Yourte

Yourte
  • Théâtre 13-Seine
  • 30, rue du Chevaleret
  • 75013 Paris
  • Bibliothèque François-Mitterrand (l.6, l.14, RER C)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Un soir d’été 98, alors que la France entière agite des milliers de drapeaux tricolores, quatre enfants en protestation se font une promesse : « Un jour on vivra toutes et tous ensemble dans une Yourte !».

Quitter la ville, troquer mille supermarchés pour un potager, larguer patrons, voitures, ordinateurs, smartphones, argent, et ne viser plus qu’un seul but ensemble : la cohérence. Vingt ans plus tard, ces enfants ont grandi, leurs rêves aussi…

Note rapide
7,5/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
3 critiques
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Toutes les critiques
6 sept. 2020
7,5/10
1
C’est la reprise du théâtre pour moi après toute cette période étrange. Et c’est assez troublant de me retrouver là, éloignée les uns des autres, masquée, aspergée de gel hydroalcoolique, mais bien présente avec les autres personnes du public et les comédien.ne.s pour profiter de ce moment théâtrale.

Ce sont d’ailleurs eux/elles qui nous accueillent, chaleureux.se.s et impatient.e.s, qui nous aident à nous placer. Et puis la pièce peut commencer.

La compagnie Les mille Printemps, nous propose un spectacle dans la lignée de Mon Olympe. Même si le thème diffère, le procédé est le même : un sujet d’actualité au cœur de leurs préoccupations traité sous l’angle des 20/30 ans avec beaucoup d’énergie, de musique (au passage, superbe création musicale de Balthazar Ruff) et surtout beaucoup d’engagement personnel.

La pièce, malgré certaines longueurs et un coté un peu désordonnée, est très intéressante, joyeuse et inspirée.

Yourte, ça parle d’écologie, de tri, de choix, d’actions individuels et collectifs, mais surtout d’hommes et de femmes confrontés à tout ça. L’intérêt de cette pièce est d’ailleurs dans cette approche personnelle et subjective. Il ne s’agit pas d’un traité global et exhaustif sur l’écologie. Non, c’est plutôt une perspective, un éclairage fait par ce groupe de jeunes à un instant T. Il est très probable que si l’on reprenait les mêmes comédien.ne.s et auteures dans 10 ans pour réécrire la pièce le résultat serait complétement différent.

Quelles sont les conséquences des choix individuels, des convictions de chacun ? Pour soi-même, pour son entourage, pour la société ? Quelles sont les contraintes rencontrées par ces jeunes face à leur envie de vivre à fond leurs idéaux ? Comment peuvent-ils gérer les contradictions entre leurs convictions et leurs désirs individuels ? Entre leur certitude et le la réalité ? Où doit on placer le curseur, entre prise de conscience et utopie ? Nos actions individuelles vers un monde, une vie meilleure sont-elles excessives, insuffisantes, négligeables ou efficaces ?

Cette jeune troupe soulève ici, sans jugement ni manichéisme, quelques-unes de ces questions.

L’écriture au plateau a permis une belle diversité dans les positions et une implication forte des comédien.ne.s dans le projet. Ils sont présents, avides et heureux de nous partager leur témoignage.
Et on est content de partager tout ça avec eux.
5 sept. 2020
7/10
1
Le spectateur n'en a pas la perception (les costumes sont peu datés) mais la première scène se passe il y a une vingtaine d'années, un soir d’été 98, alors que la France entière agite des milliers de drapeaux tricolores, et que des millions de pauvres regardent quelques individus courir après un ballon.

Quatre enfants en protestation se font une promesse : "Un jour on vivra toutes et tous ensemble dans une Yourte !". Quitter la ville, troquer mille supermarchés pour un potager, larguer patrons, voitures, ordinateurs, smartphones, argent, et ne viser plus qu’un seul but ensemble : la cohérence. Vingt ans plus tard, ces enfants ont grandi, leurs rêves aussi… Résisteront-ils ? Le pacte est-il toujours sacré et irrévocable ? Est-il encore temps de réaliser leur promesse ?

Yourte raconte l’histoire de ces enfants du XXIème siècle qui ont grandi sous l’ère de la mondialisation et du capitalisme et qui, face aux menaces écologiques et les enjeux politiques qu'elles sous-tendent, décident de tout plaquer pour se réinventer. Ils et elles imaginent, inventent et construisent un nouveau monde, une manière de vivre qui leur ressemble et qui les rassemble.

Vivre ensemble en redécouvrant les saveurs de l'entraide, du partage, de l'égalité au sein d'un espace vert où béton, consommation, carriérisme et individualisme n'ont plus leur place.

C’est pour rendre compte de leurs rapports au temps, à l’espace, au travail, à la beauté, aux autres et à eu -mêmes que la compagnie Les mille Printemps cherche à analyser les étapes et les enjeux humains de cette migration utopique. À quel point peuvent-ils se libérer du monde qui les a construits ? Est-il réellement possible de se réinventer ?

Narrer leur histoire c’est aussi parler de celles et ceux qui ne rêvent pas, qui ne rêvent plus, ou qui rêvent de tout l’inverse. C'est confronter les utopistes aux fatalistes, les optimistes aux sceptiques.

Voir ce spectacle alors qu'on a été privé de théâtre (à quelques rares exceptions) et que l'on a réfléchi sur un monde que l'on espère meilleur rend l'attente du public plus forte. Et je me suis interrogée sur ce point puisqu'il a été créé avant la crise sanitaire.
En tout cas, la manière dont les comédiens accueillent individuellement chaque spectateur nous place dans des conditions spécifiques de réception. J'ai entendu autour de moi chacun dire "on est content d'être au théâtre". De fait, et dans le respect des nouvelles contraintes on peut considérer que la jauge était totalement atteinte.

Présenté comme une "comédie engagée" Yourte est en constant aller-retour entre ces deux pôles que sont la dérision et le sérieux. J'ai regretté de ne pas avoir pensé à demander le texte de la pièce, car il mérite sans nul doute qu'on s'y attarde. D'autant qu'il me semble qu'assister à un spectacle masqué réduit un peu la capacité du spectateur à se concentrer pleinement sur tout ce qui se passe. Surtout quand la représentation prend des allures de spectacle immersif et participatif.

La vitalité de la troupe et un texte écrit avec vivacité selon un processus créatif qui a déjà fait ses preuves nous démontre que l'humanité n'est pas foutue. Et cela parce que l'altermondialisme n'est pas une utopie en revendiquant des valeurs de démocratie, de justice économique, de sauvegarde d l'environnement et des droits humains. La mondialisation n'est pas bannie mais on la veut maitrisée et surtout solidaire.

Le décor est modulable, composé d'assemblages, ce qui occasionne des manipulations invitant le public à assister en direct à son élaboration, parfois en mettant lui-même la main aux bambous. La diversité est un point important qui se traduit en sons et en lumières.

Cette évolution constante du décor est métaphorique des changements que notre monde connait (subit...) de façon incessante. Gabrielle Chalmont et Marie-Pierre Nalbandian qui ont écrit le texte, dans une langue claire et accessible, bien ancrée dans le monde d'aujourd'hui, nous posent donc la question de savoir si changer s'accompagne de trahison.

En tout cas des décisions devront être prises et comme chacun le sait, choisir c'est aussi renoncer.

Un spectacle à voir en ce moment à Paris au Théâtre 13 puis en tournée.
7,5/10
1
Alors ?
Le 12 juillet 1998, au soir, l'équipe de France gagne la Coupe du monde. Pour la première fois, tous les Français célébreront cette victoire triomphante... Tous ? Non ! Car une yourte peuplée d'une jeunesse résiste à l'actualité. Les adolescents se le promettent : ils vivront autrement, en marge s'il le faut, mais en cohérence avec leurs idées. Fougueux, ils acceptent ce pacte anti-système. Nous les retrouvons quelques années plus tard : qu'en est-il de leur idéal ? Bancal mais il tient debout ! Une nouvelle communauté de vie a été créée, avec son fonctionnement et ses propres règles. Partage, entraide et égalité sont leurs valeurs. Productivisme, individualisme et carriérisme sont leurs aversions. Peut-on vivre autrement ? Tout-à-fait possible. Reste à connaître nos moyens d'y parvenir. Parviendrons-nous à expurger nos vices de nos vies ? Nous pouvons fuir notre principal défaut au risque qu'il menace de revenir au galop...

Yourte est une pièce intelligemment drôle, touchante et entraînante. Cette comédie contemporaine est portée par une jeune compagnie dynamique et prometteuse. Le prêt à penser n'est pas de mise et l'autodérision est à l'honneur : subtil équilibre !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor