top5 (1)

Lear, Aribert Reimann

Lear, Aribert Reimann
De William Shakespeare
Mis en scène par Calixto Bieito
  • Opéra Garnier
  • 8, rue Scribe
  • 75009 Paris
  • Opéra (l.3, l.7, l.8, RER A)
Itinéraire
Billets de 90,00 à 160,00
Evénement plus programmé pour le moment

"Où suis-je ? Est-ce le jour ? Je ne sais ce que je dois dire. Est-ce que ces mains sont les miennes ? J’aimerais tant savoir ce que je suis."

- Lear, Partie II, scène 6


Du Roi Lear de Shakespeare, Berlioz ne fit qu’une ouverture, tandis que Debussy n’alla pas au-delà des deux premiers numéros de la partition qu’il entreprit d’écrire pour accompagner la mise en scène d’André Antoine.

Quant à Verdi, que cette tragédie « si vaste, si tortueuse » hanta dès 1843, il ne cessa d’atermoyer, confessant au soir de sa vie que la scène dans laquelle Lear se retrouve dans la lande l’avait terrifié. Souhaitant se mesurer au rôle parce qu’il avait depuis longtemps « l’impression que les divers niveaux du drame intérieur et extérieur pouvaient très bien s’allier à la musique et se laisser exprimer par elle », le grand baryton allemand Dietrich Fischer-Dieskau sollicita Benjamin Britten, avant de se tourner vers le compositeur allemand Aribert Reimann.

D’abord hésitant, celui-ci finit par décliner la proposition. Au fil de lectures répétées, la pièce prit cependant racine en lui, la musique s’emmagasinant dans « une sorte de tiroir ouvert quelque part dans [sa] tête », jusqu’à ce que la commande de la Staatsoper de Munich déclenche, en 1975, la phase effective de la composition. « On a rarement dépeint de façon aussi convaincante – peut-être dans le Wozzeck d’Alban Berg – la solitude de l’homme comme conséquence de son incapacité à voir ceux qui l’entourent », écrira le créateur du rôle de Lear et instigateur de cette oeuvre majeure du XXe siècle. Jamais reprise à l’Opéra de Paris depuis sa première française en 1982, elle est présentée dans une nouvelle mise en scène de Calixto Bieito avec Bo Skovhus dans le rôle bouleversant de Lear.

 

Note rapide
8,5/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
8 juin 2016
8,5/10
32 0
Un spectacle ultra contemporain, un opéra créé en 1978, et une mise en scène de Calixto Bieito.

Débarrassé de toute référence visuelle historique, dans un décor symbolique (une haute palissade se disloquant lentement pour finir par s'effondrer tout à fait), le propos de ce Lear se concentre sur la vieillesse et sa déchéance : perte de pouvoir sur son entourage, perte de contrôle sur son corps, perte de la raison. Pour compléter la tragédie, le vieux Lear finit par perdre ses enfants, et de là l'ensemble de son royaume qu'il a passé toute sa vie à construire. Il ne lui reste plus qu'à sombrer dans la folie, assis au bord de la scène, dans son caleçon souillé.

La musique, très dissonante, souvent violente, accompagne admirablement ce drame. Je ne connaissais pas du tout cet opéra il y a quelques mois, j'en avais écouté un enregistrement pour essayer d'y trouver quelques repères. J'ai été étonné de l'ampleur que prend la musique de Reimann en live. La section des percussions est tellement large qu'elle débordait sur les quatre loges du premier balcon, ce qui leur donnait une présence inédite.

La réussite de cette représentation repose surtout sur l'interprétation magistrale, extrême de Lear par le baryton Bo Skovhus. Il n'est pas fréquent de voir un chanteur d'opéra aussi impliqué dans l'aspect théâtral de son rôle. Skovhus domine largement la distribution, qui reste plus classique. Mention spéciale au contre-ténor Andrew Watts dans le rôle du terrorisé Edgar.

Peu de moments de répit dans cette œuvre, ce qui a découragé quelques spectateurs à l'entracte. Pour ma part j'ai été captivé par ce récit terrible, j'en suis sorti lessivé, et profondément marqué par certaines scènes (la tempête, la fuite de Gloucester aveuglé, et la dernière scène, bien sûr).
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Musique
Talent des artistes
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor