top5 (1)

Un picasso

Un picasso
  • Studio Hébertot
  • 78bis, boulevard des Batignolles
  • 75017 Paris
  • Rome (l.2)
Itinéraire
Billets de 15,00 à 20,00
À l'affiche du :
22 novembre 2018 au 3 mars 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 17:00
    • 19:00
    • 21:00
Réservation de tickets

Pendant l'occupation allemande à Paris, une jeune femme convoque Picasso afin qu'il authentifie trois de ses œuvres.

Un propos sur l'art et la politique et leurs places dans la société.

Anne Bouvier est une artiste interprète et metteure en scène.

En 2016 elle reçoit le Molière de la comédienne dans un second rôle pour son rôle dans Le Roi Lear de Shakespeare, mise en scène Jean-Luc Revol.

Elle fait également quelques apparitions au cinéma, avec notamment un rôle dans Maryline de Guillaume Galienne en 2017.

Note rapide
8,5/10
pour 7 notes et 7 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
7 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
Il y a 5 heures
9/10
4 0
On distingue un homme assis dans la pénombre d’une cave, il allume une cigarette, qui est-il et que fait-il là ? Il est entouré par des caisses en bois, où l’on devine des cadres de tableaux.

Une femme le rejoint, ce n’est pas un rendez-vous galant, mais l’histoire d’un fabuleux peintre qui devra défendre son œuvre face à l’attachée culturelle du régime nazi. Nous sommes à Paris, c’est l’Occupation. Une exposition privée doit se faire, mais ce sera pour détruire les œuvres « dégénérées ». Picasso s’interpose, il n’a pas beaucoup d’affection pour certains de ses collègues, mais il veut sauver trois autoportraits que lui présente Frau Fisher.

Ce sera le duel, entre un génie arrogant et égocentrique et une femme rigide qui veut elle aussi sauver sa peau. A-t-on de la sympathie pour l’un ou l’autre ? Pas vraiment, mais le sujet est plus vaste que celle de ces deux individus.

Les autodafés du régime nazi, la destruction de tout ce qui n’était pas « l’esprit allemand », Picasso tentera le tout pour le tout, la séduction ? Il connaît parfaitement, ses mots sont cruels envers ses compagnes et ses enfants. Mlle Fischer est victime d’un chantage odieux, mais voue une véritable passion pour l’homme qui est devant elle. Elle sait frapper où il faut, Guernica ? Une œuvre politique, lui s’en défend, il a souffert et pleuré lors de la destruction de ce village basque. Il s’emporte, elle sait l’affronter mais pour combien de temps encore ?

Jean-Pierre Bouvier est un de nos rares comédiens à s’investir totalement dans le personnage qu’il incarne, c’est toujours un bonheur de le voir sur scène. Sylvia Roux c’est la glace et le feu qui couve. La mise en scène de Anne Bouvier est dense, le texte et les répliques ne manquent pas d’humour.

Une belle pièce qui nous interpelle sur la liberté d’expression et de création.
15 déc. 2018
8,5/10
2 0
C'est un formidable duo que Sylvia Roux et Jean-Pierre Bouvier nous offrent sur la scène du Studio Hébertot transformée en une sorte de sous-sol où sont entassés des oeuvres d'art d'une valeur inestimable ... pour nous qui les apprécions.

Mais pour les nazis, à l'époque de la seconde guerre mondiale, beaucoup d'entre elles étaient qualifiées d'art dégénéré et devaient être purement et simplement détruites.

Pas question évidemment de brûler des reproductions. Il est donc important de s'assurer que ce qu'on va détruire sont des oeuvres originales. Et qui mieux que l'artiste qui les a réalisées pour les authentifier ?

Telle est la mission de Mlle Fischer, adjointe au ministère de la culture, d'obtenir de Picasso de déterminer si les trois tableaux (confisqués à des fuyards) destinés à un autodafé sont bel et bien de sa main.

On se doute que ce ne sera pas une simple formalité. D'abord parce que le peintre a un caractère très fort et qu'il n'est pas disposé à obéir. Ensuite parce que la jeune femme n'est pas insensible au charisme de l'artiste et que, même si elle veut rester loyale envers son gouvernement, elle est une amatrice d'art.

On assiste à la rencontre qui par moments prend des allures de corrida. Sans avoir chorégraphié les déplacements, on a souvent cette image qui s'impose, de Picasso en toréador quand il courbe la main pour mimer comment il tracerait les traits du visage de son interlocutrice s'il en faisait le portrait.

Jean-Pierre Bouvier est un Pablo Picasso fascinant qui, sans chercher à le copier le suggère très précisément. Il suffit d'avoir en mémoire un film, une interview, pour être frappé par la puissance de l'évocation. Parfois un léger accent espagnol surgit et renforce l'impression.



Sylvia Roux est à la hauteur de son rôle. A l'inverse de son partenaire, on ne sait pas comment était cette jeune femme (si tant est qu'elle ait existé, en tout cas elle est plausible) et on pourrait croire qu'il était facile de se glisser dans sa peau. Pas du tout. Car il faut avoir un très fort caractère pour contrer un homme comme Picasso. Représenter la philosophie nazi sans se faire détester du public n'était pas une mince affaire. Il était astucieux de la vêtir de rouge. Il y a quelque chose de Carmen dans sa flamboyance.

Le face à face est captivant. Le spectateur a le sentiment que l'histoire s'écrit en direct, devant lui.

Les passionnés de peinture se régaleront tout autant parce que trois tableaux sont décortiqués et on en apprend beaucoup sur les motivations de Picasso à les peindre, de même que son oeuvre majeure de Guernica. Il raconte aussi son amitié avec Apollinaire.

Un Picasso n'est peut-être pas le titre que j'aurais retenu. Une telle qualité aurait mérité le pluriel.
12 déc. 2018
9/10
3 0
Dans un sous-sol, une pièce sombre et enfumée, encombrée de cassons contenant des toiles, côté jardin un drapeau SS.
Dans cette ambiance un peu lugubre et inquiétante, Picasso (Jean-pierre Bouvier) attend Mlle Fischer (Sylvia Roux) attachée culturelle allemande.
Que lui veut-elle ? Picasso s’interroge lui le grand maitre et génie de son temps.
Nous sommes en 1941, l’art moderne nommé art dégénéré est interdit par les nazis, cela va à l’encontre de leurs idéaux.

La demande de Mlle Fischer est simple, Picasso doit authentifier trois de ses œuvres tombées dans les mains de la Gestapo pour figurer dans une exposition.
Après quelques hésitations, Picasso se prête au jeu mais lorsqu’il saisit que cette rétrospective se terminera par un autodafé, sa colère et son opposition sont redoutables.

Avec conviction et acharnement, Picasso va lutter pour sauver ses œuvres des flammes.
Il va s’ensuivre un duel verbal violent, colérique mais aussi entremêle de séduction entre Mlle Fischer soumise aux lois des nazis et Picasso pénétré de son œuvre.
Tout au long de ce combat, Picasso nous conte quelques anecdotes concernant ses œuvres, son parcours et nous découvrirons avec surprise l’autre face de Mlle Fischer…..
Qui est réellement cette femme ?

Le texte de Jeffrey Hatcher nous questionne et nous émeut, combien d’hommes ont été dépouillés, combien œuvres ont été volées et brulées, quel est l’impact de l’art et de son engagement politique ?
« Vous avez fait Guernica, comme preuve de son engagement politique. » Demande Mlle Fischer
« Non c’est vous qui l’avait fait ». Répond Picasso
Cette petite phrase suscite bien des pensées et des réflexions…

Jean Pierre Bouvier est un merveilleux Picasso, imbu de lui-même, colérique, séducteur et ne vivant que pour son œuvre.
Sylvia Roux incarne avec brio cette femme nazie autoritaire et froide qui se dévoile peu à peu….nous serons surpris par sa sensibilité et son amour pour l’art.
Tous deux nous captivent dès le premier instant, et nous transpercent d’émotions.
Très beau moment de théâtre.
3 déc. 2018
8/10
5 0
1941, Paris sous l'Occupation.

Dans une cave remplie d'objets d'art confisqués par les nazis, Pablo Picasso, le Maitre, est convoqué par Fräulein Fischer mais il ne sait pas pourquoi il est là, il attend... Fräulein Fischer descend l'escalier qui mène à la cave et c'est un affrontement qui va se dérouler sous nos yeux entre d'une part l'artiste à l'égo surdimensionné mais exilé à Paris et l'attachée culturelle allemande, qui sous son tailleur strict révèlera d'autres facettes de sa personnalité. Picasso doit identifier trois de ses toiles. Picasso comprend que les toiles vont servir à une exposition d’ « art dégénéré » dont le final sera la destruction des œuvres par le feu… Un autodafé rien de moins que ça… Il doit l’empêcher à tout prix !

La pièce de Jeffrey Hatcher (le scénariste du Mentalist entre autre) nous décrit effectivement un face à face entre deux caractères hors normes. Il aura fallu attendre 7 ans pour que le Studio Hébertot puisse disposer des droits pour la France afin d’adapter ‘Un Picasso’. Ce fut long certes mais voilà une pièce nécessaire par les temps qui courent.

Pour interpréter le légendaire Picasso, il fallait un comédien qui puisse supporter le poids du Maitre et Jean-Pierre Bouvier est l’homme parfait pour ce rôle, il exhale une force de son regard et une fierté de son allure qui cadrent à merveille avec l’image de Picasso. On trouve un Picasso ‘authentique’. En face, il y a Sylvia Roux, implacable en attachée culturelle du Reich avec son tailleur assorti à sa précieuse mallette et ses escarpins. Elle maitrise d’un regard ou d’un geste l’artiste impétueux. Ils s’observeront puis s’approcheront dans une scénographie réglée au millimètre entre les caisses de la cave. Le duo qu’ils forment sera inattendu et l’alchimie qui naitra de cette rencontre sera surprenante et intense. La relation entre Picasso et ses œuvres est disséquée avec finesse et vraiment intéressante.

La tension entre les deux protagonistes va monter progressivement et terminera à son comble dans une apothéose finale digne d’une scène de tauromachie. La mise en scène d’Anne Bouvier sert cette tension palpable avec efficacité. Il y a un je ne sais quoi d’animal dans cette pièce qui me séduit étrangement.

Je vous conseille vivement de voir ‘Un Picasso’.
2 déc. 2018
9/10
32 0
Paris 1941. L'occupation allemande.
Un entrepôt enfumé contenant des caisses marquées des aigles nazies, contenant des œuvres d'art volées aux Juifs. Un drapeau à la croix gammée côté jardin.

Et lui. Qui nous tourne le dos, en blouson à col de fourrure, un large feutre sur la tête.
Le Maître. Le génie. L'Artiste personnifié.
Picasso.

Il ignore les raisons de sa présence forcée dans cette cave. Tout comme nous, d'ailleurs.
Les explications vont nous être fournies par Frau Fischer, qui descend l'escalier menant à ce lieu sombre à plus d'un titre.

Tailleur strict lie de vin, escarpins assortis, tout comme la mallette en crocodile qu'elle tient à la main.

Les présentations peuvent commencer.
Elle est attachée culturelle du Reich, en poste à Paris.
Elle va ordonner à Picasso d'authentifier trois de ses œuvres afin de les donner à voir lors d'une exposition « d'art dégénéré ».
Le Maître va vite comprendre que cette manifestation « culturelle » se terminera par un autodafé : les œuvres seront brûlées.
Comment sauver ses dessins du brasier nazi ?

Nous, nous comprenons très rapidement que cette pièce de Jeffrey Hatcher est un affrontement entre deux caractères on ne peut plus forts et entiers.

Pour pouvoir interpréter cette lutte faite de mots durs, de séduction, de ruse, de violence également, il fallait deux sacrés comédiens !

Jean-Pierre Bouvier est un prodigieux Picasso.
Ce qu'il na nous montrer, nous donner est tout simplement magnifique.
Il EST l'artiste.
Il va camper de façon magistrale cet homme fier, sans concession, obsédé par lui-même, exclusivement préoccupé par son art.

C'est un concentré d'énergie, de force, de puissance, mais aussi de ruse et de provocation que le comédien incarne.
Il excelle à nous restituer ce qui fait la singularité de Picasso, exilé, égocentrique (le mot est faible...) et génial.
Sa composition est sidérante !

Sylvia Roux est Frau Fischer. La comédienne est troublante dans cette interprétation toute en finesse et ambiguïté de cette femme cultivée et passionnée d'art.
Son personnage a des ordres, certes, mais elle est fascinée par le peintre. Et par l'homme.

Melle Roux va engager un jeu du chat et de la souris sauvage, passionné et passionnant.
Elle restitue de manière à la fois glaciale et lumineuse, légère et profonde les mots de l'auteur.

Comme à l'accoutumée, la metteure en scène Anne Bouvier excelle à organiser une confrontation entre deux personnages.
De façon remarquable, elle met en scène une progression dramaturgique oppressante.

Les deux vont se tourner autour, les déplacements relèveront d'une véritable et subtile chorégraphie entre les caisses de bois.
Nous verrons même des scènes de corrida. Le taureau n'étant pas celui que l'on imagine forcément...

Les corps s'attirent au fur et à mesure que passent les minutes, la distance entre eux s'amenuisera de plus en plus, et les deux finiront par se toucher, voire se caresser dans une scène finale de toute beauté.

Nous, nous sommes complètement fascinés par cette lutte intense et passionnée. Impossible de lâcher ces deux personnages qui nous captivent dès les toutes premières minutes.

Elles sont finalement assez rares, les pièces de théâtre qui évoquent la peinture, la création picturale et de façon générale la relation d'un artiste à ses œuvres.
Celle-ci est une vraie et incontestable réussite.

Sylvia Roux nous révèlera qu'elle avait dû attendre sept années avant de disposer des droits de ce spectacle.
Certes, c'est long. Mais comme ça valait la peine d'attendre !
Le spectacle fait partie de ceux qu'il faut absolument aller applaudir !
Afficher le commentaire
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor