La Grande Magie

La Grande Magie
Mis en scène par Emmanuel Demarcy-Mota
  • Espace Cardin
  • 1, avenue Gabriel
  • 75008 Paris
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Tout commence lors d’une représentation : le magicien Otto fait disparaître la femme de Calogero, à la demande de son amant, afin qu’ils s’enfuient ensemble. Tandis que quatre années sont passées, l’illusionniste a persuadé le mari trompé que le temps écoulé n’est que celui de la représentation théâtrale et que sa femme se trouve enfermée dans un coffret qu’il peut ouvrir dès qu’il sera certain qu’elle s’y trouve.

156

La Grande Magie utilise la métaphore fantastique et poétique pour naviguer entre illusion et réalité, dans un monde flottant où Calogero se réfugie dans le refus du réel et du temps. Fidèle à son art de portraitiste obnubilé par l’injustice, De Filippo fait également défiler plusieurs personnages d’origine et de statut social différents, confrontés à des drames ou des difficultés quotidiennes diverses, pour dessiner une vaste comédie humaine où le mystère se veut métaphore du monde.

Note rapide
8,5/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
21 déc. 2022
8,5/10
1
Poétique, Fantastique, Pertinent.

Eduardo de Filoppo (1900-1984) est né à Naples. Acteur, poète et dramaturge. Les pièces écrites avant la deuxième guerre mondiale sont regroupées sous le nom de « Cantates des jours pairs , celles écrites après la guerre où il porte un regard plus critique et grave sur la société ont le nom de « Cantates des jours impairs »

La grande magie fait partie de « Cantates des jours impairs ».
L’Italie sort du fascisme Mussolinien, Eduardo De Filippo dénonce la manipulation des hommes qui sont dupés et manipulés par le mensonge et l’illusion.

Dans un hôtel de villégiature, au bord de la mer, au milieu des vacanciers, apparaissent Calogero Di Spelta et son époux. La jalousie de celle-ci est maladive et amuse quelque peu ce beau monde désœuvré. Ils attendent tous avec impatience Otto Marvuglia un magicien que certains semble connaitre…
Otto Marvuglia incarné avec grand brio par Serge Maggiani, va ébranler et subjuguer l’assemblée en invoquant les ténèbres et le troisième œil.

« Oui, Mesdames, Messieurs, en plein soleil je vois les ténèbres…les ténèbres, nous pourrions les détruire avec le troisième œil…œil sans fenêtre, œil de la pensée, le seul qui me reste… »

Quel est donc ce magicien qui les connait tous, les nomme par leur nom et les impressionne ?
Nous allons découvrir le vrai visage de cet illusionniste et nous apprendrons qu’il a été payé quelques sous pour faire disparaitre l’époux de Calogero afin que celui-ci puisse rejoindre sa maitresse.

Calogero Di Spelta interprétée avec grand talent par Valérie Dashwood va assister sous les yeux de tous, à la disparition de son époux à travers un sarcophage. Cette disparition ne devait durer que 15 minutes.

Malheureusement pour Calogero, son époux est kidnappé par sa maitresse et ne reviendra que 4 ans plus tard. Calogero entre dans une grande fureur, Otto Marvuglia pour calmer celle-ci, va avoir recours à quelques stratagèmes.
Il lui annonce que son époux est dans une petite boite mais elle ne peut l’ouvrir et le retrouver que dans une certaine disposition d’esprit…
« Si vous avez foi en lui, vous le trouverez dans cette boite, si vous n’êtes pas convaincue, n’ouvrez jamais. »

Calogero va-t-elle être convaincue ?
Calogero va-t-elle ouvrir ce petit coffre ?
Calogero est perdue entre la réalité et l’illusion.

Quatre ans plus tard, lors du retour de son époux, elle découvre le subterfuge d' Otto.
Acceptera-t-elle d’avoir été trompée ?
En perdra-t-elle la raison ?

L’ombre de Pirandello traverse ce récit et nous fait un petit clin d’œil.

La mise en scène nous transporte dans le monde de l’illusion et de la prestidigitation. Quelques tours de magie, une scénographie enchanteresse, majestueuse et féerique, nous sommes captivés et ensorcelés par cette histoire voguant entre la manipulation et la vérité, l'immagination et la certitude.

Les comédiens nous transportent avec vitalité et talent dans cette fable d’Eduardo De Filippo qui nous conte que pour survivre et alléger les tristes réalités, le monde a besoin d’illusions.
(Edouardo De Filippo écrit La grande Magie en 1948, l’Italie vient de vivre des années terribles du fascismes.)

Très beau et fascinant moment de théâtre.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor