Elle Brûle

Elle Brûle
De Mariette Navarro
Mis en scène par Caroline Guiela Nguyen
Avec Boutaïna El Fekkak
  • Boutaïna El Fekkak
  • Margaux Fabre
  • Alexandre Michel
  • Ruth Nüesch
  • Jean-Claude Oudoul
  • Pierric Plathier
  • Théâtre national de la Colline
  • 15, rue Malte-Brun
  • 75020 Paris
  • Gambetta (l.3)
Itinéraire
Billets de 14,00 à 29,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

L’Emma d’Elle brûle doit quelque chose au personnage d’un célèbre roman, lui-même inspiré d’une histoire vraie...

Le fait divers en tant qu’il est chargé d’imaginaire, la littérature en ce qu’elle lance des coups de sonde dans le réel, la porosité entre vie et fiction: tels sont les matériaux de prédilection de Caroline Guiela Nguyen, jeune metteure en scène qui a travaillé sur Racine et Duras avant de réaliser avec sa compagnie les Hommes Approximatifs Se souvenir de Violetta, variation contemporaine autour du personnage de Marguerite Gautier.

Selon le même processus de création, Elle brûle se construira en va-et-vient entre improvisations et écriture : Mariette Navarro, auteure, est associée au projet. Les répétitions feront dialoguer le théâtre comme machine à fiction et le théâtre comme événement réel, personnes réelles, espace réel.

En écho à l’autre Emma, Elle brûle parlera d’amour, c’est sûr, mais aussi de l’endettement, du besoin d’argent – de ce qu’il comporte de désir de participer au monde, d’y exister enfin, d’y jouir. Et en face d’Emma, il y aura celui qui l’aime et ne voit rien de ce qui se passe – tant le déni de réalité est inhérent à la passion, autre machine à fiction.

 

Note rapide
6,3/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Toutes les critiques
2 mars 2020
6,5/10
1
Dès l’entrée dans le hall du théâtre, nous voilà plongés dans l’univers de la pièce : une exposition d’objets du quotidien de la famille, entre armoire à pharmacie et post-its du frigo, dessins d’enfant et message enregistré sur le répondeur, le cadre est posé : la réalité toute simple d’un foyer « comme les autres »? Pas sûr… tranquillisants par-ci, courrier d’une société de crédit de l’autre.. premiers indices…
Le décor sur le plateau confirme la tendance, un hyper-réalisme, autour d’une famille contemporaine, multi-ethnique.

Les dialogues également, sonnent « quotidien », la langue de tous les jours, des petits déjeuners plus vrais que nature… un parti pris de montrer le quotidien dans ses moindres détails pour mieux en révéler les failles… car ces personnages (qui gardent certains secrets) révèlent bien des problèmes.

Du couple qui se fissure au surendettement, des relations parents-enfant-grand-mère malade, aux patientes du docteur… tout explose sous le joli verni de cet intérieur qui se décompose peu à peu …et autour de cette femme qui sombre, personne ne voit rien…
Et comme ces personnages nous cachent à nous aussi beaucoup de choses, c’est à chacun de se faire sa propre petite histoire sur tout ce qui a pu conduire Emma à en arriver là.

Après un temps d’adaptation au début de la pièce face à cet hyper-réalisme, les marques par exemple qui font irruption dans les dialogues, cela surprend, mais aussi s’y retrouver dans les flash – backs et autour de ce fantôme (?) blanc m’a laissée un peu sans réponse , je me suis prise au jeu de cette « enquête », guettant les indices révélateurs du mal-être d’Emma. Les scènes s’enchaînent, le temps remonte – ré-avance- recule, saisissant à chaque fois quelques instants du quotidien de cette famille, qui, mis bout à bout, finissent par nous conduire à comprendre ce suicide.
A noter également l’efficacité du travail des lumières, qui soulignent en particulier les ellipses temporelles.

Autour de Boutaïna El Fekkak dans le rôle d’Emma, l’ensemble de la distribution est à saluer, j’ai trouvé vraiment intéressant ce choix de conception du spectacle et cette écriture particulière qui en est le cœur, bref, une compagnie à suivre!.
20 nov. 2013
6/10
205
Elle Brûle nous explique grâce à des flash backs intelligemment introduits, pourquoi Emma en est arrivée à se suicider. Les acteurs sont extraordinaires et jouent à la perfection ce drame dans lequel on retrouve quelques notes d'humour efficaces. Dommage qu'il y ait tant de longueurs...
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor