Le Moche

Le Moche
De Marius von Mayenburg
Mis en scène par Maïa Sandoz
Avec Maïa Sandoz
  • Maïa Sandoz
  • Adèle Haenel
  • Serge Biavan
  • Christophe Danvin
  • Paul Moulin
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Monsieur Lette découvre qu’il est moche.

Sa femme affirme l’aimer malgré son visage « catastrophique », mais la décision de subir une opération chirurgicale est vite prise. Lorsqu’il se réveille de l’anesthésie, rien ne sera plus comme avant : le chirurgien a fait de son visage un chef d’oeuvre. La renaissance de Lette en tant qu’homme beau et irrésistible le rend vite célèbre.

Mais la valeur de Lette sur le marché s’effondre rapidement au moment où il se retrouve face à plusieurs répliques de lui-même.

 

 

TOURNÉE 2015

♦ Le Moche / Perplexe de Marius von Mayenburg au Théâtre des Quartiers d’Ivry
(94) du 9 au 13 puis du 17 au 20 Mars 2015
♦ Le Moche / Voir clair / Perplexe de Marius von Mayenburg au Théâtre des
Quartiers d’Ivry (94) les 14 et 15, 21 et 22 Mars 2015
♦ Le Moche / Voir clair de Marius von Mayenburg au Théâtre de Rungis (94) le 5
Mai 2015
♦ Le Théâtre de l’Argument sera compagnie associée accueillie en résidence au
Festival Contre-Courant et présentera également Le Moche / Voir clair /
Perplexe à l’Île de La Barthelasse, Avignon (84) en Juillet 2015

244
La critique de Perrine (rédac' AuBalcon) : Avec un titre comme ça, on ne savait pas vraiment à quoi s'attendre. Bien sûr, le texte est connu et reconnu, joué presque tous les ans quelque part en France, mais nous n'avions jamais eu l'occasion de le découvrir.
 
Impressionnant. De finesse, de rythme, d'intérêt. Un texte qui semble simple, peu de personnages mais de vrais sujets abordés et une intensité assez unique. Le spectacle ne dure que 55 minutes mais on en ressort conquis, plein de bonnes questions en tête (et on ne sait même pas comment elles sont arrivées là) : le pouvoir du marketing, l'importance des apparences, l'uniformité et la globalisation...
 
Si la pièce, par son texte, est déjà réussie, elle devient excellente grâce à une distribution au poil. 4 comédiens au top et un musicien génial. On est resté pantois devant le "Lette" qui parle à un autre "lui" devant le miroir, bouche bée devant une Adèle Haenel parfaite en jeune homme ambitieux, scotché devant le chirurgien sans scrupule et sans voix devant l'énergie de la comédienne généreuse et dynamique.
 
Contemporaine, cette pièce l'est avant tout par sa mise en scène. Simple. Epurée. Bien sentie. Sans fioriture. Qu'ils parlent, chantent, rient, éructent les comédiens sont au diapason et nous nous enfonçons en même temps qu'eux dans les méandres de leurs aventures. 
 
On a adoré. Ce format court. Cette puissance évocatrice. Cette synergie. La pièce est intéressante, intelligente et plus que ça : marrante et marquante.
Des moments de théâtre comme on les aime. En espérant revoir cette pièce et cette distribution très vite, des affiches plein les murs et de la promo partout car, pour le coup, ça vaut le coup. Du grand art, je vous dis !
 
Note rapide
7,8/10
pour 3 notes et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
33%
0 critique
Note de 8 à 10
67%
1 critique
15 févr. 2015
6,5/10
92 0
Lette est un brillant ingénieur. Mais ce n'est pas lui qui aura le privilège de présenter sa toute dernière invention lors du congrès. Non, il est préférable que quelqu'un d'autre s'en charge. Quelqu'un de plus... Enfin, de moins... Quoi ? Lette veut savoir pourquoi. C'est pourtant impossible qu'il ne s'en soit jamais rendu compte. Et bien, parce que notre cher Lette est "incroyablement moche". Ce sont les mots de son patron, et de sa femme. Voilà comment la nouvelle tombe.

Maïa Sandoz nous propose une immersion dans l'écriture absurde et froide du dramaturge allemand Marius Von Mayenburg. L'énoncé des didascalies comme prologue à l'illusion qui va suivre. Ils sont quatre, sagement assis autour d'une table, acceptant de prendre en charge la farce. Dans un décor unique, terriblement scandinave, Lette va subir une transformation miraculeuse et devenir irrésistiblement beau, le "chef d’œuvre" de son chirurgien esthétique. Aucune modification sur l'apparence de l'excellent Paul Moulin ; la simple force de suggestion du texte de Mayenburg, appuyée par une mise en scène intelligente et efficace établissent des vérités. Nous sommes là où les personnages nous disent se trouver, nous acceptons de voir ce qu'ils nous montrent.

Mayenburg se rit de la valse des apparences, d'une société marketée à l'excès où l'idée du beau, toujours suggérée de manière subliminale, contrôle nos vies et nos choix. Lette devient célèbre parce qu'il est beau, non pas pour son talent d'inventeur. Mais bientôt, sa valeur aux yeux de son employeur ainsi qu'à ceux des femmes qui l'entourent va dégringoler avec l'arrivée sur le marché d'hommes lui ressemblant traits pour traits. Une beauté artificielle est une beauté facilement contrefaite. Lette va sombrer dans douce folie schizophrène, tombant amoureux de celui qu'il voit dans le miroir, de celui qu'il croise au parc, au supermarché, de celui à qui tout réussit.

Quatre comédiens s'emparent de sept personnages avec une aisance naturelle et amusée. On regrette cependant une Adèle Haenel toute en grimaces et en tics incontrôlés qui contraste avec le jeu précis et solide de ses trois camarades. Accompagnée par les compositions hallucinogènes de Christophe Danvin à la guitare électrique, c'est une performance maîtrisée et réfléchie que nous offre le Théâtre de l'Argument sur la scène du Paris-Villette. Peut-être même trop sage par endroits. On reste tout de même avec un léger goût d'inachevé entre les dents, sans doute car cette proposition du Moche est à l'origine associée à deux autres courtes pièces de Mayenburg, trilogie que nous serons invités à découvrir au Théâtre des Quartiers d'Ivry en mars 2015.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor