Octobre

Octobre
De Jacques Prévert
  • Théâtre de Nesle
  • 8, rue de Nesle
  • 75006 Paris
  • Odéon (l.4, l.10)
Itinéraire
Billets de 11,00 à 25,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

7 comédiens retracent en musique l'épopée du groupe Octobre et la jeunesse poétique de Prévert.

Alternant textes de Prévert (Citroën, Marina, La Crosse en l'air, le Réfractaire...) et chansons de l'époque, intégrés dans une trame historique et poétique dans le style des choeurs parlés de Prévert, "Octobre" rend hommage au Prévert militant. 


On est au début des années 30.
Après la guerre c'est la crise : le chômage, la misère, la faim.
En Italie, en Allemagne, la peste brune fait son sale petit bonhomme de chemin.
Mais en Espagne, les hommes qui ont faim son debout ! 
L'hirondelle de la révolution, l'oiseau rouge de la liberté, annonce le printemps dans le monde entier. Dans son sillage, des travailleurs, des chômeurs, et des poètes ! Des artistes, : baladins, bateleurs, saltimbanques...

 

Note rapide
9/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
29 janv. 2018
9/10
5 0
L’histoire d’une troupe d’Agit-Prop des années 30, mais qui jouait des textes de Prévert. L’occasion de se rendre compte qu’au fond, rien n’a changé, que c’est la résignation qui laisse le champ libre au repli sur soi.

J’allais voir un spectacle qui me parlait de Prévert, j’ai vu un spectacle qui me parlait d’Octobre donc de Prévert. Vous avez tous appris Prévert à l’école, certains se souviennent du scénariste des Enfants du Paradis, les plus cultivés du Prévert surréaliste. Mais le Prévert d’Octobre ? Oui, Octobre, la troupe qui jouait pour le peuple, pour diffuser les idées marxistes ?

La troupe d’Agit-Prop, des artistes qui s’engagent pour dire aux ouvriers qu’ils peuvent tout changer. Octobre est une pièce tripale, clivante. Une pièce jouée par une troupe de convaincus qui prennent plaisir à jouer ensemble, qui essayent de faire bouger les choses. Une suite de tableaux ciselés, qui racontent (une) histoire des années 30. Qui commence avec la Révolution d’Espagne et l’espoir, qui se termine avec le Front Populaire et la résignation. C’est une charge contre l’ordre établi, anti… colonialiste… militariste… cléricale…

Chacun en prend pour son grade d’un trait forcé, l’industriel (et sa femme bourgeoise), le pape, le policier, le juge, l’homme politique, les medias. C’est un hommage aux ouvriers qui savaient se mobiliser, une dénonciation des hommes politiques, surtout de gauche, qui ont abandonné le combat, qui ont conduit les ouvriers à la résignation. Octobre se veut un message d’espoir, parce que pour qu’il y ait de la colère, il faut qu’il y ait de l’espoir. Ou le contraire. Ca c’est le message de la troupe, de dire avec ces mots d’avant des choses de maintenant, de lutter contre la résignation. Si Octobre parle des années 1930, de la crise, de la montée des idées réactionnaires, du repli nationaliste, la troupe nous renvoie dans l’actualité, les derniers messages sont clairs, ce ne sont plus les titres ni les slogans 1930, ce sont ceux… de 2013, de 2018. On peut discuter de ce message, dans un monde où les métiers ouvriers disparaissent, où subsistent les métiers de soutiers, exercés par des gens invisibles et résignés. On peut épiloguer sur la façon dont les révoltes se polissent, s’institutionnalisent, s’embourgeoisent comme le chantera Brel plus tard. On ne peut douter de leur conviction. Moi qui aime les gens convaincus qui jouent avec leurs tripes, j’ai été servi. Avant d’être un message, Octobre est un beau spectacle, un spectacle de troupe, qui occupe chaque seconde de la représentation, un spectacle survolté emmené par des acteurs venus d’horizons très divers.

Un spectacle avec du jeu, de la chanson, de la musique. Avec une scénographie créative. J’ai reçu la pièce à plusieurs niveaux. La langue de Prévert, d’abord, déjà là, avec sa fraicheur, son naturel, Prévert, le poète qui avait « trop à dire pour pouvoir l’écrire ». Les tableaux, ensuite, tous poétiques, tous beaux, qui passent chacun un message fort auquel on ne peut échapper. Ces tableaux ont 80 ans, ils n’ont pas une ride, et au fond, pas grand chose n’a changé, les débats sont restés les mêmes. J’en ai apprécié chacun des tableaux. Faut-il en citer ? Citroën. L’hirondelle dont les enfants ne survivront que s’ils restent ensemble. Le pape et l’évêque ivre. Le happening du 14 juillet. Le tableau final, quand Prévert dit Compagnons des mauvais jours.

Un spectacle qu’on peut aller voir en famille. Baroudeur était là, qui s’est laissé emporter. Un spectacle qui a fait salle comble, qui a été très longuement applaudi.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor