MUSIC HALL

MUSIC HALL
De Jean-Luc Lagarce
Mis en scène par Marcial Di Fonzo Bo
Avec Catherine Hiegel
  • Catherine Hiegel
  • Théâtre du Petit Saint Martin
  • 17, rue René Boulanger
  • 75010 Paris
  • République (l.3, l.5, l.8, l.9, l.11)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

En piste : une chanteuse de music-hall sur le retour révèle face au public ses aventures de tournées. Se produisant le plus souvent dans des salles des fêtes avec ses deux Boys, elle entretiendra l’illusion d’un grand spectacle pour ne pas laisser mourir ses rêves.

59

Après Les Règles du savoir-vivre dans une société moderne, le metteur en scène Marco di Fonzo Bo et la comédienne Catherine Hiegel renouent avec le théâtre de Jean-Luc Lagarce. Il s'agit de la cinquième collaboration entre les deux artistes, la première s'était faite sur La Mère de Florian Zeller, qui avait valu un Molière à la comédienne.

Note rapide
9,5/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
2 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
11 nov. 2022
9/10
2
" Comme tous les soirs, dans cette ville-là comme dans toutes les autres villes ", Catherine Hiegel nous livre un régal du texte si particulier de Lagarce.
Music Hall rassemble les souvenirs de la Diva de cette troupe qui fait son spectacle chaque soir, dans toutes les conditions. Histoire de la Diva et d'une troupe maintenant décrépite, blasée où les boys rêvent de s'enfuir. La Diva raconte son histoire, à sa façon poussant jusqu'au bout l'arrangement des choses et l'illusion perdue de star. Le texte est parfois cynique, cruel même.
Elle essaie jusqu'au bout de magnifier ce qui n'est plus.
Par moment, le texte m'a rappelé le classique espagnol Ay Carmela (1986).
Les boys autour de la Diva sont juste excellents dans leur rôle. On rit, on s'amuse du côté passé de mode et raté. Catherine Hiegel est sublime et donne une puissance naturelle au texte que j'imagine difficile à interpréter.
La mise en scène accompagne en tous points.
Décidément le travail de Di Fonzo Bo et de Hiegel fonctionne à merveille.
Deuxième pièce de Lagarce, deuxième enchantement.
Un beau moment de théâtre.
Courez voir ces pièces de Lagarce, goguenards !
10/10
6
Un pur régal ! Catherine Hiegel est à nouveau impressionnante et époustouflante. Quel délice de spectacle, quelle prestation extraordinaire quoiqu’avec cette grande dame de l’art théâtral, tout ce qu’elle touche est formidable, neuf, envoutant, tellement vrai… et donc, dire « extraordinaire » est sans doute une redondance mais c’est pourtant la juste façon d’exalter sa joie, son plaisir d’avoir assister à cette leçon.

Car leçon il y a. Technique et vérité, nuances et émotions, de la plus petite rupture de jeu à l’éclat d’expression qui fuse, chaque geste, chaque parole, chaque regard, est signifiant, vient nous toucher et souvent nous surprendre, sans coup férir.

« En piste : une chanteuse de music-hall sur le retour révèle face au public ses aventures de tournées. Se produisant le plus souvent dans des salles des fêtes avec ses deux Boys, elle entretiendra l’illusion d’un grand spectacle pour ne pas laisser mourir ses rêves. »

Au milieu du plateau, au bord tout près de nous, un tabouret haut attend que le spectacle commence. « Lente et désinvolte » comme nous l’entendrons souvent, digne et pathétique dans sa robe noire de meneuse de revue, paillettes autour de yeux, la Fille approche et vient s’y installer.

Et là, commence un flot de révélations et de considérations, truffé de retours en arrière et de répétitions que la Fille entend nous dire ou se dire, en quête d'une troublante et vaine reconnaissance identitaire d'artiste de music-hall ou de femme, on ne sait pas, on ne sait plus. Qui parle, la chanteuse ou la femme ? Toutes les deux délivrent un même passé, vide de plaisirs et chargé de routines. Pour nous autant que pour elle et ses deux boys présents.

Pas d'histoire dans cette pièce, oh non, hormis la sienne, faite de salles minables en illusions d'espoirs, de panaches avérés et lointains ou rêvés et restitués comme autant de fantasmes mélancoliques et mortifères qui occupent la pensée pour ne pas les laisser sombrer dans l’oubli ou l’enfermement des murs de la folie.

Le texte fort au parlé si particulier de Jean-Luc Lagarce, ponctué par les répétitions de mots ou de formules et les ruptures de phrases, rythmé par une forme de prose proche du récitatif, est donné ici dans une fluidité évidente.

La mise en scène de Martial Di Fonzo Bo illumine le propos de la Fille, celui de ses partenaires, leurs danses et leurs chants aussi, dans des flux permanents de situations qui relèvent du merveilleux. Une singulière et envoutante ambiance nous baigne dans une sorte de floutage onirique qui ne nous laisse jamais perdre le fil de l’intimité qui se dévoile, implacablement et inlassablement décrite par cette présence lunaire et aquoiboniste de cette femme magnifique.

Les nombreuses émotions ressenties couvrent une palette qui va de l’autodérision jusqu’à la souffrance, en passant par l’humour grinçant de ce splendide personnage. La justesse et la sincérité sont saisissantes tant chez Catherine Hiegel bien sûr que chez Raoul Fernandez et Pascal Ternisien, splendides et complémentaires boys de la Fille.

Ce spectacle est un petit bijou qui restitue toute la force et le charme poétique de l’univers de Lagarce. Il s’en dégage une surprenante et mélancolique sensualité, une émotion ténue et prégnante. Incontournable rendez-vous avec Catherine Hiegel avant tout.

À ne surtout pas manquer !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor