top5 (1)

Les Swinging Poules

Les Swinging Poules
Mis en scène par Flannan Obé
Avec Florence Andrieu
  • Florence Andrieu
  • Charlotte Baillot
  • Caroline Montier
  • Philippe Brocard
  • Jann Stümke
  • Théâtre Essaïon
  • 6, rue Pierre-au-Lard
  • 75004 Paris
  • Rambuteau (l.11)
Itinéraire
Billets de 12,00 à 30,00
À l'affiche du :
28 août 2019 au 6 janvier 2020
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 21:00
    • 21:30
Achat de Tickets

Trois divettes et leur pianiste revisitent des standards de la chanson française à la sauce swing, avec du coffre et une belle dose d'humour !

Elles sont belles, mordantes, ingénues et gaffeuses.
Accompagnées de leur pianiste de charme, elles vous racontent des histoires de femmes... qui parlent à tout le monde.

Danse, pantomimes, a capella, elles vous font redécouvrir Aznavour, Dassin, Gainsbourg et quelques pépites méconnues du répertoire.

Note rapide
Toutes les critiques
31 oct. 2019
8,5/10
24 0
A pois, tout le monde à pois !
C'est en effet en jean, et dans une tenue à gros pois rouges que ne renierait pas Richard Virenque que s'installent sur scène les trois poules. (C'est elles qui se qualifient ainsi.)

Immédiatement le ton est donné par une goguette : les trois chanteuses ont adapté en français le célèbre titre « Mr Sandman » créé en 1954 par le groupe américain The Chordettes, des « Wisconsinian hens », influencées par les Andrew Sisters, elles-mêmes « Minnesotian hens »...

Ce qui saute tout de suite aux oreilles, c'est la grande cohérence vocale qui règne entre les trois musiciennes. Un très bel ensemble sonore et musical, avec des harmonies sophistiquées, frappe d'emblée les spectateurs, dont votre serviteur.
Un ensemble de voix chaudes, rondes, sopranos et mezzos, qui se complètent admirablement.

Le trio a beaucoup de métier, c'est évident.
Ce sont des poules, certes, mais avant tout des chanteuses lyriques.
Les tessitures, la technique, la sensibilité artistique de Florence Andrieu, Charlotte Baillot et Caroline Montier sont impressionnantes. Beaucoup de talent sur les quelques mètres carrés de la scène de l'Essaion.

Le chant, certes, mais pas que.
L'humour, la drôlerie, la force comique !

Les trois chanteuses possèdent une sacrée vis comica.
Elles vont énormément nous faire rire.
Il faut beaucoup de savoir-faire pour parvenir à chanter de la belle manière qui est la leur, et faire des clowneries en même temps.
Le tout étant très joliment mis en scène et chorégraphié par Flannan Obé.

De grands moments nous attendent.
Le fil rouge est basé sur une sorte de compétition entre la mysoginie et la phallocratie du personnage interprété par le pianiste qui les accompagne (Philippe Brocard était hier remplacé par Emmanuel Touchard.), et le féminisme des titres chantés, revendiqué par ces dames.

Les hommes, les femmes, les éternelles et compliquées relations entre les deux composantes de l'humanité seront mises à profit pour des facéties accompagnant les titres judicieusement choisis.
Avec de grands moments, comme une chanson très rentre-dedans, avec escalade du piano volontairement assez peu gracieuse. (La scène est hilarante.)

Les sketchs chantés s'enchaînent. (Pas facile à dire à haute voix, au passage...)
Nous rions énormément.
Parfois, un accessoire fait son apparition comme ce magnifique trombone en plastique, d'un rouge éclatant.
Et l'on comprend bien que tromboniste, c'est un métier. (Il faut dire que nous sommes prévenus : « y a t'il un tromboniste dans la salle ? », nous demande celle qui produira dans une totale drôlerie une espèce de barrissement d'éléphant).

Un moment d'une grande intensité arrive au moment où nous nous y attendons le moins.
Une sublime interprétation de Syracuse, la chanson d'Henri Salvador et Bernard Dimey.
Je donnerais cher pour jeter un œil sur la partition pour repérer les somptueuses et suaves harmonies vocales. J'en connais, des versions de ce chef d'œuvre, mais celle-ci, qui plus est a cappella, est tout simplement magnifique !

Un runing gag au ukulélé (je vous laisse découvrir...) débouchera sur la très jolie interprétation solo de la chanson de Francis Blanche « Ca tourne pas rond dans ma p'tite tête » que popularisa notamment Odette Laure.
Là encore, nous rions beaucoup !

Nos zygomatiques seront également mis à rude épreuve au cours d'une sorte de meddley de titres de Chaude François et de Dalida. (Oui, c'est louche, Melle Montier !... )

Au bout d'une heure et quinze minutes épatantes, il sera temps de se quitter, avec une reprise jubilatoire en français de Madonna. (Je n'en dis pas plus...)

Et puis un rappel, comme une évidence : « Je suis swing, (zazou, zazou) », de Johnny Hess !
Quoi de plus logique.

Voici donc un spectacle musical tel que je les aime.
Les Swinging Poules enchantent leur public : on ressort de l'Essaïon sur un petit nuage.
Ce trio vocal, par son talent, son humour, est de ceux qui font du bien au moral !

Allez roule, mes poules !
14 oct. 2019
8,5/10
0 0
Les Swinging Poules je les ai découvertes en 2014 à Avignon, et ça ne s’oublie pas !

Elles sont toujours aussi dynamiques et pêchues, ce soir une poulette avait laissé sa place à un jeune coq, l'inénarrable Flannan Obé (dont je suis fan depuis “Arsène Lupin banquier”, “l’envers du décor”, etc). Sa mise en scène est colorée, explosive, drôle.

Donc voilà nos copines chantant le monde du travail, à leur façon, et ce n’est pas triste, rien qu’en les voyant on évite le “burn out” ! L’amour aussi, je vous laisse juge de la poulette brune, oeillades assassines et séduction enfin elle fait son possible !

Chacune sa partie, ou chacun c’est selon le jour, petite brunette tente comme elle peut de jouer de sa mini guitare, se fait houspiller comme d’habitude, pleurniche comme toujours mais a plus d’un tour dans son sac à malices. La “grande blonde” et ses chansons réalistes, et ses vannes envers les copines.

N’oublions pas le pianiste, macho avec bonheur et effronterie, belle voix de baryton, aura bien du mal avec le trio à pois...

Le travail, l’amour, et aussi une délirante chanson sur les médocs qui vont vous faire rigoler la prochaine fois que vous lirez votre ordonnance. Répertoire des années 50 et 60 assaisonnées selon les poulettes.

Enfin, un spectacle à ne pas louper, pour rire sans méchanceté, sans vulgarité.

Allez on sort les maillots à l’Essaion !
7 juil. 2015
1/10
98 0
Quand c'est pas juste, ça vrille mes oreilles, et la mise en scène est bébête.

Dommage.
3,5/10
108 0
Un peu lourd...le choix des textes comme leur interprétation se révèlent de qualité inégale.

Les 3 voix ne sont pas encore calées (c'était la première à l'Alhambra). Mais "le plus moins bien", c'est qu'elles en font mille fois trop ! Je m'attendais pour un trio féminin à un peu plus de finesse et en rapport à l'annonce à beaucoup plus de swing.

Dommage.
3 févr. 2015
5/10
129 0
C'est dommage, il y avait de bonnes choses : entre Andrews Sisters à la française et Frères Jacques au féminin, mais un cabaret aurait été plus approprié à leur prestation que cette grande et froide scène et salle de l'Alhambra vide au 2/3.

Le spectacle est soutenu par un pianiste multi-facettes, cependant le thème et fil conducteur de la soirée "féminisme à l'ancienne" finissent par être monotones et par prendre le pas sur une mise en scène millimétrée et des performances vocales.

Trois choristes, sans décor, reprennent des airs plus ou moins connus qui se succèdent sans vraiment nous accrocher dans un tour de chant qui n'est pas au niveau d'un standard parisien.

A noter : notre critique sur billet réduc a été censurée dans le titre et le texte. En particulier sur l'information concernant le non-remplissage de la salle (vide au 2/3) et notre recommandation d'un spectacle qui cible un public dont la culture musicale se situe entre 1940 et 1970.
Juliette ne connaissait aucune chanson. ;-)
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Musique
Talent des artistes
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor