le décor minimaliste. Les acteurs, chacun dans son registre, s'en donnent à cœur joie pour nous faire éclater de rire.Tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette joyeuse comédie un succès. Une très bonne surprise théâtrale. Incontournable ! Sans mentir allez-y vite ...