• Classique
  • Théâtre de la Porte-Saint-Martin
  • Paris 10ème
top5 (2)

La Dame de Chez Maxim (Zabou Breitman)

La Dame de Chez Maxim (Zabou Breitman)
De Feydeau
Mis en scène par Zabou Breitman
Avec André Marcon
  • André Marcon
  • Micha Lescot
  • Anne Rotger
  • Christophe Paou
  • Léa Drucker
  • Éric Prat
  • Théâtre de la Porte-Saint-Martin
  • 18, boulevard Saint-Martin
  • 75010 Paris
  • Strasbourg-Saint-Denis (l.4, l.8, l.9)
Itinéraire
Billets de 13,00 à 55,00
À l'affiche du :
10 septembre 2019 au 3 novembre 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 16:00
    • 20:00
    • 20:30
Achat de Tickets

Ce n'est pas son habitude mais hier soir, le Docteur Petypon (Micha Lescot), honorable médecin, a fait la fête jusqu'au bout de la nuit. Il était chez Maxim.

Mongicourt, son ami le plus fidèle, le découvre à midi assoupi sous un canapé renversé.

De la chambre sort la Môme Crevette (Léa Drucker), une danseuse du Moulin-Rouge. Celle-ci est forcée de se faire passer pour sa femme. Elle se pique au jeu et provoque une cascade de quiproquos, d'imbroglios et de coups de théâtre à un rythme effréné.

 

Après Le système Ribadier à la Comédie Française, Zabou Breitman retrouve Feydeau et l’une de ses pièces les plus mythiques, La Dame de Chez Maxim, qu’elle met en scène, au Théâtre de la Porte Saint-Martin.

 

Avec Micha Lescot que nous avons coutume de voir dans des pièces de théâtre public et Léa Drucker, souvent sur les planches parisiennes.

La Dame de Chez Maxim est une pièce de théâtre en 3 actes de Georges Feydeau, écrite en 1899. C'est sa pièce qui dure le plus longtemps.

Note rapide
6,2/10
pour 7 notes et 6 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
4 critiques
Note de 4 à 7
57%
2 critiques
Note de 8 à 10
43%
Toutes les critiques
2 oct. 2019
8/10
2 0
Une pièce menée de façon alerte et enjouée, avec une excellente interprétation (en particulier Anne Rotger et Micha Lescot), des décors kitchissimes. Un excellent moment de détente et de rire.
24 sept. 2019
8/10
3 0
Mais que vous êtes durs avec cette pièce ! Les acteurs sont incroyables. La maîtrise du texte, pas toujours facile est parfaite. Le décor kitch à souhait. J'ai ri souvent. Léa Drucker nous prouve encore qu'elle peut nous faire rire autant que pleurer. Micha Lescot avec son grand corps dégingandé peut tout jouer. Enfin André Marcon qui campe un général tout en puissance et tellement drôle.
Mon seul petit bémol serait peut-être la diction des comédiens au début de la pièce, mais peut-être doivent-ils chauffer leur voix et c'est vrai, les pièces de Feydeau sont toujours un peu longues.
5,5/10
3 0
Après sa mise en scène du Système Ribadier à la Comédie Française saluée par la critique et le public Zabou Breitman a choisi à nouveau Feydeau pour le Théâtre de la Porte Saint Martin. Avec une distribution prestigieuse. Mais de bons comédiens suffisent-ils à donner de l'intérêt à un texte désuet ?

Le pitch est simple et compliqué comme toujours dans un vaudeville. Le docteur Petypon se réveille sous son canapé au lendemain d'une nuit bien arrosée. Dans son lit La môme crevette, danseuse du Moulin Rouge. Par une série de quiproquos Petypon fait passer la danseuse pour son épouse au cours du mariage d'une cousine. A la fin tout rente dans l'ordre, Petypon obtient le pardon de sa femme et sauve son train de vie obtenu grâce à l'argent de la femme à l'apparence revêche, ainsi que son héritage de ma part de son oncle le général qui repart en Afrique couler des jours heureux avec La môme crevette.

Pas grand-chose à reprocher au quatuor de comédiens qui se démène avec une belle énergie pour donner à la pièce le rythme propre au genre. Pas toujours réussi d'ailleurs, pas tant par leur faute que par des artifices de mise en scène qui ne tombent pas toujours à pic. Ainsi le duel factice ou l'accélération façon film muet.

Micha Lescot promène sa grande stature avec aisance dans le rôle du médecin Petypon qui est rapidement dépassé par la situation. André Marcon est impérial en Général pris d'une seconde jeunesse. Anne Rotger est impeccable de rigidité et de folie extatique dans le rôle de Gabrielle Petypon. Enfin Léa Drucker est une truculente et irrésistible Môme Crevette à la gouaille parisienne et l'énergie tourbillonnante.

Mais malgré quelques scènes hilarantes (la double apparition de l'ange), malgré ou à cause des partis pris de mise en scène qui veulent casser les codes (les provinciales, les changements de décor, l'intermède chanté de la Môme) la folie Feydeau n'est pas présente. On sourit, on rit un peu, on s'ennuie.

En bref : un bon casting et un quatuor de comédiens bien dans leurs rôles ne suffisent pas à masquer le vide du texte. Et au final toujours la même question : quel est l'intérêt de monter ces textes vieillots et vieillis. Les amateurs du genre seront certainement néanmoins séduits par cette proposition.
18 sept. 2019
5/10
22 0
Zabou Breitman, après sa réussite à la Comédie Française dans Le système Ribadier, et à l'invitation du directeur du théâtre de la Porte Saint Martin, s'est lancée de nouveau dans Feydeau.

Bis répétita placent ?

Je n'irai pas par quatre chemins : il faut aller voir André Marcon et Anne Rotger !
André Marcon campe un exceptionnel général Petypon. Sa composition de cette vieille baderne en pantalon garance est époustouflante !

Anne Rotger est une formidable Gabrielle Petypon.

Il faut la voir, complètement hallucinée, les cheveux en bataille, ou bien extatique à l'apparition du pseudo-ange !
Ces deux-là m'ont beaucoup fait rire. Leurs duos sont un véritable enchantement !
C'est bien simple, ils nous donnent une leçon de jeu théâtral !

Pour le reste, bien des questions se sont posées à moi.

Etait-ce une bonne idée de vouloir faire jouer Micha Lescot comme Laurent Laffite ?

Etait-ce une bonne idée de truffer la pièce de scènes purement visuelles, que j'ai trouvé gratuites ?

(Petypon tirant sur le cordon des domestiques et levant le cyclo du lointain pour faire apparaître les coulisses, les gags visuels à la Marx Brothers, les Dupond et Dupont, un étrange "combat de doigts" qui arrive de façon très étrange et inattendue, la farandole qui s'étire, mais qui s'étire...)

Feydeau, c'est avant tout un texte, un comique de situations ainsi qu'une mécanique infernale.
Casser le rythme c'est casser la mécanique. Etirer la pièce la plus longue et la plus complexe du grand Georges en ajoutant des parti-pris non-feydoliens, c'est forcément prendre énormément de risques...

Etait-ce une bonne idée de faire jouer bien des personnages féminins par des hommes, surtout sans en tirer un quelconque avantage ?

D'ailleurs, le reste de la distribution est-il suffisamment réfléchi ?

La scénographie du deuxième acte est-elle pertinente ?

Bref, je me répète : André Marcon et Anne Rotger sont absolument remarquables !
15 sept. 2019
5,5/10
4 0
"La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau au théâtre de la Porte Saint-Martin.
-26 ans : 10€ en catégorie 1, les mardi, mercredi et jeudi, selon disponibilités au guichet, 1h avant le spectacle. Téléphoner au 01 42 08 00 32 le jour même pour vérifier les disponibilités.

Grâce à un concours organisé sur Facebook par Folio et le théâtre de la Porte St Martin j’ai pu voir La Dame de chez Maxim de Georges Feydeau. Je ne l’aurai probablement pas vu autrement de la difficulté à avoir des places à 10€ à la Porte St-Martin et du prix des places plein tarif. Aller voir une pièce de Georges Feydeau c'est l'assurance de rire. C’est ce qu’on appelle du théâtre de boulevard. Cette Dame de chez Maxim ne fait pas exception. Que vous ayez déjà vu une pièce de Feydeau ou non vous rirez. Pas tout le temps. Pas toujours aux éclats, au point de vous plier en deux sur votre siège ou d’en pleurer mais vous rirez.

Pour avoir déjà vu des comédies de Feydeau, il y a à mes yeux toujours un sentiment de longueur qui s’installe. On le ressent bien sûr plus ou moins selon la pièce et la mise en scène. Ce coup ci on était plutôt dans le plus, pourtant ce n’était que 2h. Cela n’a rien d’une durée exceptionnelle, que ce soit au théâtre, au cinéma ou même à la télévision. Dans le cas présent le rythme se trouve selon moi brisé à plusieurs reprises par des scènes loufoques et poussives qui cherchent à vous arracher un rire qui ne vient pas. La fin est même cacophonique si bien que je l’ai comprise en sachant quand l’explication avait été donné mais sans avoir réussi à la suivre. Simple fatigue de ma part où problème dans la mise scène ? Tu seras l’arbitre. Heureusement il n’y a rien de très compliqué dans le théâtre de boulevard, c’est d’ailleurs ce qui le rend si savoureux !

En somme si vous n'avez jamais vu de comédie de boulevard de Georges Feydeau et que le théâtre de la Porte Saint-Martin est dans vos moyens faites-vous ce plaisir ! Si n'avez pas un budget théâtre extensible, que vous connaissez un peu Feydeau et que vous n’avez pas la patience de guetter les billets à 10€ pour les -26 ans peut-être vaut-il mieux se laisser tenter par La Puce à l'oreille à la Comédie Française. Le choix vous revient !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor