Critiques pour l'événement Le grand débat
7,5/10
5
Alors ?
Le Grand Débat combine les sept face-à-face télévisés de l'entre deux-tours de l'élection suprême : la présidence de la République. Chirac, Royal, Jospin, Giscard, Hollande, Le Pen, Mitterrand, Macron, Sarkozy, depuis 1974, les candidats s'affrontent devant des caméras, à l'exception du débat de l'année 2002 qui ne sera pas pour autant occulté dans le spectacle.

Ce sont donc des débats et l'homogénéité de certains speechs donnent la curieuse impression soit que ni l'époque ni les mots n'ont changé ("les français veulent plus de justice sociale") soit que nous sommes amnésiques. Spectateurs, il est difficile de deviner quel ex-candidat ou président est joué sur scène. Cela n'est pas très important, il permet de constater que la politique use de certains mots jusqu'à leur faire perdre leur substance. Magnifique exercice de sémantique qu'offre la pièce grâce à l'utilisation brute des débats. Les comédiens ne font pas (re)vivre stricto sensus la grande messe républicaine. Ils adoptent une posture d'une femme ou d'un homme politique sur la dernière ligne droite, du moins pour le début du spectacle. Ils restituent ce qui s'est dit, avec l'aide d'une oreillette : les acteurs/candidats sont des pantins qui crachent un discours écrit à l'avance. C'est une mise en abyme. Ils sont volontairement prisonnier d'un texte et de sa cadence. Ce jeu particulier - si je puis l'écrire - offre un côté décalé.

On se souvient de la verve pompidolienne ou de la gouaille chiraquienne et on prendra du plaisir à ce que le phrasé soit revisité. La scène très réaliste respecte les éléments d'un plateau TV. Elle reste le garde fou qui continue d'indiquer que nous sommes toujours dans le cadre d'un débat politique, à défaut pour les comédiens de perdre l'aspect conventionnel de la chose. Un Grand Débat comme on ne l'a jamais vu.