Les Heures Souterraines

Les Heures Souterraines
De Delphine De Vigan
Mis en scène par Anne Kessler
Avec Thierry Frémont
  • Thierry Frémont
  • Anne Loiret
  • En tournée dans toute la France
Itinéraire
Billets de 28,00 à 60,00
Evénement plus programmé pour le moment

Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Aujourd'hui, le 20 mai : "Il faut que quelque chose se passe. Quelque chose d'exceptionnel. Pour sortir de là. Pour que ça s'arrête".

Mathilde travaille dans une grande entreprise. Jacques, son supérieur hiérarchique, lui fait subir "une somme de petites choses insignifiantes, qui, isolées les unes des autres relèvent de la vie normale d'un service mais dont l'accumulation n'a qu'un seul objectif : Il veut sa peau !"

Thibault est médecin urgentiste. Il aime Lila mais en dehors d'un lit elle lui échappe, se dérobe. Elle ne l'embrasse pas, ne glisse pas sa main dans son dos, ne caresse pas sa joue, le regarde à peine.

 

La pièce Les Heures Souterraines est tirée d'un roman de Delphine de Vigan sorti en 2009. Cette écrivain de 49 ans a remporté de nombreux prix littéraires, notamment pour No et moi en 2007.

776

La critique de la rédaction : Deux personnages se partagent la scène. Ils nous racontent leur histoire, leurs doutes, leurs difficultés. Ces moments de vies, simples, pas toujours très gais, emportent notre attention au fur et à mesure, minute après minute.

Anne Loiret, excellente dans son rôle, nous a bluffé. Nous nous prenons d’empathie pour cette femme, mise à l’écart par son supérieur hiérarchique. Elle nous parle de son travail avec beaucoup de justesse, avec un vocabulaire et des expressions qui nous renvoient à l’absurdité de ce que nous vivons dans le monde de l’entreprise.

Nous avons eu plus de mal à nous intéresser au personnage de Thierry Frémont, trop calme et désabusé. Son amour non réciproque pour une jeune femme nous a moins touché. Peut-être qu’il n’en parlait pas avec les bons mots.

La mise en scène inventive nous a plu. Grâce à quelques trouvailles, elle efface en partie les longueurs du texte, même si le rythme reste assez lent -c’est le lot de la plupart des adaptations littéraires-.

Un joli moment de théâtre, sans prétention.

Note rapide
6,6/10
pour 10 notes et 7 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
5 critiques
Note de 4 à 7
80%
2 critiques
Note de 8 à 10
20%
Toutes les critiques
5 déc. 2015
8/10
125 0
Très bonne surprise que cette pièce sombre et désespérante.

Deux êtres malmenés par la vie se croisent sans jamais se rencontrer. Lui (Thierry Frémont), médecin urgentiste dont la vie sentimentale est un échec, témoin, bien souvent impuissant, de la misère sociale et humaine. Elle (Anne loiret) cadre dans une entreprise est victime de harcèlement moral par son patron qui l'humilie et finit par la démolir.

Un moment très fort recommandé.
27 juin 2015
6/10
242 0
A chaque fois que je vais voir l'adaptation d'un livre que j'ai bien aimé, je me dis que je vais être déçue... Sans surprise, c'est ce qui s'est passé avec les heures souterraines.

Déçue notamment par l'interprétation de Thierry Frémont car dans mon souvenir l'histoire de son personnage dans le bouquin est beaucoup plus captivante. Mais l'excellent jeu de Anne Loiret sauve la pièce. Il faut juste ne pas s'attendre à une adaptation fidèle du roman de Delphine De Vigan.
16 juin 2015
4/10
301 2
Au Théâtre de Paris, Anne Kessler patauge dans une adaptation lourdaude des Heures souterraines.
La double partition monologale de Delphine de Vigan, à l’écriture et à l’intérêt inégaux, offre une qualité d’interprétation variée : tandis qu’Anne Loiret emporte l’adhésion, Thierry Frémont semble plus terne et moins investi.

Un divertissement honnête mais loin d’être indispensable.
15 juin 2015
7/10
233 1
Une pièce grave et touchante très bien interprétée se joue sur la scène du théâtre de Paris en juin.

Pas de tentatives pour détourner le sujet du harcèlement au travail pour faire rire. Ici, la fragilité de l'être humain est exposée sans pudeur. Deux histoires croisées dont une prend très rapidement le dessus : celle d'Anne Loiret. Directrice adjointe, elle a fait l'erreur de contredire son supérieur un jour, déclanchant alors une lente chute aux enfers. La honte de se laisser faire, le désarroi face à des réactions que l'on ne comprend pas, l'isolement au travail, peu à peu... Ces thèmes sont très bien abordés par le texte. Le personnage de Thierry Frémont, de son côté, semble plus être là en appui à sa partenaire. Il ajoute du contexte, aborde le sujet du stress au travail comme l'un des phénomènes médicaux montants du XXIème siècle... Si bien que l'on s'intéresse assez peu à son propre problème : l'amour à sens unique.

Les deux acteurs sont très réalistes dans leurs personnages. La détresse est visible dans toute la gestuelle d'Anne Loiret et l'on suit ses espoirs et ses déceptions sur son visage et dans ses intonations. Thierry Frémont n'est pas en reste et nous offre un médecin désabusé très crédible.

La mise en scène, quant à elle, est très épurée. Elle met ainsi l'accent sur la fragilité des deux acteurs qui n'ont presque rien sur quoi s'appuyer. Les objets du quotidien ne leur sont plus d'aucun secours. A l'exception d'une carte de héros offerte par un enfant...
Une pièce très jolie, on aurait aimé avoir une histoire plus forte et plus claire à laquelle se raccrocher pour comprendre le personnage de Thierry Frémont.
5 juin 2015
8/10
175 1
Emballée par le sujet ( le harcèlement au travail ) qui n'avait jamais été abordé jusque là au théâtre mais aussi sur la solitude et la difficulté de rencontrer l'âme sœur dans une grande ville telle que Paris, j'ai particulièrement accroché à cette pièce.

Anne Loiret y est magnifique de bout en bout. Elle décrit bien les petites perfidies dont elle fait l'objet du jour au lendemain alors même que jusqu'à ce moment fatidique elle entretenait de très bonnes relations avec son N+1. Le décor et la façon dont se croisent les personnages au fur et à mesure que la pièce progresse servent bien la pièce. Beau final également avec un choix musical particulièrement bien senti avec ce morceau des Pink Floyd.

Thierry Frémont n'est pas en reste mais il y a plus de place pour le personnage féminin dans cette pièce que pour celui joué par cet acteur. Le troisième personnage, toujours suggéré mais jamais montré, étant le patron de cette femme qui passe par tous les états. Heureusement qu'elle peut s'en remettre à la carte magique que lui a remis son fils.

Jolie surprise donc.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor