On ne paie pas ! On ne paie pas !

On ne paie pas ! On ne paie pas !
De Dario Fo
  • Théâtre de la Tempête
  • Route du Champ-de-Manœuvre
  • 75012 Paris
  • Château de vincennes (l.1)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Un titre slogan. Des femmes affamées et en colère devant la flambée des prix. Antonia, elle, refuse même de passer à la caisse du supermarché. Elle rafle tout ce qui passe, du millet pour canaris à la pâtée pour chiens. Mais où cacher le butin ? La course poursuite s’engage alors avec les gendarmes. D’abord écrite en 1974, sur fond de luttes ouvrières à Milan, cette satire politique a été réécrite en 2008 au moment de la crise des subprimes. À travers cette farce sociale, Dario Fo et Franca Rame se font les porte-parole des plus modestes en véritables “jongleurs du peuple”. Comment agir, individuellement ou collectivement ? Le débat est ouvert. Les femmes prennent le pouvoir. Les hommes doivent marcher droit.

1

Bernard Lévy s’empare de cette comédie à la mécanique burlesque irrésistible, digne de Chaplin ou de Keaton, pour donner toute sa portée jubilatoire à la farce. Une partition comique d’une redoutable précision pour des acteurs champions de la parodie et des quiproquos. L’humour et la déraison pour rétablir une sorte d’ordre dans le chaos, pour en finir avec l’imposture.

Une satire acerbe et truculente de notre société de consommation, dans une pièce d’une actualité déconcertante !

Note rapide
8,5/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
13 mars 2023
8,5/10
2
Loufoque, Réjouissant, Pertinent.

Dario Fo, prix Nobel de littérature 1997, engagé politiquement, communiste puis gauchiste plus modéré, Dario Fo écrit une première version d’une satire politique inspirée du soulèvement d’ouvrières à Milan en 1974, ‘Ne faut pas payer !’.

En 2008, lors de la crise de financière mondiale, « crise des subprimes », en collaboration avec Franca Rame, une nouvelle version voit le jour ‘On ne paie pas ! On ne paie pas !’

Dario Fo, militant, utilise le rire et la bouffonnerie pour dénoncer les difficultés et les révoltes du peuple devant une politique qui écrase la classe ouvrière.

Aujourd’hui, Bernard Levy met en scène avec brio cette satire sociale qui résonne, nous parle et reste toujours d’actualité dans notre monde.

On ne paie pas, On ne paie pas ! slogan que l’on pourrait entendre actuellement lors des manifestations diverses.
Comment payer les courses, le loyer et tout le reste si les salaires sont toujours les mêmes ? Les ménagères vont trouver une solution, une solution extravagante mais efficace.

Aujourd’hui au super marché, Antonia s'est révoltée en compagnie d' autres femmes, certaines dont Antonia, sont parties les paniers pleins sans passer par la caisse …
Tout serait simple s’il n’y avait pas Giovanni son époux trop honnête et incorruptible, il va falloir ruser…
Pour tout compliquer, les gendarmes mènent une enquête pour trouver les coupables de ce pillage…

Dario Fo met les femmes à l’honneur, mais n’oublie pas les hommes qui finissent par bouger.
Dans un ballet de chassés-croisés, des quiproquos et des brouillaminis s’enchainent, les situations rocambolesques toutes plus drolatiques les unes que les autres, déclenchent rire et joyeuseté dans le public.

Les comédiens sont excellents
Flore Babled « Margherita » un peu effarouchée par les stratagèmes d’Antonia, nous séduit par ses mimiques et la justesse de son jeu.
Elie Chapus « 2e gendarme, 2e croque-mort, le déménageur » personnage sans texte mais bien présent trouve sa place dans tout ce petit monde d’excités.
Eddie Chignara « Giovanni » envahie l’espace par son charisme, il nous émeut, ouvrier syndicaliste pur, droit et intègre qui peu à peu perd ses convictions et se prête à des chapardages.
Grégoire Lagrange interprète avec talent « Luigi » jeune amoureux un peu crédule comme son ami Giovanni. Il nous réjouit.
Jean-Philippe Salério « le policier, 1er gendarme, 1er croque-mort, le vieux » l’homme aux mille visages, nous amuse et nous ravi avec ou sans moustaches.
Anne-Élodie Sorlin époustouflante Antonia , quelle énergie et quel talent, elle nous ensorcelle et nous entraine avec joyeuseté et espièglerie dans cette comédie sociale.

Un moment réjouissant ou le rire est bien présent.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor