La fin du monde est pour dimanche

La fin du monde est pour dimanche
De François Morel
Mis en scène par Benjamin Guillard
Avec François Morel
  • François Morel
  • Théâtre du Rond-Point
  • 2bis, Avenue Franklin D. Roosevelt
  • 75008 Paris
  • Franklin D. Roosevelt (l.1, l.9)
Itinéraire
Billets à 38,50
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

"Promettez-moi de ne pas rire : je rêve d'un spectacle existentiel. Autant dire que je deviens ambitieux avec l'âge. Justement, il y sera question de l'âge et du temps qui passe, de la recherche du bonheur et d'autres sujets aussi délicieux. Oui, je rêve d'un spectacle existentiel : promettez-moi de rire !"

François Morel

 

Ça va tomber par où ça penche." Le jour va se lever, le soleil avec. Un grand-père montre une aurore à son petit-fils, trésor insaisissable. "Profite, ça rend philosophe."
 
Les choses de la vie, vues par François Morel, réconcilient avec le moment présent. C’est l’inexorable fuite du temps qu’il attrape, épingle, observe avec le sourire en coin et l’œil mélancolique. Janine sirote son vin cuit, parle à une photographie de Sheila, et remercie son idole d’avoir été là, à chaque instant de sa vie. Un figurant, hallebardier de fond de décor, dit sa carrière sans gloire et son blues en alexandrins. Un envoyé spécial de France Bleu Judée, journaliste mécréant, couvre en direct un 24 décembre la naissance à Bethléem du divin enfant.



Chroniqueur pour France Inter, ancien acteur des Deschiens, le comédien et poète réunit des textes écrits pour la radio. Seul en scène, narrateur et personnages, il s’entoure d’images mouvantes, d’effets sonores et d’apparitions magiques. François Morel fait vivre une galerie de gens simples aux joies extraordinaires. Un amour fou pour une huître, un regard dans le métro, la voix d’Anna Karina… Tous voyagent entre des cadeaux tombés du ciel, les saveurs perdues au fil des épreuves de l’existence, des bonheurs sans nom et quelques éclats de rire. La vie est là et la philosophie si simple. Si le monde tient encore jusqu’à dimanche, profitons-en pour exister.

 

Cette pièce avait été nommée pour le Molière 2014 du Seul en Scène finalement gagné par Grégory Gadebois pour sa prestation dans Des Fleurs pour Algernon.

 

Note rapide
6,8/10
pour 3 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
33%
1 critique
Note de 8 à 10
67%
Toutes les critiques
4 mars 2015
5,5/10
131 1
Une déception, alors que les prestations de François Morel sont généralement des plus réussies et des plus touchantes - c'était particulièrement le cas pour son spectacle 'bien des choses'.

Le texte est assez bon, même si le style est trop souvent 'écrit' et manque de spontanéité, l'imagination de François Morel reste débordante et les idées foisonnantes.

Mais la mise en scène de Benjamin Guillard dessert la pièce : François Morel flotte sur une scène trop grande pour lui, qu'il tente d'occuper par des déplacements incessants, qui viennent polluer son jeu.

Résultat : on perd un peu le fil du spectacle, et on perd surtout la finesse d'interprétation de Morel, qui nécessite de pouvoir apprécier la subtilité de son jeu plus que la fébrilité de ses mouvements sur scène.
10/10
109 1
Beau et chaleureux spectacle. François Morel est un poète drôle et un comédien sensible, enthousiaste. Un ami presque !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor