• Classique
  • Théâtre des Abbesses
  • Paris 18ème

Phèdre, Brigitte Jaques-Wajeman

Phèdre, Brigitte Jaques-Wajeman
De Jean Racine
Mis en scène par Brigitte Jaques-Wajeman
  • Théâtre des Abbesses
  • 31, rue des Abbesses
  • 75018 Paris
Itinéraire
Billets à 30,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Après une exceptionnelle traversée du théâtre de Corneille, Brigitte Jaques-Wajeman met en scène Phèdre, la plus célèbre, la plus mystérieuse tragédie de Racine.

Dans Phèdre, Racine explore l’événement absolu qu’est le surgissement de l’amour. L’amour, monstre naissant, monstre dévorateur ! L’exploration des fantasmes, où l’amour, la haine, la mort ont le même visage, est ici poussée jusqu’aux limites de l’innommable.

Le désir est perçu, par ceux qui l’éprouvent, comme une force étrangère qui subvertit les sujets, les rend méconnaissables à eux-mêmes. Un premier, un unique regard, et, tel un alien, il s’introduit dans les corps, s’en empare et les déchire, comme le monstre qui tuera Hippolyte.

Racine ose montrer la jouissance dans laquelle les corps sont emportés, et qui bouleverse les protagonistes, parce qu’elle est interdite. Un combat inexorable se joue au coeur de la tragédie entre l’ombre et la lumière. Dans ce monde où l’expression des passions est à la fois empêchée et exaltée, l’aveu est d’autant plus terrible à dire.

C’est dans une langue renversante de beauté que Racine écrit cette sublime tragédie du désir.

Note rapide
7,8/10
pour 5 notes et 5 critiques
1 critique
Note de 1 à 3
20%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
4 critiques
Note de 8 à 10
80%
Toutes les critiques
31 janv. 2020
9/10
0
Phèdre et Thésée sont magnifiques, bouleversants. Dommage que les autres comédiens soient un peu (Hyppolyte) ou très (tous les autres) en dessous.
18 janv. 2020
10/10
1
Tout est parfait, comme d’habitude avec Mme Wajeman. Les acteurs ont pris de la bouteille depuis Surena et sont encore meilleurs. Quel bonheur d'écouter la langue de Racine sans le moindre effort! Quelle musique!
Bravo encore. Le public ne s'y est pas trompé qui a fait une ovation. Merci à tous et donnez nous encore des classiques comme cela.
9/10
2
Alors ?
Phèdre, pièce de Jean Racine (1677), éponyme de celle éprise d'Hippolyte, le fils de son mari, affiche un amour immoral, et donc impossible. Coupable de ce désir, non réciproque, la malheureuse n'est "ni tout à fait coupable, ni tout à fait innocente" comme l'auteur l'a précisé dans son introduction.

Comment exprimer cette dissonance ? Il fallait pour cela faire confiance à la magnifique Raphaèle Bouchard, à l'allure athlétique, se contorsionnant dans tous les sens. Les yeux perçants, le charisme tranchant et la posture fière, elle parvient à se montrer tant maître de son corps qu’assujettie à ses passions, comme si la douleur enfouie en son profond intérieur s'exprimait dans ses gestes. Elle adopte énergiquement des positions improbables. Il y a quelque chose de très animal et de redoutable. Ce jeu expressif fonctionne à merveille, lui donnant un cachet mystique. Une tragédie respectée de bout en bout par ses divins vers en alexandrins. Elle est sublimée par un décor tout en sable, de la peinture à la chaux au sol noir. Est-ce le désert ? Est-ce des cendres ? Est-ce un temple ? Impossible de le déterminer. Ce ne sont pas les deux formes géométriques qui donnent plus d'indice sur le lieu.

C'est abstrait et harmonieux. Les robes brillent de leur satin et les costumes sont sobres et somptueux : bleu nuit, vert empire, doré ou encore blanc. Cette pièce a l'immense mérite de prouver, qu'avec une telle mise en scène, nous ne pouvons être las des classiques. Un grand merci !
12 janv. 2020
3/10
0
Des actrices et acteurs ( trop jeunes et sans maturité vocale) avec des voix chevrotantes ( à peine audibles à trente mètres…) ou qui n’ont pas de voix (sauf Thésée et Oenone) …qui ne peuvent s’empêcher à chaque vers de pousser le trémolo comme dans un bon vieux mélodrame du début du cinéma parlant… qui ne savent vraiment pas quoi faire de leurs mains durant toute la pièce… qui se contorsionnent comme des adolescents sans assise et sans aucune confiance… un décor bloquant toute profondeur d’une banalité de mur de hall de gare… un éclairage banal… une Phèdre qui surjoue constamment et qui confond à chaque scène petites pulsions d’entre-cuisses avec l’Amour à mort d’une héroïne tragique… on rigole d’ailleurs souvent dans le public !! et c’est un comble pour LA pièce incarnant le mieux LA Passion (revoir au moins la version de Patrice Chéreau avec Dominique Blanc) …

Bref une mise en scène ratée – deux heures d’ennui – dirigée par Brigitte Jacques-Wajeman qui a semble-t-il perdu le feu sacré et qui nous livre une Phèdre bien surgelée…
11 janv. 2020
9/10
0
Phèdre fut une des dernières pièces de Racine créée en 1677 avant qu’il ne se consacre au service de Louis XIV et à la religion. Il s’inspira de la mythologie grecque.
Phèdre seconde épouse de Thésée roi d’Athènes, brule d’amour enflammé pour Hyppolyte fils de celui-ci et d’une amazone.
La rumeur de la mort de Thésée arrive au palais, Phèdre va en faire l’annonce à Hyppolyte et habitée par sa passion dévorante, elle lui avoue son amour. Hyppolyte est horrifié…

La mise en scène Brigitte Jaques-Wajemen est percutante et donne une grande importance à la gestuelle, les corps souffrent, se contorsionnent, se joignent aux alexandrins pour nous transpercer et nous bouleverser.
La violence, le désir, la folie, l’érotisme, la jalousie de Phèdre nous font frémir.
L’amour, la haine s’entremêlent, nous sommes emportés dans cette tragédie avec force et puissance.

Un décor sobre, un grand mur aux couleurs ocre et chaudes de l’amour sur un sol de cendre, mur qui par un jeu de lumière semble vivre et change de tons au long de cette tragédie pour nous conduire à la froideur de la mort.
Les costumes sont magnifiques, des drapés légers et soyeux bleu sombre pour Phèdre, blanc pour Aricie …
Phèdre : Raphaèle Bouchard nous bouleverse par sa sensualité à fleur de peau et la profondeur de son jeu,
Thésée : Bertrand Suarez-Pazos envahit la scène par sa présence et son charisme, quel régal.
Tous sont talentueux, nous ébranlent et nous atteignent au plus profond de nous-même.
Très grand moment de théâtre.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor