Buffles

Buffles
  • Théâtre Mouffetard
  • 73, rue Mouffetard
  • 75005 Paris
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Cinq frères et soeurs mi-buffles mi-humains se souviennent de leur jeunesse dans la blanchisserie de leurs parents. À l’époque, il n’était pas question de traîner dehors : les lions rôdaient !

C’est ainsi que leur petit frère, Max, disparut une nuit… « Dévoré par un fauve... », expliqua leur père.

Comment cela avait-il pu lui arriver puisqu'il ne sortait pas ? Et pourquoi le comportement de leur mère devint-il ensuite bizarre ?

En choeur, ces jeunes adultes racontent comment ils découvrirent, sous le silence, un terrible secret. Ce texte de l’auteur catalan Pau Miró progresse comme une enquête policière. Pour figurer les personnages, Émilie Flacher, metteuse en scène, a conçu des marionnettes portées étonnantes dotées des attributs de ces grands ruminants : tête massive, muffle épais, cornes spectaculaires. L’animalité brutale qui s’en dégage rehausse les sentiments humains qu’elles expriment, typiques de l’adolescence : le désarroi, la colère, la tristesse mais aussi la frustration. Les cinq marionnettistes jouent au diapason les uns des autres, portant à bout de bras ce récit haletant entre passé et présent. Une fable teintée d’étrange sur la nécessité de se raconter sa propre histoire pour devenir adulte.

Note rapide
7,5/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
17 janv. 2022
7,5/10
1
L’auteur catalan Pau Miró propose un texte dense, fort et sans compromis où l'on voit des traces du franquisme. Des gens disparaissaient du jour au lendemain pour la sécurité du pouvoir. Même après la déchéance du dictateur, ces disparitions restent tabous.

Y a t'il des morts utiles pour l'équilibre d'un système? La forme polyphonique nous immerge au plus proche de chaque membre de la fratrie qui se trouve confronter à des doutes, des peurs, des questionnements... Les buffles conçus fascinent autant qu'ils intriguent avec leur tête imposante, leur mufle épais et ces cornes spectaculaires. On se laisse capter par ces visages très réalistes. On se pose des questions sur la manière dont ils ont été réalisés. Leur humanité est d'autant plus valorisée avec le travail précis et plein d'entrain des cinq marionnettistes, Guillaume Clausse, Claire-Marie Daveau, Agnès Oudot, Jean-Baptiste Saunier et Pierre Tallaron. Seul ou avec les autres, avec ou sans animal entier ou partiel, ils transmettent leur énergie, leur enthousiasme, leur fragilité.

On sent leur complicité qui fait oublier les gestes de manipulation. Quand les animaux se grattent les cornes ou soufflent, c'est criant de vérité. La compagnie Arnica et Émilie Flacher arrivent grâce à une ingénieuse mise en scène et des artistes talentueux, passionné à emporter le spectateur dans un autre monde, dans une fable singulière.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor