Critiques pour l'événement Affaires sensibles, combats de femmes
7 oct. 2020
8/10
7
Affaires sensibles c’est avant tout une émission radio quotidienne culte sur France Inter avec une voix qui l’anime depuis 2014 : celle de Fabrice Drouelle. Quand le projet d’adapter cette chronique radio en pièce de théâtre a été évoqué par François Luciani, le metteur en scène Eric Théobald (Plaidoiries) a vu la possibilité de donner écho à des histoires puissantes. Ce sont des combats de femmes qui ont été choisis et pas n’importe lesquelles : Edith Cresson, seule femme à avoir été premier ministre de la France ; Marie Humbert et son combat pour obtenir une mort digne pour son fils et enfin Pauline Dubuisson l’amoureuse passionnée qui finit par tuer celui qu’elle aime, qui trouve une seconde chance d’être heureuse mais demeure rongée par son passé.

Pour mettre en valeur le talent de conteur de Fabrice Drouelle, Clémence Thioly est sa complice sur scène pour donner une voix aux tranches de vie de ces trois femmes. La mise en scène épurée avec quelques projections vidéos (Mathias Delfau) et une chaise, ainsi que des lumières judicieusement positionnées (Johan Chabal) et des musiques originales de Sébastien Galiana complètent ce dispositif qui suffit à convoquer ces trois femmes devant nous.

Clémence Thioly donne une identité à ces femmes complétant parfaitement la narration toujours aussi charismatique de Fabrice Drouelle. Nous écoutons en silence le destin de chacune d’entre elles, qui ont à leur manière marqué de leur empreinte ces moments choisis intenses. l’émotion est souvent au rendez vous lorsque que le dénouement des histoires approche.

Un moment de théâtre fort.