Les Dimanches de Monsieur Dézert

Les Dimanches de Monsieur Dézert
  • Le Monfort théâtre
  • 106, rue Brancion
  • 75015 Paris
  • Porte de Vanves (l.13)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Il sera question de cinéma, du grand jeu concours de l’été, d’apocalypse, de journaux à petits tirages, de cailloux, de hyènes et d’âme.

Alors si vous préférez le soleil à la lune, le majeur au mineur, le goût à la fadeur, et bien soit et adieu.

Note rapide
8/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
21 déc. 2021
8/10
0
Lionel Dray décide pour la première fois de mener un projet scénique en solo. Créer, mettre en scène et jouer ne lui fait pas peur.
D'ailleurs, pour le prouver, il décide s'inspirer librement d'un ouvrage de Jean de La Ville de Mirmont, "Les Dimanches de Jean Dézert". Le roman sera la dernière trace de l'auteur avant sa mort au combat pendant la guerre. L'histoire raconte la vie d'un homme sans intérêt qui prend un autre aspect le dimanche car tout est permis. Alors pourquoi ne faire évoquer un être avec un flot de possible via le cinéma?

Quelle belle opportunité de présenter les candidats du grand jeu concours de l’été d'un journal qui propose de payer la totalité d'une réalisation. Les propositions les plus folles et les plus insolites se succèdent. Jean Dézert vit des choses que l'humble humain ne pourrait en vivre (et heureusement peut-être). L'artiste a de la suite dans les idées et cela à de quoi dérouter les spectateurs. Le récit qui déconcerte n'est que la partie immergée de l'iceberg. Le créateur va bien plus loin que cela. La scénographie de Jean-Baptiste Bellon est d'une grande précision pour cet original chaos. Ce que l'on pourrait prendre pour un simple bureau est un plan de travail qui est supporté d'un côté avec des magazines et de l'autre une structure métallique. L'espace est marqué au sol par des toiles en plastique sur lequel repose deux faux murs avec du papier peint déchiré. Lorsque Lionel Dray qui a pris soit son identité ou soit l'un des personnages qui les limitations pour mieux immaculé le sol propre.

De ces tongs avec des chaussettes vertes, il laisse une trace de son passage. Le sol noir ne sera pas le seul qui ne va plus être immaculé. Avec un peu d'eau et de farine, le saltimbanque se transforme en clown mime. Il n'oublie jamais de créer un lien de connivence avec le public plus ou moins agile. En tout cas, il se laisse aller à rire de bon cœur. Impossible de partir indemne.

Pour en être certain, il suffit de tendre l'oreille à ces individus qui disent : "je n'ai jamais vu ça" avec un sourire de satisfaction. Peut-on rendre meilleur hommage à ce curieux baladin?
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor