Tant qu'il y aura des coquelicots

Tant qu'il y aura des coquelicots
  • Théâtre Essaïon
  • 6, rue Pierre-au-Lard
  • 75004 Paris
  • Rambuteau (l.11)
Itinéraire
Billets de 18,00 à 32,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Et si chaque femme, chaque homme, chaque enfant, était un lecteur de roman en puissance…

Un amoureux des livres se souvient de ses dix ans , quand en quelques semaines magiques deux femmes passionnées lui ont fait découvrir les mots, la poésie, l’étymologie, la littérature.

Il va même les revivre devant vous, ces leçons originales et enflammées. Venez faire un pas de côté et regarder avec une espièglerie gourmande la passion de lire, qu'elle soit déjà vôtre, ou pas encore…

Une approche sensible et intime, jamais péremptoire.

 

Note rapide
7,8/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
50%
1 critique
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
7 sept. 2019
7/10
0 0
La pièce porte sur le plaisir de la lecture. Un enfant reste marqué par une institutrice qui leur inculpe le goût de la lecture.

Elle leur demande de réfléchir par eux-mêmes, d'interpréter, de voir la beauté du texte. Elle leur apprend à lire au-delà des mots. Cet enfant, passionné de football et de copains, tombera peu à peu dans le bonheur de la lecture. Moyen d'évasion, moyen d'être plus intelligent, plus fort, il finira adulte par dévorer les livres.
La pièce commence de façon amusante avec cet adulte qui lit et qui demande de pouvoir son livre puis entamera le suivant.
C'est une jolie ode à la lecture. C'est bien écrit. C'est tendre. Bien interprété avec des pointes d'excès par moments, mais la pièce se tient. Un peu long car la fin tourne en rond sur les mêmes arguments. Plus court et plus intense, il me semble que la pièce gagnerait.

Toutefois, c'est agréable et plaisant. On se laisse porter.
Bonne mise en scène et le théâtre reste un endroit intimiste pour accueillir ce type de texte.
12 nov. 2017
8,5/10
4 0
Un homme est assis confortablement, il lit goulument. Il va nous ramener à ses dix ans, au moment où Mademoiselle Mansart, institutrice remplaçante, va lui apprendre la lecture, celle où on s’interroge, celle où les mots nous entraînent sur le toboggan des émotions. C’est au Tremplin Théâtre que j’ai vu cette pièce positive, savoureuse.

Une pièce naturelle, pour tous, pour tous ceux qui ont l’esprit ouvert, pour ceux qui ont juste besoin d’un instant positif. Paul a dix ans, il a appris à lire, il joue au ballon, il est heureux dans son monde idéal, celui de l’Ami Ricoré. A dix ans, il va apprendre que la vie n’est pas idéale, son monde s’effondre, ses parents se séparent, il verra moins sa grand mère, celle qui lui lit des livres.

Dans cet univers surgit une institutrice remplaçante, qui va lui apprendre à lire, et non plus à déchiffrer ce qu’il lit. A s’ouvrir sur les questions que posent chaque phrase, chaque paragraphe, et non plus à se limiter au sens des mots. Paul va découvrir que chaque livre est un voyage, un voyage dans les sentiments, les émotions, la grande histoire, la petite histoire, la géographie.

J’ai adoré le texte de Cliff Paillé (Compagnie Hé ! Psst !). J’en ai savouré chaque instant. Il pouvait facilement tomber dans le pédantisme, il évite ce piège avec agilité. Le texte est poétique, précis, léger. Il raconte une histoire précise, tient le cap sans digression. On voit Paul en classe, avec son copain Simon. Paul chez lui, jamais désabusé. Paul apprend la vie, vivre c’est aussi prendre la vie avec distance et aphorismes, il le fait naturellement. Paul est là, entre deux femmes passionnées de lectures, il va découvrir le sens des mots, le sens des émotions, ouvrir les yeux. J’ai apprécié le jeu naturel de Cliff Paillé (l’auteur est sur scène), je l’ai trouvé en décalage avec le parti pris plus joué de Lyne Lebreton.

J’ai vu la pièce avec Baroudeur, qui est sorti de la salle avec des étoiles sous les yeux, la pièce lui a parlé profondément, il serrait précieusement dans ses bras le texte dédicacé, il s’est endormi dessus. P’tit Bonhomme, lui aussi, a apprécié, « c’était trop grave bien ».
Chaque saison, je rencontre une pièce bonbon, une pièce qui fait du bien, qui remonte le moral. Une pièce positive qui apporte sa petite pierre aux bons moments. Je crois que j’ai trouvé celle de cette saison. N’hésitez pas à aller voir la pièce, à y emmener les enseignants qui vous ont apporté autre chose que la matière scolaire (et à y envoyer les autres…). La pièce se donne aussi en milieu scolaire, il existe une version primaire (CM1-CM2), et une version collège.

N’ayez pas peur du titre long ni du pitch, ce n’est pas une pièce compliquée pour adultes intellectuels sévères, c’est une pièce naturelle, pour tous, pour tous ceux qui ont l’esprit ouvert, pour ceux qui ont juste besoin d’un instant positif.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor