Présents Parallèles

Présents Parallèles
De Jacques Attali
Mis en scène par Christophe Barbier
Avec Marianne Basler
  • Marianne Basler
  • Xavier Gallais
  • Jean Alibert
  • Théâtre de la Reine Blanche
  • 2bis, Passage Ruelle
  • 75018 Paris
  • La Chapelle (l.2)
Itinéraire
Billets à 28,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Une comédienne et son mari, directeur de théâtre, tentent de monter une étrange pièce et pour cela de séduire un mystérieux producteur. Aujourd’hui. Ou plutôt, dans un aujourd’hui dans lequel les nazis auraient gagné la guerre en 1944 et seraient encore au pouvoir, en 2016, dans toute l’Europe. Quel est ce monde ? En quoi est-il différent du nôtre ?... Que nous dit-il de ce que nous sommes ?

Ainsi commence Présents Parallèles.

Jusqu’à ce qu’un premier coup de théâtre nous fasse basculer dans un autre réel, puis dans un autre encore…Tout change, sauf les passions humaines, aussi violentes dans tous les présents parallèles.

À moins que…

Note rapide
Toutes les critiques
4 nov. 2016
7/10
30 0
Nous sommes d'abord dans un 2016 parallèle. Celui où les nazis auraient gagné la guerre, où la censure ferait rage et où monter une pièce de théâtre écrite pendant la guerre parlant de liberté, de féminisme et d'homosexualité serait un acte révolutionnaire et suicidaire.
Nous sommes ensuite en 1943, pendant l'écriture de cette pièce sulfureuse alors que le petit monde du théâtre a déjà renoncé à résister.
Nous sommes enfin de retour en 2016, notre 2016, lors de la mise en scène de cette pièce, où les acteurs semblent vivre en vrai le destin de leurs personnages...

L'histoire est ambitieuse, complexe et pouvant en dérouter certains. Mais la mise en scène plutôt réussie de Christophe Barbier et le talent des acteurs nous permettent de nous accrocher aux wagons de cette machine à voyager dans le temps et de suivre le destin de cette pièce au travers les époques, réelles ou non.

Car c'est surtout de cela dont il s'agit : du théâtre, de son importance intellectuelle, de celle qu'il n'a pas eu pendant les temps troublés de la Seconde Guerre Mondiale et de la vigilance dont on doit faire preuve pour que l'on puisse toujours continuer à tout dire et tout jouer.

"Présents parallèles" est une pièce exigeante mais assez réussie.
24 oct. 2016
1,5/10
28 0
J'ai de la peine pour les comédiens qui défendent ce texte comme ils peuvent.

Cette pièce est affligeante, incompréhensible, ennuyeuse et caricaturale. La représentation de l'homosexualité est limite insultante. Pour la première fois je me dit qu'il n'y a rien à sauver. Sans intérêt !
28 sept. 2016
4/10
58 0
Une pièce de théâtre à quatre dimensions. Des mondes parallèles qui se rencontrent. L'Histoire revisitée dans son contraire.

C'est ce que propose Jacques Attali dans l'espace et le temps de la fiction. En quelque sorte une matriochka théâtrale où chaque poupée joue, au présent parallèle de la fiction, une action supposée.

Vous n'avez pas tout compris ? moi non plus, c'est trop compliqué !
Heureusement, par la présence de Jean Alibert, Marianne Basler, Xavier Gallais, comédiens d'exception, nous avons passé « le temps parallèle » sans ennui mais avec une prise de tête.
5,5/10
25 0
Les croix gammées qui ornent discrètement les murs de la salle de la Reine Blanche et la musique qui remplit l'espace sèment le doute : sommes-nous bien en 2016 ? Oui, mais dans un aujourd'hui dans lequel les nazis ont gagné la guerre en 1944, sont toujours au pouvoir dans toute l'Europe et imposent leur politique et leur censure. Un aujourd'hui où Jean Cocteau est un auteur oublié, où le progrès semble s'être figé 72 ans plus tôt, où le théâtre ne sert qu'à présenter les classiques ou du vaudeville parce que "les gens veulent voir des histoires simples pas de la politique-fiction" dit un personnage.

C'est dans ce contexte qu'une comédienne et son mari, directeur du théâtre, tentent de monter une pièce subversive écrite en 1943, qui envisageait un futur dans lequel les alliés auraient gagné en 1945. La démocratie régnerait, la société serait plus tolérante au point qu'un coup de foudre pourrait survenir entre une femme et un homosexuel. Impensable dans ce monde de 2016 dominé par la pensée nazie. Survient un coup de théâtre qui nous envoie dans une autre réalité. Nous sommes désormais en 1943. Paris est occupé et un dramaturge écrit une pièce qui se déroulera en 2016. Un 2016 qui aura vu la défaite des nazis. Mais la censure de l'occupant rode et l'auteur doit trouver le moyen de transmettre son texte à sa famille pour l'avenir. Nouveau coup de théâtre qui nous amène dans le 2016 du mariage pour tous, dans un théâtre où un couple de comédien homo répète une pièce de politique fiction, alors que la comédienne tombe amoureuse de l'un des des acteurs homosexuels qui soudain prend la fuite pour rejoindre le Paris uchronique.

Dans cette mise en abyme en forme de matriochka Jacques ATTALI enchaîne les poncifs. "Que reste-t-il du rêve d'une Europe unie" se demande-t-il sans apporter le moindre début de réponse. Ce présent qui aurait pu être manque totalement d'imagination et de crédibilité. Ce labyrinthe dans le temps tourne en rond sans aucune issue. L'ambition est de nous interpeller sur ... sur quoi ? L'histoire n'est que le prétexte à une succession de réflexions banales sur les relations entre les hommes et les femmes, la censure, le théâtre et ses spectateurs. On y dénonce une élite intellectuelle collabo mais ce n'est plus un secret pour personne. La peur domine les deux mondes décrits : peur du pouvoir, peur de l'opinion publique, peur d'affirmer ses convictions, peur de la censure politique ou morale. Une peur qui paralyse, qui tue la créativité, qui fige hommes et idées dans la médiocrité et la facilité. On attendait mieux de la part de celui qui fut le conseiller de François Mitterrand. Plus d'originalité, plus de profondeur, plus de vision.

Ce voyage dans le temps voulu en boucle tourne à vide. "Il faut, du chaos originel de la pièce à la surprise finale, assurer la continuité de la compréhension malgré les coups de théâtre - ou grâce à eux" lit-on dans la note d'intention. Hélas la construction et le texte ne permettent pas de gagner ce pari, l'auteur ayant éprouvé le besoin de mettre dans les dialogues les explications de texte, comme si finalement le spectateur est réellement incapable de dépasser le premier degré et n'attend vraiment du théâtre que des histoires simples et que intuition ne lui permet pas de décoder la volonté de l'auteur.

La mise en scène de Christophe BARBIER manque également de subtilité et plonge parfois dans la caricature (l'échange de SMS, le couple de comédiens homosexuels si caricatural qu'il en devient insultant, le subterfuge des "coups de théâtre"). La scénographie de Pascal CROSNIER qui s'annonçait intéressante en dépassant le 4ème mur est finalement décevante avec son panneau recto verso censé représenter la passerelle entre les époques et sa rangée de sièges. L'ensemble ne m'a pas permis de "passer du cerveau à l'esprit, de l'intelligence à l'intuition" (note d'intention du metteur en scène), et ressemble plus à un vaudeville qu'à un texte avant-gardiste.

Heureusement il reste trois excellents comédiens. Marianne BASLER est tantôt combattante, tantôt craintive, séductrice ou faussement soumise. Xavier GALLAIS multiplie lui aussi les propositions. Jean ALIBERT est remarquable dans toutes les époques, exploitant de toute l'étendue de sa palette de jeu. La conjugaison de ces talents permet de relativiser le propos et de passer néanmoins une agréable soirée.

Hélas, à force de mise en abîme de mises en abîme on finit par toucher le fond. Et pour avoir une idée de ce que pourraient être les mondes parallèles, mon conseil est de lire ou relire "A la croisée des mondes" de Philip Pulman.

Une proposition qui semblait intéressante et qui se noie dans les poncifs malgré l'interprétation de grande qualité du trio de comédiens.
16 sept. 2016
7,5/10
45 0
Ce que j'aime dans les uchronies, c'est pouvoir imaginer ce qu'aurait pu être notre monde si... Il y a une sacrée quantité de si dans ma tête mais effectivement si les Allemands avaient gagné la guerre, comment serions nous aujourd'hui ? Et le spectacle vivant que serait il devenu ?

Le texte est fin, les trois comédiens sont fabuleux et jouent avec intensité la mise en scène sert avec simplicité cette pièce.

On est manipulé, embrouillé, on perd nos repères temporels mais c'est pour passer un moment original et réussi dans un monde parallèle.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor