Lewis versus Alice

Lewis versus Alice
De Lewis Carroll
Mis en scène par Macha Makeïeff
  • Théâtre Gérard Philipe
  • 59, boulevard Jules-Guesde
  • 93200 Saint-Denis
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Après La Fuite !, traversée hallucinée des Russes blancs jusqu’en terre d’asile, Macha Makeïeff confronte sa fantaisie, qui est vaste, à celle d’un écrivain victorien inclassable, l’énigmatique Lewis Carroll.

Affabulations, murmures, ragots, persiflages autour de l’auteur d’Alice… Qui est ce fils de pasteur et clergyman lui-même, marginal et célèbre, pédagogue dépressif, polémiste, ce logicien qui écrit des contes extravagants ?

Chez ce poète du nonsense, il n’est question que de décalages, de mots à l’envers et d’énigmes sans réponse… On n’aurait de véritable existence que dans le rêve. C’est qu’il y a au-dessus des têtes un surnaturel chaotique qui tient du magique – fées et fantômes, ectoplasmes, âmes capturées sur des plaques de verre, fils de Dieu mélancolique, prophètes vengeurs et autres miracles. Sans oublier les personnages étranges et loquaces, Humpty Dumpty, Chat du Cheshire, Snark, Twiddledum et Twiddeldee, Chapelier fou, Dodo… et toutes ces fantasmagories qui dansent quand on s’ennuie trop longtemps sur le banc du presbytère.

Folie mécanique, inepties salutaires, jouissances de l’imagination, cela pour désarmer les puritanismes, lutter contre tout esprit de sérieux qui serait une malfaisance, une faute de goût. Comme une arme, le féerique plutôt que le réel.

La langue de Carroll, il faut la chanter, la faire entendre sous toutes ses coutures, lui qui fréquentait assidûment, malgré la condamnation de l’évêque d’Oxford, la pantomime et le théâtre.

Les acteurs de Lewis versus Alice ? Hors du temps et gothiques, extravagants. Qu’ils chantent, dansent, racontent, polémiquent ! Qu’ils aient des visions et prennent le thé au milieu de nulle part. Fantasy ! Ils font ainsi l’éloge d’une excentricité so british, libre jusqu’à l’absurde.

Note rapide
7/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
5 oct. 2019
7/10
2 0
Quelle mouche a piqué Macha pour inventer un spectacle aussi déjanté ? Loin de moi l'idée de le lui reprocher... Mais quelle histoire !

Oui d'ailleurs : quelle histoire ? Celle d’Alice ou de Lewis Carroll (ou devrais-je écrire : Charles Lutwidge Dogson) ?

A l'univers d'Alice auquel on s’attend se mêlent en vérité pleins d’autres histoires : celle de l’écrivain mais aussi des passages de ses autres romans « la chasse au Snark », « Sylvie et Bruno », « de l’autre côté du miroir » racontée parfois en anglais puis traduit en français ou en français avec un très fort accent anglais (toujours superbement intelligible, chapeau !).

Il se mélange un peu de tout cela dans un décor qui n'est pas sans rappeler celui de « Trissotin ou les femmes savantes » présenté plus tôt dans l'année à la Scala Paris. Même animaux empaillés qui diffusent une aura d'étrangeté sans que leur présence sur scène ne soit vraiment jamais expliquée.

Même organisation de l'espace avec un lieu de passage central accompagné d’un autre espace en hauteur ; le tout habillé des lumières toujours léchées signées Jean Bellorini. Geoffroy Rondeau (découvert en Trissotin) s'est lui aussi invité à la fête dans le rôle de Lewis jeune.

Ici pourtant la fantaisie va plus loin : on porte d’étranges masques de crocodile ou de lapin, les objets volent et l'on descend par toboggan.

Au milieu de tout ça, pas toujours facile à suivre si on n'a plus Alice en tête ou si on ne parle pas un mot d'anglais (tout n'est pas traduit) mais on se régale vraiment en se remémorant les scènes du chat du Cheshire, du polo, les larmes d'Alice, le thé chez le chapelier fou. J’ai plus de réserve sur la scène de la chenille fumant son calumet et de Richard IV qui tombe comme un cheveu sur la soupe.

Pour enchaîner sans nous perdre totalement d’un univers à l’autre, Macha a eu la bonne idée de faire du spectacle un divertissement à la fois visuel et sonore : les passages assez rock’n roll chantés par Rosemary Standley sont absolument merveilleux.

C’est un endroit du rêve dans lequel ressort de temps en temps des répliques énigmatiques telles que « le début de la mort est très difficile on y arrive avec presque rien » ou « tu veux aller au théâtre mais tu cours un danger mortel : n'essaie pas d'être vivant dans un lieu où tu ne voudrais pas mourir. ».  On frôle parfois l’interrogation lorsque le vieux Charles Dogson surgit et semble courtiser Alice.

Somme toute, ce spectacle est à la fois déjanté, loufoque, fantasmagorique... C’est très beau, un peu féerique, un régal pour les yeux et les oreilles mais je ne suis pas sûre d’en garder une trace au long terme... Pourquoi ce spectacle et qu'en garder comme message? Mais peut-être faut-il parfois se laisser glisser dans un univers sans chercher à le comprendre tout à fait.

Et après tout... N'était-ce pas qu’un rêve ?
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor