Welt

Welt
De David Bursztein
Mis en scène par David Bursztein
Avec David Bursztein
  • David Bursztein
  • Alain Territo
  • Vincent Pagliarin
  • Lucas Territo
  • Marie-Claire Dupuy
  • Jean Marc Puigserver
  • Jeremie Pagliarin
  • Ludovic Poisson
  • Lucernaire
  • 53, rue Notre-Dame-des-Champs
  • 75006 Paris
  • Notre-Dame-des-Champs (l.12)
Itinéraire
Billets de 16,00 à 45,00
Evénement plus programmé pour le moment

Un voyage musical et imaginaire dans la culture juive à la suite des dibbouks.

Le monde perdu de la culture yiddish et des Shtetls d'Europe de l'Est ramené à la vie par David Bursztein et son quintet, qui interprète des histoires et chansons du Yiddishland en convoquant des Dibbouks, fort heureusement, malicieux et malins.

 

D'après la Kabbale, un dibbouk est un esprit malin qui hante un individu au point de s'insinuer dans son corps et de ne plus s'en détacher.
Le metteur en scène et comédien David Bursztein affirme qu'il a en lui un dibbouk, et même plusieurs. Mais ils sont fort heureusement des plus bienveillants : ce sont eux, portés par les vents amicaux du souvenir et de la transmission par les anciens, qui l'inspirent et l'accompagnent lorsqu'il interprète avec son quintet les chansons en yiddish de Welt. Grâce à eux, Il ramène à la vie une culture et un monde perdus, celui des Shtetls d'Europe de l'Est...

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
17 mai 2015
9/10
87 0
David Bursztein, continue son chemin créatif avec une ballade chantée sur le monde perdu du yiddish land. Dans WELT, spectacle emporté par son équipe de Life is not picnic, il convoque un dibbouk ou plutôt trois.

Le choix rhétorique de Welt est que le dibbouk, l’âme du mort, ne vient pas nous visiter, pour interpeller nos manquements et pour présenter ses créances à la vie. Le dibbouk du défunt, chez Bursztein ne vient que lorsqu’il est invité par un des descendants qui cherche à se souvenir. Le premier dibbouk est le narrateur, en second est le dibbouk des personnages disparus que le narrateur a connus et au lointain le troisième dibbouk est celui de tous les autres, de tout le schtetl et des autres schtetls, et au-delà du monde entier. Ce monde, ce Welt, n’aura pas posé son point final, n’aura posé qu’une virgule au récit d’une histoire que le dibbouk narrateur tient à notre disposition.

Le génie du récit est là, dans l’invention du dibbouk narrateur qui nous soulage de la dette symbolique aux parents, aux grands parents. Welt déborde le seul yiddish land et parle d’un universel. Dégrevés de la dette à raconter l’histoire perdue, nous profitons de notre place de spectateur, la place traditionnellement de l’enfant face à l’adulte conteur, dans un au-delà du schtetl. Durant une heure quarante d’une performance d’artistes surprenants, de violons, de contrebasse et d’instruments du klezmer mal connus, axée autour d’un David Bursztein, cinquantenaire séduisant et charismatique, on rit sans limites, on rythme les chansons des mains dans une joie enfantine.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor