Critiques pour l'événement Notre innocence (Victoires)
25 mars 2018
9/10
31
Elle avait vingt-sept ans. Elle s'appelait Victoire.
Elle était élève d'un atelier de recherche théâtrale animé par Wajdi Mouwad au Conservatoire National Supérieur d'Art dramatique de Paris.

L'imparfait de l'indicatif est un temps à la fois définitif, irréversible et horrible.
Victoire est tombée de son treizième étage. Tout porte à croire que c'est un suicide.
Ce qui est certain, c'est que la mort, elle, est là. Définitive, irréversible et horrible.

Mouawad a créé ce texte avec les camarades de Victoire pour que cette triste histoire ne s'achève pas par la mort, justement. Pour donner une suite, raconter, témoigner.

Notre innocence, c'est en quelque sorte la mise à plat de ce décès brutal par le prisme de la jeunesse des dix-huit camarades de la Victoire.

Nous allons assister à une sorte de « sociologie de l'après-traumatisme ».

Tout commence par l'exposition du projet artistique et dramaturgique.
Puis un choeur antique et à la fois on ne peut plus moderne va s'adresser à nous.

Les dix-huit jeunes comédiens, tous entre vingt-cinq et trente ans, vont nous donner un long choral de mots.

Tous ensemble, dans une stupéfiante maîtrise et une parfaite synchronisation (c'en est même parfois troublant...), ils vont exprimer, dire, hurler ce qu'ils ont sur le cœur.

Ils vont « gueuler contre les vieux », ceux qui les ont mis au monde, ceux qui leur laissent cette atroce société, ceux qui leur rebattent les oreilles de mai 68, de leur combats qu'ils ont ensuite reniés.

Le constat qu'ils font à travers les mots scandés est implacable et accablant.

La deuxième partie sera une sorte de cène à l'envers. L'une d'entre eux est déjà partie, mais elle ne ressuscitera pas.

Tous réunis autour d'une table, chacun va tenter de trouver des explications, des justifications, des excuses, aussi.
Les personnages n'ont alors pas de nom.

Le dernier acte nous en fera faire la connaissance d'un autre, de personnage. Il s'agira d'Alabama, âgée de neuf ans, la fille de Victoire.
Elle mettra tout le monde face à ses responsabilités, car à leur tour, au delà de leur révolte et de leurs indignations, eux aussi devront transmettre un monde (peut-être) meilleur.
Elle, elle dira le prénom de tous les protagonistes.

Sur le plateau, règne en permanence une sacré cohérence de jeu. Tous les dix-huit comédiens forment un ensemble très homogène, et parviennent à faire ressortir en très peu de mots et de gestes les caractéristiques psychologiques de leur personnage. Tous sont très crédibles et en très peu de temps, loi du nombre oblige.

La direction d'acteurs est ultra-précise (on connaît Mouawad) et sa gestion des dix-huit acteurs est très pertinente. Beaucoup d'énergie se dégage de tout ça.

La scénographie de Clémentine Dercq est fort judicieuse, avec un grand fond blanc motorisé se déplaçant vers le proscénium, créant ainsi un véritable étouffement, avec également de beaux effets de rideaux de fine tulle.

Cette création à la Colline de Wajdi Mouwad est à la fois troublante et forcément émouvante, (Des comédiennes pleurent sur le plateau, je ne suis pas certain que ce soit pour "jouer", une réelle émotion se dégage très rapidement).

De plus, ce spectacle porte un beau message cathartique.
Au travers de la disparition d'un être humain, c'est le chaos de la vie qui est montré. Il faudra que ce soit la mort qui soit le catalyseur de la révélation de ce que chacun porte en soi.

Un moment de théâtre qui ne peut laisser indifférent.

Mouawad et ses comédiens nous enferment une nouvelle fois pour mieux nous libérer en nous posant une vraie question : comment nous positionnerions nous ? Nous.

Où en sommes-nous, de notre innocence ?
22 mars 2018
8,5/10
7
Notre innocence … pas tant que cela !

Au début du spectacle, un chœur -à l’antique- de 18 jeunes gens et filles, qui scandent longuement (avec talent, c’est impressionnant !) à la face des générations d’avant (le public ? -jeune pourtant ce soir-là dans sa majorité-) son désespoir, sa fureur, son impuissance, ses accusations, privés qu’ils sont , disent-ils, de toutes perspectives, de tout avenir… et qui ne se reconnaissent pas dans ce à quoi leurs aînés, les générations d’avant, s’accrochent, ont cru, leur ont transmis ou les obligent à vivre….
C’est rude, c’est excessif, c’est parfois drôle, c’est bien ficelé, même si sans doute un peu long.
C’est en tout cas un morceau de bravoure admirable que ce choral à l’unisson avec variations rythmiques (sans chef d’orchestre !). Bravo !

Ces jeunes qui se perdent dans les excès pour ne pas penser, pas désespérer trop, pas ressentir trop cruellement, ou pour ne pas sombrer… ni pour avoir à s’engager, ou à tenter de changer les choses. Jusqu’au moment où la tragédie survient et ils n’y sont pas préparés... on ne l'est jamais !

A la fin du spectacle, un souffle, du rêve, de l’imaginaire, un jeu de lumières, de voiles, de pénombres, de silhouettes, d’ombres …. et l’irruption d’une petite fille, réelle ou irréelle, orpheline peut-être, avec l’ouverture des possibles : de l’émotion, de la poésie, de l’onirisme…Tout n’est peut-être plus si noir… ni perdu… De l’espoir renaît !

Entre temps, la confrontation à la mort, aux questionnements âpres que suscite un suicide
Et, des manifestations d’incrédulité, d’indifférence, d’égoïsme, de culpabilité, de lâcheté, d’inquiétude, de prudence, de fureur, de faux semblant, de générosité -intéressée ?-, de dégoût, d’agressivité, d’irresponsabilité…
Les échanges sont durs, sans concessions, violents, dans une langue crue, directe, sans artifices. Les rôles (des archétypes ?) sont bien définis !

Chacun en apprend un peu plus sur lui-même, sur ce qu’il n’a pas fait, n’a pas voulu voir, croyait savoir et dont il se contentait, sur ce dont il se vantait, sur ce qu’il aurait pu faire, ou, sur le malheur, que par son indifférence, son cynisme ou sa lâcheté, il a précipité…
Et nous, on voit se dessiner une personne ou un personnage, « la suicidée ?»… dont ses copains, apprentis-comédiens comme elle, en fait ne savaient pas grand-chose, même ceux qui se pensaient proches d’elle, parce qu’au fond cela les arrangeait bien… Réalité, fiction s’entremêlent.
Chacun son trip, son histoire, sa vie, son mode de survie….et sa façon de « compagnonner » !

Ce spectacle aux formes et aux écritures multiples constitue un beau travail. Ces jeunes s’en sortent très bien et ont des talents nombreux.

« Notre innocence » m’a plu, intéressée, émue. Je n’ai pas vu le temps passer. 2H15 sans entracte. J’ai été captivée.

Wajdi Mouawad a eu raison d’encourager ces jeunes à se dépasser et à dépasser le traumatisme vécu, à travers ce spectacle qu’il a conçu pour eux et avec eux.

Ensemble ils ont « fait quelque chose » de ces événements tragiques (les vrais morts : le suicide du copain de Mouawad lors de sa jeunesse au Québec et, la crise cardiaque de leur camarade de promo, disparue elle aussi prématurément).
Le deuil a pris ici une forme collective inattendue et c’est bien !
18 mars 2018
10/10
6
Notre innocence au Théâtre du Rond-Point jusqu’au 11/04.
Wajdi Mouawad nous transperce à nouveau le cœur. C’est magnifique.

Prologue
Victoire mère d’une petite fille de 9 ans se donne la mort en se défenestrant. Des questionnements, des remises en questions mais aussi des non-dits vont surgir au sein de la troupe de jeunes apprentis-comédiens qui partageaient leur quotidien avec Victoire.
Cette fiction rend un hommage à :
Tristan disparu il y a trente ans, ami de Wajdi lorsqu’il était élève comédien au Québec.
Camille faisant partie de la promotion de ces jeunes apprentis comédiens et récemment disparue d’une crise cardiaque.
Cette coïncidence est bouleversante.
C’est la mort des étoiles filantes.

Le sang
La jeunesse en révolte.
Magnifique cœur des 18 comédiens révoltés contre la société (les conventions et le confort bourgeois) et le monde actuel (la pub, le béton, la violence.)
« Comment continuer à vivre aux milieu des désastres »
« Que vais-je faire demain, de ma peau, de ma viande »
« JSR j’en sais rien »
C’est percutant, violent, on en prend plein « la gueule » mais c’est tellement vrai.
La chair
La jeunesse se défoule en boite de nuit, tout à coup surgit un bruit de sirènes. La scène se vide. On pressent un évènement tragique. L’espace d’un instant le bataclan nous saute aux yeux.

Le corps
Nous retrouvons notre jeune troupe autour d’une table. Tous sont dans une grande consternation et une effroyable douleur. C’est l’annonce du suicide de Victoire. L’incompréhension, la culpabilité, le désarroi de cette jeunesse va donner lieu à des disputes, des règlements de comptes. Ils sont perdus.
Sont-ils responsables ? Que va devenir la petite fille ?
L’histoire vous le dira…

L’esprit et la vie
Dans un très beau jeu de lumière, apparait la petite fille. Est-ce un rêve ? Elle va nous conté une histoire… C’est bouleversants, aérien ça vous touche au plus profond du cœur. C’est la vie qui continue et s’ouvre sur d’autres horizons.