top5 (1)

Madame Bovary

Madame Bovary
De Gustave Flaubert
  • Lucernaire
  • 53, rue Notre-Dame-des-Champs
  • 75006 Paris
  • Notre-Dame-des-Champs (l.12)
Itinéraire
Billets de 11,50 à 32,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Charles Bovary épouse Emma, une jeune fille bercée d’illusions romanesques puisées dans les livres.

Un irrémédiable fossé se creuse entre eux. Voulant échapper à une vie provinciale ennuyeuse, cynique et mesquine, Madame Bovary n’aura de cesse de poursuivre son rêve d’un amour palpitant calqué sur ses lectures, ignorant un mari trop banal.

 

Le destin tragique d’un couple qui n’a pas pu se trouver, brossé avec vigueur et ironie par un Gustave Flaubert qui y a consacré cinq ans de sa vie. « Ah ! La Bovary, il m’en souviendra ! » disait-il…

 

Note rapide
9/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
2 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
28 juil. 2017
9/10
12 0
Quel régal !!

Cette adaptation de Madame Bovary est une pure merveille. Captivant !
Je me suis retrouvée au 19 ème siècle, emportée dans la vie de Mme Bovary, à (re)vivre l’œuvre de Flaubert.

L’interprétation d’André Salzet est d’une justesse, avec une pointe d’humour…
A la fois, Mme Bovary, Charles son mari, Léon, Rodolphe, M. Lheureux... André Salzet interprète tous ces personnages avec précision et finesse
Quelle belle découverte ! A voir et même à revoir au Lucernaire.

Petite dédicace d’André Salzet à la voix off de Pierre Forest (Comédien dans Edmond et ayant reçu un Molière cette année).
21 juil. 2017
9/10
52 0
Il est des entreprises théâtrales qui relèvent de la plus folle des gageures.
Peut-on adapter dans un seul en scène et quand on est UN comédien ce monument de la littérature française qu'est « Madame Bovary » ?

La réponse est... Oui !

Oui, définitivement oui.

A condition toutefois de s'appeler André Salzet et d'être mis en scène par Sylvie Blotnikas.

Ce qu'ont accompli ces deux-là tient véritablement de la plus belle des réussites.

Tout d'abord, il faut parler de l'adaptation.
André Salzet, en fin connaisseur de Flaubert (le petit discours après les applaudissements finaux le prouvera), André Salzet donc, a sélectionné de façon à la fois pertinente et intelligente les phrases de l'auteur (et exclusivement de l'auteur), toutes extraites du roman.

Le tout tenant en une heure et cinq minutes. Et cette sélection fonctionne parfaitement.
J'ai retrouvé avec un immense plaisir cette merveilleuse langue et écriture flaubertiennes.

D'autant que le comédien, seul en scène (j'insiste), va dire ces phrases, en interprétant les principaux personnages, même s'il a centré son adaptation sur Charles Bovary.

Il réussit là un tour de force phénoménal.
Dès la première réplique, d'une voix claire et d'une diction parfaite, il nous fait se matérialiser devant nous Charles, Emma, le père Rouault, Lheureux, Berthe, Rodolphe, Léon...

Il prend parfois de forts accents sans pour autant tomber dans la plus vile des caricatures.

Il est passionnant, captivant.
Ses évocations de Yonville, Rouen, de la ferme familiale, des comices agricoles sont extraordinaires. Nous y sommes !

De plus, André Salzet n'a pas son pareil pour nous faire remarquer l'humour qui peut poindre ici et là. Il arbore alors un œil et un sourire espiègles et irrésistibles.

Côté mise en scène, là aussi, c'est un sacré bon boulot.
Coté décor, une table, un fauteuil renversé, et un accessoire qui aura son importance lors de l'entrée et de la sortie du comédien, un accessoire qui semble matérialiser le lien qui unit l'interprète à l'auteur et à son roman, ou bien encore le poids de la fatalité face au libre-arbitre de chacun.
Je vous laisse évidemment découvrir.

Parfois le narrateur s'adresse à Flaubert, qui répond par l'intermédiaire de la voix off de Pierre Forest.

Tout au long de cette heure, le comédien va occuper pleinement toute la scène.
En costume d'époque, redingote, gilet de soie, large cravate assortie sur chemise à col cassé, il fait très belle figure et se déplace en marchant, sautillant ou parfois même dansant une valse de Vienne.

Oui, c'est un vrai moment de très beau théâtre qui nous est proposé, qui nous prouve au passage qu'on peut adapter très finement un roman pour en faire une pièce.

Je terminerai en paraphrasant la déclamation attribuée à Flaubert :

« André Salzet, Madame Bovary, c'est vous ! »
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor