Trauma

Trauma
  • Maison des Métallos
  • 94, rue Jean-Pierre-Timbaud
  • 75011 Paris
Itinéraire
Billets de 13,00 à 30,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Andreas Westphalen revient aux Métallos avec un texte du même auteur que Nord-Est présenté en 2011.

Après de longues recherches dans les foyers d´accueil pour les femmes victimes de violence à Berlin, Torsten Buchsteiner crée Trauma, une pièce qui place la violence envers les femmes au coeur du théâtre.

Verena, 40 ans, directrice d’un foyer d’accueil de victimes rencontre la jeune Kitty, attirée par tout ce qui est extrême, entre désir et autodestruction.

Une rencontre qui permet de prononcer les non-dits, de parler d’un traumatisme qui s’inscrit dans le corps parce qu’inexprimable.

La mise en scène d’Alexandra Lacroix et Andreas Westphalen crée une intimité avec les personnages. Nous assistons à la rencontre de ces corps contraires qui s’appellent, se rejettent et révèlent des blessures enfouies. Trauma est un spectacle qui commence dans la douleur et fait émerger peu à peu une histoire d’amour : un appel à la tendresse dans un monde de violence.

 

Note rapide
8/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
8/10
6 0
Le 8/02, 20h30, Paris

Trauma met en scène deux femmes lesbiennes qui ont été (ou le sont toujours) victimes de violence au sein de leur foyer. Sujet rarement traité au théâtre. En outre, il est rare de voir deux femmes seules sur un plateau.
Le texte est de Torsten Buchsteiner. Pour l’écrire, il a enquêté dans les foyers d’accueil de femmes victimes de violence. Il s’agit presque d’un spectacle documentaire.
L’écriture, le développement de l’histoire de Verena (Julie Dumas) et de Kitty (Guillermina Celedon) se tissent progressivement.
Elles mettent du temps à mettre des mots sur ce qu’elles ressentent. Un démarrage du spectacle donc assez lent mais qui finalement reproduit d’une certaine manière leur vécu.
Elles ont donc toutes les deux connu un trauma qu’elles cherchent à dépasser. On se laisse donc porter par leur histoire et l'on partage la pulsion auto-destructrice de Kitty.
Alexandra Lacroix et Andreas Westphalen mettent en scène un spectacle où s’opposent deux forces contraires. L’extérieur où Kitty est seule et vulnérable. C’est à l’extérieur que Marco (son compagnon) la frappe, c’est à l’extérieur que son frère, alors qu’elle n’avait que 15 ans, l’a vendue à ses « amis ». La scénographie met cela en valeur en choisissant de séparer le plateau en deux. Un coté noir (l’extérieur), où le danger règne, et l’autre coté, celui de l’appartement de Vérena entièrement blanc. Elle ne sort jamais de cette zone.
Le spectacle commence sur des appels de femmes victimes à Vérena qui travaille dans une association. Vérena aide ses femmes à prononcer les non-dits, les blessures enfouies. Le spectacle. commence donc sur la violence, la douleur pour finalement basculer dans l’amour, dans la vie. Une ode à cette dernière dans un monde brutal où les femmes ne sont pas assez souvent écoutées et crues. Les deux comédiennes sont excellentes. Elles contribuent fortement à donner un puissant relief à l'histoire qui nous est contée.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor