Ma famille

Ma famille
  • Le Funambule Montmartre
  • 53, rue des Saules
  • 75018 Paris
  • Lamarck Caulaincourt (l.12)
Itinéraire
Billets de 11,00 à 30,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

C’est l’histoire d’une famille.

Une famille banale dans un pays qui serait banal s’il n’avait pas cette particularité: la vente d’êtres humains y est admise -et même encouragée. On vend ses enfants quand on a du mal à finir le mois, ou quand le réfrigérateur tombe en panne. On vend ses parents quand ils deviennent trop vieux – mais on peut les louer à nouveau pour quelques jours quand il y a une fête familiale.

Le narrateur, à travers l’histoire de son père et de sa propre enfance, brosse le tableau touchant, drôle et parfois féroce de ce monde presque imaginaire.

Porté par quatre comédiens-musiciens et rythmé par des chansons issues de diverses traditions, ce texte fort qui joue sur l’alternance entre récit et représentation fait entrer le spectateur dans un monde où la folie n’est jamais très loin… Violence, ironie et tendresse parcourent le texte, qui, grâce à une adresse directe au public, conserve sa force de comique, d’émotion et de réflexion.

 

Note rapide
9/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
2 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
13 févr. 2017
9/10
49 0
Le spectacle était très habilement ficelé, les tableaux s'enchaînaient avec des raccords invisibles, tout s'écoulait fluidement. Les ruptures musicales empêchaient qu'on vogue sur la pièce sans émerger.
Inutile de préciser que les chants étaient très beaux. D'ailleurs les paroles se mariaient bien avec les mélodies, elles ne semblaient pas plaquées dessus. Les sonorités étaient très variées, d'un grave intense à un aigu fluet, elles envahissaient toute la salle avec puissance.
L'alternance entre des passages musicaux et purement théâtraux était équilibrée sans qu'un systématisme s'installe pour autant, ce qui aurait empêché l'effet de surprise.

L'atmosphère était étrange, on était à la fois dans l'illusion et en dehors. Au début, je ne comprenais pas le fonctionnement du partage des rôles entre les acteurs. Une fois que j'ai compris ça (assez vite quand même), l'illusion fonctionnait très bien.
En tout cas, ça ne doit pas être évident de créer une pièce à partir d'un récit, or là, vous avez donné au texte tout son relief et même un peu plus ... Bravo!
22 janv. 2017
9/10
56 0
Le propos ardu est traité avec une lumineuse légèreté. Un nuage souriant et créatif, gorgé d'émotions mélancoliques, drôles et heureuses. Une combinaison théâtre-musique de haut vol.

Le petit garçon est triste ? Le violon fait la tronche, et nous emporte dans un tourbillon déchiré de notes descendantes. Le petit garçon de neuf ans repart vaillamment sur la route du bonheur ? Alors le violon, le violoncelle et l'accordéon s'accordent sur la mélodie du bonheur, cadencée par le tempo du palpitant de cet enfant résiliant. Parfois, le violon-doudou semble presque mener sa propre vie.

On adore ce joyeux melting-pot de musiques tziganes, yiddish, espagnoles, russes...Pari réussi !

Les chansons chaleureuses et le contenu de la pièce nous resteront en tête comme un hymne à la joie de vivre, à la famille, même celle qui vend son dernier-né pour payer son loyer.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor