Espæce

Espæce
De Aurélien Bory
Mis en scène par Aurélien Bory
Avec Olivier Martin-Salvan
  • Olivier Martin-Salvan
  • Katell Le Brenn
  • Guilhem Benoit
  • Mathieu Desseigne Ravel
  • Claire Lefilliâtre
  • Le Centquatre
  • 5, rue Curial
  • 75019 Paris
  • Stalingrad (l.5, l.2)
Itinéraire
Billets à 28,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

« Vivre, c'est passer d'un espace à un autre en essayant le plus possible de ne pas se cogner ».

Cette phrase résume l'humeur et le projet de Georges Perec dans Espèces d'espaces, livre à la lisière de l'essai, du poème, de l'autobiographie. Comment Aurélien Bory, artiste des tangentes et des plans inclinés, de l'apesanteur et de la verticalité, s'empare-t-il de cette oeuvre dont le point de départ est une page de papier ?

En réalité, Espèces d'espaces accompagne depuis longtemps le metteur en scène, qui se passionne pour les « machines à écrire » de l'auteur, dispositifs littéraires qui lui permettent de déplier le monde entier à partir du signe premier : la lettre. Aurélien Bory remplace la page blanche par le plateau nu et se saisit des outils du théâtre comme d'un alphabet, pour en révéler l'histoire et les potentialités. Il rend ainsi hommage à Georges Perec, par allusions plus que par citations.

 

Un hommage à son génie littéraire, connu pour sa dimension ludique, oulipienne, mais aussi à son histoire intime, marquée par la perte de ses parents lors de la seconde guerre mondiale. Aurélien Bory fabrique un puzzle en mouvement, discrètement savant, où s'imbriquent euphorie créative, liberté potache et conscience de l'inévitable naufrage.

 

Note rapide
8/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
50%
1 critique
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
10 déc. 2017
8/10
3 0
« Vivre, c’est passer d’un espace à un autre, en essayant le plus possible de ne pas se cogner »

Après Avignon en 2016 et sûrement d’autres endroits mais j’ai pas creusé la question, Aurélien Bory s’empare d’un des espaces du 104 pour y installer sa machine infernale. Il y a quelque chose de Kafka dans cette histoire avec ces cinq personnages enfermés dans cet espace protéiforme. Ce fameux grand mur est impressionnant et je suis époustouflé, comme dans un spectacle de magie, même si ça m’énerve, de le voir bouger avec l’aide quasi-invisible des régisseurs. Parler de Perec sans énoncer un seul mot. Un peu comme quand celui-ci écrit une histoire sans utiliser la lettre e. Impossible n’est pas français. Je pense qu’on pourrait demander à plusieurs spectateurs la petite histoire qu’ils se sont fait dans leur tête, nous obtiendrions à chaque fois une version différente. Car Espaece ouvre notre boite à imaginaire, aidé par les performances des interprètes, acrobate, contorsionniste, chanteuse lyrique, Olivier Martin Salvan qui est un effet spécial à lui tout seul, avec un solo hilarant, qui s’adaptent comme ils peuvent à ce fameux espace.

Il y a sûrement des références qui nous échappent, mais on tient là un très bel objet visuel non identifié.
22 août 2016
6/10
24 0
Avant une tournée dans toute la France, qui fera escale les 17 et 18 novembre 2016 à la Maison des Arts de Créteil, Aurélien Bory présente sa dernière création, Espaece, à l’Opéra Grand Avignon, inspirée par une œuvre de Georges Perec par laquelle il nous donne à raconter le monde de manière sensible et poétique. Dans une forme épurée, il conjugue les arts et les registres pour déployer les multiples dimensions de l’espace.

Lire ! Lire Espèces d’espaces en entier. Cette œuvre de Georges Perec a longuement habité Aurélien Bory avant qu’il ne propose son inspiration scénique. Sur le plateau, tel une grande page blanche qu’il reste à écrire, cinq personnes occupent l’espace. Aucun mot n’y sera prononcé, tout ne sera que souffle, suggestion, idée. Dans une poésie absolue, le concepteur marie les genres du théâtre, de la danse, du cirque, du chant lyrique et de la musique en nous invitant à nous laisser porter, transporter même dans un espace infini, comme s’il s’agissait d’un terrain de jeu, d’un nouveau chapitre à écrire pour laisser une trace ou tout simplement occuper le vide.

Les tableaux se succèdent avec un jeu sur toutes les dimensions possibles de l’espace envisagé dans différentes perspectives : des barres suspendues horizontalement sur lesquelles certains se suspendent pour explorer le plateau dans sa largeur, un mur qui va d’avant en arrière et engloutit l’espèce humaine, à l’exception d’un, dont l’embonpoint est un obstacle à son passage dans une étroite trappe… Par ailleurs, le mur s’inclinera, deviendra volume géométrique avant de se déployer à nouveau. Il se déforme, ondule, avale les hommes, les « recrache ». On l’escalade, on en chute aussi, on s’y repose, on y apparaît, on y disparaît. Guilhem Benoit, Mathieu Desseigne Ravel, Katell Le Brenn, Claire Lefilliâtre et Olivier Martin-Salvan s’amusent des différents codes, des registres (comique, absurde, burlesque, tragique…), des combinaisons infinies offertes par Aurélien Bory et sa scénographie monumentale qui ouvre le champ de tous les possibles. Le livre, la page, les mots ne sont jamais bien loin dans une allégorie du théâtre et du plateau sensiblement touchante. La lecture acrobatique laisse entrevoir de belles suggestions, tout comme les mots « errer », « écrire » ou « réécrit » qui se forment en lettres lumineuses. La création d’images vient heurter notre imaginaire et décuple les émotions, comme elle multiplie les silhouettes au laser vert sur le tissu blanc, perpétuant la survie de l’espèce humaine dans un espace défini.

Espaece a la saveur d’un doux voyage, comme une rêverie délicate où le sens nous échappe, parfois, mais où il fait si bon de ressentir autrement que de manière cérébrale toute la poésie qui en émane par une espèce, celle humaine, dans un espace, le théâtre, afin de remplir un vide, de laisser une trace. Aurélien Bory nous parle d’espace mais aussi de temps… « Vivre, c’est passer d’un espace à un autre, en essayant le plus possible de ne pas se cogner ». Le conseil, donné non pas à cœur ouvert mais à livre ouvert dans une très belle mise en forme, mot à mot, jusqu’à reproduire l’ensemble de la citation, nous rappelle à quel point il nous parle de la vie, tout simplement.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor