Affaires sensibles, combats de femmes

Affaires sensibles, combats de femmes
Avec Clémence Thioly
  • Clémence Thioly
  • Théâtre Tristan-Bernard
  • 64, rue du Rocher
  • 75008 Paris
  • St-Lazare (l.3, l.9, l.12, l.13, l.14, RER E, Trans J et L)
Itinéraire
Billets à 31,00
À l'affiche du :
22 septembre 2020 au 30 décembre 2020
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 16:00
    • 18:45
Achat de Tickets

Pauline Dubuisson, folle d'amour et transgressive, a été jugée en 1953 pour le meurtre de son ex petit ami.

Marie Humbert, pleine de courage et déchirée, mère de Vincent Humbert, au centre du débat sur l'euthanasie.

Edith Cresson, anticonformiste jusqu'au bout des ongles. Première ministre de François Mitterrand, la seule à avoir accédé à cette fonction en France.

 

Fabrice Drouelle et Clémence Thioly reviennent sur des luttes de femmes, nous transportent dans des moments de vies intenses. 

Affaires Sensibles, l’émission de France Inter qui existe depuis plus de 5 ans, est adaptée au théâtre.

14

La critique de la rédaction : 8/10. J’ai passé un excellent moment au Théâtre Tristan Bernard.

Ne connaissant l’émission Affaires Sensibles que par sa bonne réputation (je n’écoute pas beaucoup la radio), j’avais hâte de découvrir son adaptation sur les planches.
Les récits sur ces trois femmes au destin hors du commun sont très émouvants, bien racontés. Le narrateur est factuel, précis. L’actrice joue vraiment bien.

La mise en scène avec les projections vidéos ajoute de l’intensité aux histoires.

Je me suis laissé porter du début à la fin.

Une pièce à voir sans hésiter !

Note rapide
8/10
pour 3 notes et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
7 oct. 2020
8/10
6
Affaires sensibles c’est avant tout une émission radio quotidienne culte sur France Inter avec une voix qui l’anime depuis 2014 : celle de Fabrice Drouelle. Quand le projet d’adapter cette chronique radio en pièce de théâtre a été évoqué par François Luciani, le metteur en scène Eric Théobald (Plaidoiries) a vu la possibilité de donner écho à des histoires puissantes. Ce sont des combats de femmes qui ont été choisis et pas n’importe lesquelles : Edith Cresson, seule femme à avoir été premier ministre de la France ; Marie Humbert et son combat pour obtenir une mort digne pour son fils et enfin Pauline Dubuisson l’amoureuse passionnée qui finit par tuer celui qu’elle aime, qui trouve une seconde chance d’être heureuse mais demeure rongée par son passé.

Pour mettre en valeur le talent de conteur de Fabrice Drouelle, Clémence Thioly est sa complice sur scène pour donner une voix aux tranches de vie de ces trois femmes. La mise en scène épurée avec quelques projections vidéos (Mathias Delfau) et une chaise, ainsi que des lumières judicieusement positionnées (Johan Chabal) et des musiques originales de Sébastien Galiana complètent ce dispositif qui suffit à convoquer ces trois femmes devant nous.

Clémence Thioly donne une identité à ces femmes complétant parfaitement la narration toujours aussi charismatique de Fabrice Drouelle. Nous écoutons en silence le destin de chacune d’entre elles, qui ont à leur manière marqué de leur empreinte ces moments choisis intenses. l’émotion est souvent au rendez vous lorsque que le dénouement des histoires approche.

Un moment de théâtre fort.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor