Le grand débat

Le grand débat
  • Théâtre de la Cité internationale
  • 17, boulevard Jourdan
  • 75014 Paris
Itinéraire
Billets à 23,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Rejouer sur scène un moment d’anthologie de la vie politique française : le traditionnel face à face du second tour de l’élection présidentielle.

Quatrième opus de la série des Rituels démarrée en 2015 par Émilie Rousset et Louise Hémon, Le Grand Débat décortique cette grand-messe démocratique capable de rassembler toute une nation devant son petit poste de télévision.

La scène du théâtre est transformée en plateau télé dont les images, montées en direct, sont projetées sur un écran au-dessus des acteurs. Coups bas et coups d’éclat, traits d’esprit, changements de cap, langage des corps…

Le théâtre n’est jamais très loin ! Invités à réinterpréter une suite d’extraits construite à partir d’archives des débats de 1974 à 2017, Emmanuelle Lafon et Laurent Poitrenaux — deux as de la joute verbale — nous font revivre un condensé explosif de 43 ans d’histoire médiatique.

 

Note rapide
7,5/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
50%
1 critique
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
7,5/10
5 0
Alors ?
Le Grand Débat combine les sept face-à-face télévisés de l'entre deux-tours de l'élection suprême : la présidence de la République. Chirac, Royal, Jospin, Giscard, Hollande, Le Pen, Mitterrand, Macron, Sarkozy, depuis 1974, les candidats s'affrontent devant des caméras, à l'exception du débat de l'année 2002 qui ne sera pas pour autant occulté dans le spectacle.

Ce sont donc des débats et l'homogénéité de certains speechs donnent la curieuse impression soit que ni l'époque ni les mots n'ont changé ("les français veulent plus de justice sociale") soit que nous sommes amnésiques. Spectateurs, il est difficile de deviner quel ex-candidat ou président est joué sur scène. Cela n'est pas très important, il permet de constater que la politique use de certains mots jusqu'à leur faire perdre leur substance. Magnifique exercice de sémantique qu'offre la pièce grâce à l'utilisation brute des débats. Les comédiens ne font pas (re)vivre stricto sensus la grande messe républicaine. Ils adoptent une posture d'une femme ou d'un homme politique sur la dernière ligne droite, du moins pour le début du spectacle. Ils restituent ce qui s'est dit, avec l'aide d'une oreillette : les acteurs/candidats sont des pantins qui crachent un discours écrit à l'avance. C'est une mise en abyme. Ils sont volontairement prisonnier d'un texte et de sa cadence. Ce jeu particulier - si je puis l'écrire - offre un côté décalé.

On se souvient de la verve pompidolienne ou de la gouaille chiraquienne et on prendra du plaisir à ce que le phrasé soit revisité. La scène très réaliste respecte les éléments d'un plateau TV. Elle reste le garde fou qui continue d'indiquer que nous sommes toujours dans le cadre d'un débat politique, à défaut pour les comédiens de perdre l'aspect conventionnel de la chose. Un Grand Débat comme on ne l'a jamais vu.
12 déc. 2018
9,5/10
33 0
Ce ne sont pas les quelque vingt-trois millions de spectateurs de l'allocution présidentielle du 10 décembre dernier sur les chaînes d'info plus ou moins continue qui me diront le contraire, une intervention politique à la télévision ressemble souvent à une pièce de théâtre.

Dans ce spectacle « Le grand débat », Emilie Rousset et Louise Hémon réussissent pleinement à nous proposer une démarche inverse : elles vont nous prouver que le théâtre peut re-créer cette prestation médiatique d'importance qu'est le débat d'entre-deux-tours de l'élection présidentielle, et puis surtout, elles vont nous démontrer que ce moment politique et télévisé à l'apparence tellement naturelle est en réalité complètement construit.

Comme point de départ de cette démonstration, elles ont choisi ce fameux débat de 1981 opposant le président sortant, Valéry Giscard d'Estaing à François Mitterrand.

Une voix off va faire office de présentateur et va nous rappeler quelques-unes des "21 conditions épouvantables" dues à Robert Badinter et Serge Moati, devant dissuader de l'organisation d'un tel débat.
Il n'en fut rien. Cette toute première et terrible « grammaire » fut acceptée. (Pas de plans de coupe, température du studio à 21 degrés, table de 3 mètres de long, etc, etc...)

Melles Rousset et Hémon vont aller plus bien plus loin que ce moment historique.
Elles vont entremêler tous les débats télévisés d'entre-deux-tours de la Vème République, justement pour en disséquer les règles de fabrication.
Elles interrogent ainsi ces mises en scènes télévisées qui n'ont de cesse de vouloir faire oublier que ces images obéissent à des conditions drastiques et implacables de conception et de réalisation.

Bien entendu, pour nous autres spectateurs s'installe rapidement un petit jeu : il s'agit de reconnaître quel candidat(e) s'exprime et parle principalement de la Nation française.

Nous allons être également être amenés à constater l'évolution de l'élocution des candidats, de leur manière de prononcer les mots de la politique, de la façon de placer les silences ou de couper la parole de l'adversaire.

Deux comédiens brillants vont incarner tous ces prétendants.
Emmanuelle Lafon et Laurent Poitrenaux seront tout à tour des hommes, des femmes, des conservateurs, des socialistes, François, Nicolas, Ségolène, Emmanuel, Marine, Valéry, Jacques...
Ils disent les mots, ils prennent les postures des candidats, et surtout, ils sont filmés par deux cadreurs, Marine Atlan et Mathieu Gaudet, produisant des images et des gros plans sur un grand écran au-dessus d'eux.

C'est une sacrée gageure que les deux réussissent haut la main : tous leurs textes ont été prononcés. Ils sont obligés de les dire en respectant les intonations, les effets de voix... (« Mais vous avez tout fait raison, Monsieur le Premier Ministre »...)

Et ce, jusqu'à un certain moment...

Ils vont alors nous faire bien rire !
En effet, les deux metteures en scène vont entamer une progression diabolique de dynamitage des codes précédemment exposés.
Tout d'abord, il y aura le rappel d'un non-débat. (Oui, M. Jacques Chirac avait refusé de débattre avec Jean-Marie Le Pen.)

Et puis, nous allons constater que tout va voler en éclat : les cadrages, les placements-caméra, les positions des candidats, les éclairages. Nous verrons également les fameux plans de coupe.
Il y aura même l'aboutissement de la destruction de cette grammaire télévisée, nous menant au summum de la communication en matière de débat télévisé.
Je n'en dirai évidemment pas plus pour vous laisser découvrir par vous-mêmes cette démonstration par l'absurde.

C'est bien simple, ce moment de théâtre est passionnant.
C'est un spectacle qui procure une sorte de jouissance un peu perverse, un peu masochiste aussi, à constater combien ces images que nous avons regardées, ou que nous regardons encore, et que nous avons peut-être crues « innocentes » relèvent d'un processus de communication complètement fabriqué.

La démonstration est brillante et imparable.
Ne manquez pas ce grand débat !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor