Lisa et moi

Lisa et moi
  • Théâtre Essaïon
  • 6, rue Pierre-au-Lard
  • 75004 Paris
  • Rambuteau (l.11)
Itinéraire
Billets de 15,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Vous avez rendez-vous avec Lisa. Mona Lisa...
L'héroïne du plus célèbre tableau du monde a 2 mots à vous dire !
Révélations... Petites douceurs...

Avec humour et profondeur la muse intemporelle au destin inouï remet les pendules à l'heure.
Plus jamais vous ne la regarderez comme avant ! 

 

Note rapide
7,7/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
67%
1 critique
Note de 8 à 10
33%
Toutes les critiques
25 déc. 2018
7,5/10
2 0
Un voyage dans le temps qui m'a transporté de Florence à Amboise.
Le maître conférencier L. Brouazin met beaucoup de poésie et de chaleur à nous dévoiler les petits secrets de Mona Lisa.
17 déc. 2018
7,5/10
19 0
Scotty téléportation ! (euh je me suis trompée d’époque...) mais c'est pourtant bien une téléportation qui s'opère depuis la salle de l'Essaion vers la salle 711-1-Denon du musée du Louvre et hop nous voilà face à la Joconde ! C'est elle la star de la soirée !

Nous devons ce voyage bien sympathique à Laurent Brouazin, auteur, metteur en scène et interprète de la pièce ‘Lisa et moi’. Il faut dire qu'il connait la dame, il a été guide conférencier pendant 15 ans ! Avec une double approche originale, la Joconde nous révèle son Histoire et ses petits secrets mais aussi ses ‘envies’… Dans un décor très sobre, qui laisse une grande place à l’écoute de sa parole, nous découvrons donc les aventures de Mona Lisa et j’ai appris des détails que j’ignorais !
Ce qui peut surprendre au premier abord, c’est que ce soit un homme qui parle à la première personne de la Joconde mais je vous rassure de suite, on oublie ce point très rapidement car on est captivé par tout ce qui va nous être conté. Oui, c’est bien ce verbe qui convient : conter. Ça un petit charme non négligeable le conte. Et le conteur en a beaucoup du charme, en plus d’avoir du talent car je le répète Laurent Brouazin est aussi l’auteur et le metteur en scène. Je ne peux que vous inviter à venir l’écouter un soir à l’Essaion.

Du coup, je me suis posée la question : depuis quand n’ai-je pas vu la Dame moi aussi ? Eh bien ça fait trois ans ! Il serait de bon ton que j’y retourne, que je la regarde en détail, que je la vois sous un nouveau jour et puis elle aura peut-être une nouvelle histoire à me raconter… Qui sait ?
4 sept. 2018
8/10
13 0
La salle s’obscurcit. Les projecteurs éclairent d’une lumière chaude la petite scène. Les halos cisèlent chaque pierre composant le mur voûté, chaque latte du sol parqueté. L’ensemble est vide. Les regards sont attentifs et le silence s’installe immédiatement. Et là, depuis les coulisses, vient un homme. Un homme ?

Mince, me suis-je trompé de spectacle ? Coup d’œil furtif sur mon billet, dont le contrôle a ôté le talon. Non, il s’agit bien de « Lisa et moi ». Habits sombres, courte barbe poivre et sel, l’homme s’avance, déplie un fauteuil, regarde le public et, avec un léger accent italien, lui lance « ce soir, cela va être long » avant de disparaître. Les regards se font interrogateurs. L’homme revient. Il finit d'installer son décor. Il s’assoit, puis se présente. Bonsoir, je suis Mona Lisa, oui elle-même !

Nous ne sommes plus au théâtre, mais quelques centaines de mètres plus loin, plus en amont sur les quais de Seine, au musée du Louvre, dans la salle accueillant le tableau au célèbre sourire. Lassée de sa pose, Madame Lisa nous interpelle. Elle a des choses à nous dire. Le texte se conçoit tel un voyage dans l’Histoire, une traversée des siècles qui gardent pour même point d’ancrage cette salle d’exposition. Aux évènements connus se mêlent les anecdotes plus confidentielles.

Le texte, plutôt bien travaillé, fait apparaitre deux personnages à la fois contraires et complémentaires. D’un côté La Joconde, statique derrière son vitrage blindé, fatiguée de n’être qu’une peinture et qui depuis son cadre s’ennuie d’observer le monde qui vient à elle. De l’autre côté, Mona Lisa, libérée de toute contrainte, virevoltante, qui se raconte, aime, admire … en un mot « vit ».

Bien évidemment, tout repose ici sur le comédien, Laurent Brouazin. Son interprétation est parfaite. Il n’hésite pas à venir en salle pour, comme il dit, « briser la glace » avec le public. Une proposition originale mais qui correspond tout à fait à l’esprit chaleureux du spectacle. Tout est fait avec bienveillance. Au risque de me répéter, un homme pour jouer Mona Lisa ? Quelle idée étrange. Certes, pourtant en ce qui me concerne, me laissant envelopper par cette voix à l’intonation chantante, j’ai oublié le comédien. Face à moi, c’était Mona Lisa.

A l’heure de la conclusion, on quitte son siège le sourire aux lèvres et avec cette envie de faire un petit détour par le Louvre pour aller la saluer. Qui ? Mais, elle voyons, La Joconde.

Ceci n’est pas une pièce. Non, ceci est un voyage poétique à travers l’histoire de l’art.
Ceci n’est pas une pièce. Non, c’est un de ces moments de bonheur et de grâce que seul le théâtre sait créer.

Aussi, merci pour ce moment …
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor