top5 (1)

Polar

Polar
  • Le Funambule Montmartre
  • 53, rue des Saules
  • 75018 Paris
  • Lamarck Caulaincourt (l.12)
Itinéraire
Billets de 11,00 à 42,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Grâce à PØLÅR, vous apprendrez à construire votre polar à succès.

Sous couvert de l’enquête policière burlesque du commissaire suédois Åke Larsson, vous bénéficierez de conseils pour faire durer votre carrière d’auteur : construire des personnages percutants, laisser des sous-intrigues non résolues pour optimiser vos chances d’écrire une suite, inclure dans votre livre les scènes qui intéresseront les producteurs de films…

Vous serez Agatha Christie ou rien !

Note rapide
7,5/10
pour 8 notes et 8 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
3 critiques
Note de 4 à 7
38%
5 critiques
Note de 8 à 10
63%
Toutes les critiques
24 août 2019
6/10
2 0
Pièce dynamique avec un côté parfois décalé et absurde. Cela rappelle un peu Les Faux British pourtant cela n’a pas la même saveur.

Des scènes sont brouillonnes et la pièce manque de changement de rythme.
Les jeux des acteurs sont inégaux.
7 août 2019
9/10
6 0
Vous avez toujours rêvé d’écrire un polar, mais vous ne savez pas comment vous y prendre ?
Vous pensez l’exercice trop technique, trop complexe, trop chronophage … enfin trop quoi, alors que vous, vous estimez que vous n’êtes pas assez … enfin pas assez quoi. Surtout, pas de panique, la compagnie « Le retour de Nabot Léon » est là pour vous aider.

En un peu moins d’une heure trente, grâce à « Polar », vous disposerez de toutes les ficelles pour écrire un best-seller (et qui plus est facilement transposable au cinéma … oui, car le succès littéraire induit souvent une transposition cinématographique). Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le polar ! Du choix de la victime à celui de la vie (plus ou moins trépidante) de votre héros ; de la description des lieux à celle (sans concession) des personnages ; sans oublier le « cliffhanger » et bien évidemment l’inévitable « comment réaliser un dénouement efficace et vendeur ».

Inspiré de la bande dessinée d’Henrik Lange « Comment écrire un polar suédois sans se fatiguer », Polar remporte aisément la palme de l’originalité théâtrale. Qui a dit que le théâtre n’était qu’une succession de Vaudeville ? Voilà donc une bonne bouffée d’oxygène que je vous conseille de saisir.

D’ailleurs, prenez autant d’oxygène que possible avant le début de la pièce, car vous allez en avoir besoin tellement vous allez rire. Si le thème pourrait, à première vue, se rapprocher d’un titre d’émission littéraire de deuxième partie de soirée à la télévision sur une chaîne hautement culturelle, les premières minutes du spectacle ne laissent aucun doute au spectateur : c’est une comédie ! Et une comédie particulièrement bien réussie.

Une réussite due déjà à une mise en scène soignée, signée Marc Riso. La pièce regorge de trouvailles toutes plus hilarantes les unes que les autres. Je n’en citerai aucune pour laisser la surprise, mais en faisant fonctionner vos petite cellules grises et en associant le mot « Suède » à ce que vous connaissez de ce pays, vous devriez en trouver une ou deux aisément. Puisque j’en suis à la mise en scène, j’y reste encore un instant. Le rythme est soutenu, le spectateur ne risque pas l’ennui. Ça entre, ça sort, ça joue sur scène, ça joue dans la salle … Bref un feu d’artifice théâtral. Mention spéciale à la bluffante chorégraphie des bagarres.

Sur scène, maintenant. Cinq comédiens se partagent les planches. Rien à redire, ils sont tous excellents, brillants dans leurs interprétations. Quelle énergie ! Spectateur, reste attentif, car il se pourrait qu’au milieu de ce scénario très nordique, tu reconnaisses d’autres célébrités policières provenant d’outre-Manche, d’outre-Atlantique ou du plat pays. Chapeau bas Madame et Messieurs, voilà un travail magnifiquement exécuté.

Alors bien sûr – je ne saurais terminer ce texte sans l’évoquer -, il se pourrait que la Providence (ou quelques amis bien intentionnés …) vous amène, à l’invitation d’un des comédiens, à devoir incarner, un instant fugace, le rôle d’un écrivain célèbre sur scène. Surtout, si cela vous arrive, n’ayez crainte, la troupe est particulièrement bienveillante avec ce comédien d’un moment. Je parle en connaissance de cause !

Alors si vous voulez tout connaître du polar suédois (mais surtout rire), savoir comment devenir le prochain romancier à succès (mais surtout rire), acquérir toutes les subtilités de la dépression nordique (mais surtout rire !), une seule adresse : le théâtre Funambule Montmartre et une seule pièce : POLAR !
Afficher les 2 commentaires
8,5/10
2 0
... Un spectacle pour le plaisir de rire. Une comédie d’été savoureuse et très bien jouée. Courez-y, c’est à l’affiche tout le mois d’août !
8 juil. 2019
8,5/10
3 0
Qui dit Suède, dit Ikéa pour les meubles aux noms imprononçables et dit Abba pour la musique disco.

En se réfléchissant un peu, il y a aussi les romans policiers suédois (Personnellement, je ne rate aucune enquête du commissaire Wallander d’Henning Mankell).

Et maintenant, il y a aussi la fameuse recette pour écrire un polar suédois sans se fatiguer : Polar !
A la base, c’est une bande dessinée d’Henrik Lange qui donne envie à Marc Riso d’adapter et de mettre en scène cette leçon qui nous donne les ficelles pour écrire un polar à l’ambiance scandinave.

Donc pour réussir votre roman policier : prenez 5 comédiens débordants d’énergie qui vont s’amuser sur scène pour illustrer avec fougue les différentes étapes de la création littéraire : le cadre, les descriptions, l’ambiance, la victime, …

Ajoutez une bonne dose d’humour, mélangez des idées délirantes, une pincée de scénographie bien rythmée et voilà donc la pièce totalement déjantée qui nous est servie au Funambule tout l’été et que je vous recommande vivement !

On rit et pas qu’un peu car pour illustrer le propos, nous suivons l’enquête d’ Ǻke Larsson : une petite fille est trouvée assassinée dans la nature, il y a un fer à cheval près du corps et nous ne sommes pas loin de la boutique à hot dog…. Les suspects défilent et notre hilarité ne se calme pas !

Les clins d’œil à des inspecteurs célèbres (Gadget, Columbo,Tintin,…) sont sympathiques à souhait.

La mise en scène est fluide malgré de nombreux changements de costumes pour les 5 comédiens, les chorégraphies de Vanessa Villain sont entrainantes et punchy, j’ai apprécié aussi les lumières de Mickael Bouey qui contribuent à l’ambiance démente.

Le jour où j’ai assisté à Polar, c’était la première du comédien Cyril Benoit dans le rôle de l’inspecteur et nous avons été totalement sous son emprise (vous comprendrez pourquoi en y allant). Le casting était complété par Macha Isakova (la journaliste), Hubert Roulleau (le boss), Louis Ould-Yaou (le ‘j’appelle un ami’) et Thomas Lemaire (la vieille tata façon tatie Danielle). Certains rôles sont tenus en alternance, vous n’aurez peut-être pas la même distribution. Mais je dois dire que ces cinq-là ont produit un mélange détonnant et nous ont communiqué leur plaisir de jouer ensemble.

Bref une sortie bien distrayante et que j’ai envie de revoir (et ça c’est suffisamment rare pour que je le signale).
8 juil. 2019
8/10
2 0
« Pølår » au théâtre Le Funambule dans une adaptation et une mise en scène de Marc Riso est tiré de la bande dessinée de Henrik Lange ou comment écrire un polar suédois sans se fatiguer.

Quand on pense suédois, on pense rapidement à Ikea, ce célèbre fabricant de meubles qui pour certains ont passé des nuits entières à vouloir comprendre quelque chose à ses notices techniques de montage.
Eh bien c’est à peu près le même profil pour ce spectacle complètement déjanté, loufoque, décalé, euphorisant où l’on rit énormément.
Et quand vous y ajoutez, pour rester dans l’ambiance nordique, des parodies des chansons du groupe ABBA dans une voiture aux phares hypnotisants, vous atteignez le summum du burlesque.

Vous découvrirez au fil des minutes, non pas de ce procès, mais de cette enquête comment écrire d’une façon ludique votre prochain roman policier.
Et aussi comment y inclure de nombreuses anecdotes afin d’épaissir votre récit et tenir en haleine votre lecteur jusqu’au dénouement.
Il vous faudra aussi envoyer votre lecteur sur de fausses pistes, y inclure un autre meurtre afin de rendre encore plus palpitante cette enquête et pour les plus doués d’entre vous de réfléchir à une suite. Surtout ne pas oublier dans votre écriture de penser à une éventuelle adaptation cinématographique. Cela dépendra des situations et des évènements que vous y inclurez.

Pour le moment présent l’inspecteur Ǻke Larsson, à l’œil façon Colombo mais sans son chien et sa voiture, est chargé de trouver le meurtrier d’une petite fille, meurtre auquel nous avons assisté en direct, mais pour lequel nous n’avons pas pour le moment assez d’éléments pour y comprendre quelque chose.
Tour à tour vont défiler sous nos yeux des personnages percutants, tous présumés innocents mais qui pourraient bien avoir le profil du meurtrier…ou de la meurtrière.
Car dans cette distribution, femmes (quoique…) et hommes se partagent la vedette.
Un inspecteur aux tendances « Gadget », une journaliste, un vendeur de hot dog, un catcheur, la tante de l’inspecteur, le chef, et bien d’autres hurluberlus viendront perturber cette enquête au demeurant passionnante.

Mais ne perdons pas l’objectif principal de ce spectacle, vous aider à écrire votre prochain roman et devenir célèbre ; être le prochain auteur à succès comme Stieg Larsson avec « Millenium ». En cela vous y trouverez des conseils avisés et vous augmenterez d’une façon indéniable vos chances d’être édité.
Et si comme moi, le temps d’un bref instant, vous vous retrouvez sur scène dans la peau d’un célèbre écrivain qui tente sa chance au jeu « Qui veut gagner des millions » (quel est le rapport me direz-vous ? je vous avais prévenu c’est complètement déjanté), vous serez au comble de la joie dans cette pièce interactive qui donne la pêche !

Une jeune troupe de comédiens à la jeunesse flamboyante qui se donne sans compter pour résoudre cette enquête policière avec à sa tête pour la première fois, aujourd’hui sur scène, Cyril Benoit. Un bel homme comme diront certains et je vous laisse découvrir pourquoi, qui ne se ménage pas pour assembler toutes les pièces du puzzle que ses amis Macha Isakova, Hubert Roulleau, Louis Ould-Yaou et Thomas Lemaire se plaisent à mélanger : ils complètent cette brillante distribution.
Ces comédiens ont plaisir à jouer et nous transmettent leur bonne humeur, leur joie d’être sur scène : une joie communicative.
Avec la complicité de Mickael Bouey pour les lumières et Vanessa Villain pour les chorégraphies combatives et endiablées, Marc Riso, le metteur en scène est absolument fou, fou d’inventivité pour diriger tous ces énergumènes sur scène : les chansons, les flash-back, l’ambiance brouillard suédois aux frissons assurés, tout est réglé pour des enchaînements de situations au comique libérateur dans un rythme très soutenu, à couper le souffle.

Après un passage remarqué au théâtre Montmartre Galabru, la compagnie « Le retour de nabot Léon » a pris ses quartiers d’été au théâtre Le Funambule dans une comédie policière sur fond d’écriture-écrivain : c’est drôle, enlevé, à ne pas manquer !
Afficher les 4 commentaires
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor