Eponine fille Thénardier

Eponine fille Thénardier
  • A la Folie Théatre
  • 6, rue de la Folie-Méricourt
  • 75011 Paris
  • Saint Ambroise (l.9)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Éponine, seule dans les rues de Paris, mendie et raconte son histoire. Entre quotidien de misère et rêveries sublimes, souvenirs d’enfance avec Cosette et éveil à l’amour grâce à Marius... la peur des cognes menés par Javert se fait ressentir et les chants de Gavroche résonnent sur le pavé.

Jeune misérable de Victor Hugo, elle nous livre ses espoirs, ses combats, tout en nous faisant partager les grands sursauts de Paris... jusqu'aux barricades !

9

L'AVIS DE LA REDACTION : 8,5/10

Quelle bonne idée d’adapter Les Misérables en Seule en Scène !

Voici Eponine, fille Thénardier ! Ses parents ? Les abominables Thénardier. Son frère ? Gavroche.
Élevée avec la petite Cosette jusqu’à l’arrivée de Valjean, la courageuse Eponine n’est-elle pas la vraie misérable du roman ? Comme il nous touche ce personnage féminin si cher à Victor Hugo !
Nous voilà transportés en 1832, dans ce Paris bouillonnant des barricades, où l’héroïne hugolienne va risquer sa vie.

Sacha Pichol incarne ici une Eponine bouleversante, à fleur de peau, presque effrayante en mendiante des rues ou lorsqu’elle doit tenir tête à son horrible père et sa bande de voyous des barrières ; et si touchante, si attendrissante, quand elle s’accroche à ce secret qui lui fait oublier un peu la boue de son quotidien : elle est amoureuse du jeune Marius (qui aime Cosette)...
Le public est captivé dès les premiers instants et le restera jusqu’à la scène finale, magistrale.

La mise en scène d’Aurélia Frachon sublime Sacha Pichol en la parant d’ombres et de lumières crépusculaires, de vapeurs de fumées.
Barbara Lecompte a su adapter l’énorme roman, et même puiser dans l’univers poétique hugolien, pour en garder la quintessence : un texte captivant qui met en lumière un magnifique rôle de femme !

Bel hasard du calendrier, la première représentation parisienne tombe le 8 mars, journée des Droits de la Femme !
Les conditions de survie des femmes SDF ont elles vraiment évoluées depuis 1832 ? C’est toute la terrible modernité des Misérables…

A voir absolument !
 
Magdeleine B


Note rapide
8,5/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
2 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
28 avr. 2024
8,5/10
0
Le magnifique portrait d'une héroïne hugolienne !

Le texte brillant de Barbara Lecompte, le jeu fiévreux de Sacha Pichol et la mise en scène inspirée d'Aurélia Frachon révèlent ce personnage de femme libre avant l'heure.

Un destin tragique, une aventure cruelle, une femme forte et fragile à la fois .....voilà qui résonne toujours aussi fort aujourd'hui.

Sur la scène, dans la rue, un seau, une poupée, et beaucoup de talent.

Eponine est, de loin, mon personnage préféré des Misérables.

Et ce n'est pas ce seul en scène captivant qui me fera changer d'avis !
9 mars 2024
8,5/10
3
Quelle bonne idée d’adapter Les Misérables en Seule en Scène !

Voici Eponine, fille Thénardier ! Ses parents ? Les abominables Thénardier. Son frère ? Gavroche.
Élevée avec la petite Cosette jusqu’à l’arrivée de Valjean, la courageuse Eponine n’est-elle pas la vraie misérable du roman ? Comme il nous touche ce personnage féminin si cher à Victor Hugo !
Nous voilà transportés en 1832, dans ce Paris bouillonnant des barricades, où l’héroïne hugolienne va risquer sa vie.

Sacha Pichol incarne ici une Eponine bouleversante, à fleur de peau, presque effrayante en mendiante des rues ou lorsqu’elle doit tenir tête à son horrible père et sa bande de voyous des barrières ; et si touchante, si attendrissante, quand elle s’accroche à ce secret qui lui fait oublier un peu la boue de son quotidien : elle est amoureuse du jeune Marius (qui aime Cosette)...
Le public est captivé dès les premiers instants et le restera jusqu’à la scène finale, magistrale.

La mise en scène d’Aurélia Frachon sublime Sacha Pichol en la parant d’ombres et de lumières crépusculaires, de vapeurs de fumées.
Barbara Lecompte a su adapter l’énorme roman, et même puiser dans l’univers poétique hugolien, pour en garder la quintessence : un texte captivant qui met en lumière un magnifique rôle de femme !

Bel hasard du calendrier, la première représentation parisienne tombe le 8 mars, journée des Droits de la Femme ! Les conditions de survie des femmes SDF ont elles vraiment évoluées depuis 1832 ? C’est toute la terrible modernité des Misérables…

A voir absolument !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor