top5 (1)

Derniers Baisers

Derniers Baisers
  • La Grande Comédie
  • 40, rue de Clichy
  • 75009 Paris
  • Place de Clichy (l.2, l.13)
Itinéraire
Billets de 14,00 à 30,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Anthony, ancien acteur star de la sitcom "Premier bisou", est invité à une journée de rencontre avec les fans pour fêter les 25 ans de la série.

Il y va de mauvaise grâce, juste pour la rémunération car il ne travaille plus beaucoup et a besoin d'argent. Cette journée est organisée par Audrey, "LA" fan numéro une d'Anthony et de la série.

Alban est le seul fan à s’être déplacé, plus "pour pécho", comme il dit, que par réelle passion. Magali est quant à elle aussi une ancienne actrice de la série qu'elle ne renie pas, qui a, contrairement à Anthony.

Tout d'abord cynique et n'assumant pas tout à fait son passage dans la sitcom, Anthony va peu à peu découvrir la vie et le quotidien des trois autres, et cela va l'amener à réfléchir. 

Note rapide
8,8/10
pour 4 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
4 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
8 juil. 2019
9/10
0
L’excellente surprise à ne pas manquer !

Pièce avec un titre et un sujet qui s’inspirent, et traitent, d’une période de la télévision et d’un genre particulier, le sticom français made in AB Productions, Derniers baisers est une pièce qui présente, certes, un sujet intéressant, mais aussi un retour sur une période les moins créatives et les plus cheap de la télévision française.

Toutefois, deux comédiens de cette période, Anthony Dupray, ainsi que Magalie Madison, ont éveillé notre curiosité, tout comme le sujet de l’histoire, ce qui constituèrent des éléments suffisants pour tenter cette aventure. Et ce fut une très bonne pioche, puisque Derniers baisers s’avère être une excellente pièce de théâtre, voire même une très belle œuvre de fiction mêlant comédie et finesse dramatique.

Anthony, acteur d’une série des années 90, n’a plus vraiment le vent en poupe. Catégorisé, relégué, il se voit contraint, moyennant finances, de passer une journée avec des fans de sa série d’antan qui lui ont préparé des « surprises ». Presque au bout du rouleau, doutant de lui et de ses chances de demeurer dans ce métier, il rencontre ses fans qui sont, en tout et pour tout, au nombre de…deux ! Toutefois, de la rencontre avec son reliquat de public bigarré et décalé, de même que la venue d’une ancienne collègue de série, cette journée va être cruciale pour l’existence d’Anthony. Les sticoms d’AB Productions !

Que dire sur cette période particulière dans l’histoire de la télévision française… Des séries tournées à la chaine, de manière très cheap, avec des scénarii pauvres et indigents, bâtis sur un canevas rudimentaire, où nos jeunes comédiens, d’alors, faisaient du mieux qu’ils pouvaient et cela dans une totale rapidité. Pourtant, inexplicablement, il en résulte une certaine nostalgie ainsi qu’un certain intérêt les acteurs de cette époque. Derniers baisers traite de cette époque, nous la rappelle, mais il ne s’agit que de l’argument de notre pièce car les interactions entre les quatre personnages, deux stars d’antan face à deux fans au comportement loufoque, oscillent entre la comédie, la mise en abîme ainsi qu’une réelle émotion. Ces éléments parfaitement dosés, que ce soit dans l’écriture, la mise en scène ou l’interprétation, permettent à notre pièce de s’élever pour dépasser le cadre de son histoire et, événement rare, se commuer en une très belle expérience de théâtre, pour le spectateur. Dotée d’une écriture fine, avec une assez belle caractérisation, le travail de Franck Le Hen demeure remarquable. Non seulement le déroulé de cette pièce est fluide mais le jeu des acteurs demeure bien réglé. On savait, depuis l’époque AB Productions, que Magalie Madison était déjà une bonne actrice, tant elle surpassait déjà les autres acteurs par la qualité de son jeu, mais elle déploie encore d’autres qualités dramatiques pour le moins remarquables. Anthony Dupray, quant à lui, présente une belle prestation comique et dramatique. Une belle progression pour ce comédien qui dégage un charisme certain ainsi qu’une force tranquille et froide que l’on n’avait pas vu depuis Alain Delon. Bien employé, avec de bons projets, il pourrait rapidement s’imposer comme une valeur montante. Caroline Gaget déploie une énergie formidable sur la scène tout en demeurant absolument crédible dans son rôle ingrat, le tout en déployant d’assez belles nuances dramatiques pour cette comédienne aguerrie. Enfin, la révélation se nomme incontestablement Matthieu Nina qui, en comparse décalé, provoque une belle touche d’émotion finale à notre pièce. Acteur à découvrir, qui provoque un capital sympathie immédiat chez le spectateur, Matthieu Nina s’impose également comme un comédien doué et à suivre. Notons que l’écriture de la pièce profite à tous ces acteurs et que chacun bénéficie d’un morceau d’anthologie. Là encore, la mise en scène inspirée et adroite De Franck Le Hen, aidé de Christine Hadida, sait mettre en valeur tous ses acteurs à parts égales.

Cela est incontestablement du au talent d’écriture de Franck Le Hen. Acteur bordelais, puis dramaturge et metteur en scène, Franck Le Hen avait déjà écrit et mis en scène des comédies à succès telles que Les homos préfèrent les blondes, Bonjour ivresse ! Revenir un jour ou encore La famille dans le pré !...Ses qualités de metteur en scène et d’écriture font de Derniers baisers une pièce assez fine, que ce soit dans le registre de la comédie, de la dramaturgie, ou encore dans la caractérisation de ses personnages, le tout capitalisant une mise en abîme assez judicieuse et adroite de l’univers d’AB productions. Rarement une pièce de théâtre n’avait été aussi fluide à suivre puisque, élément rare, on ne ressent aucunement les structures laborieuses souvent marquées dans certaines pièces de théâtre ou même le cloisonnement des trois actes. Cela semble démontrer une maîtrise certaine, voire même une virtuosité, dans la maîtrise technique. Mieux, il n’est absolument pas nécessaire de connaître l’univers de ces séries pour prendre du plaisir à cette pièce. Une assez belle prouesse, ajoutée à un rare plaisir de spectateur - là est d’ailleurs l’essentiel - qui se prolonge longtemps après avoir assisté à cette pièce.

Elle nous comble de rire, d’émotion et de joie qui se bouleversent et s’additionnent pour dépasser le stade de l’émotion et susciter une assez belle leçon sur l’existence. On espère alors retrouver, un jour peut-être, une aussi belle émotion au théâtre. Aussi, à l’heure où les comédies françaises, en salles, demeurent quelque peu laborieuses et variablement peu amusantes, il serait peut-être temps que les producteurs de cinéma permettent à Franck Le Hen d’importer son savoir-faire. On pourrait alors retrouver le charme de ces belles comédies, celles des années 70 ou, mieux encore, de Jacques Weber puisque tant Le dîner de cons que Derniers baisers mêlent si bien rire et dramaturgie à un niveau tel qu’elles peuvent même s’apprécier comme des œuvres.
17 juin 2019
8,5/10
6
Magalie Madison, Anthony Dupray.
Pour les quadras et quinquas qui liront cet article, ces deux noms feront immanquablement ressurgir en mémoire une foule de souvenirs : des après-midis dans le salon familial devant le Club Dorothée, des actrices et acteurs tellement présents dans nos vies qu’ils en devenaient presque des amis … Pour le dire plus simplement, avec ces deux noms revit un univers, celui d’AB Productions, et une certaine idée du bonheur.

« Derniers baisers » ne serait donc qu’une simple adaptation des séries de notre enfance ? Pas exactement. Bien sûr, elles servent de socle, de fil conducteur à la pièce, mais cela s’arrête là car l’intrigue s’intéresse avant tout aux comédiens qui y ont pris part. En m’installant dans mon fauteuil, je m’attends à assister à une comédie « estivale » à l’humour léger et à l’histoire gentillette. Grave erreur ! « Derniers baisers » est au contraire une comédie de qualité, à l’humour efficace et au texte, signé Franck Le Hen, fort bien écrit. En résumé, Anthony, star de la série des années 90 « Premier Bisou », est invité par sa plus grande admiratrice à assister à une rencontre avec ses fans. Sans réel enthousiasme, mais n’ayant financièrement guère le choix, il se plie à l’exercice. Il y retrouve à sa plus grande surprise son ancienne partenaire à l’écran, Magalie. Bien évidemment, rien ne va se passer comme prévu et la belle rencontre va tourner en « journée-vérité » pour les deux acteurs.

Si certaines pièces de théâtre prêtent à sourire, avec « Derniers baisers », le spectateur rit à gorge déployée. Chaque réplique fait mouche. L’humour est omniprésent. Toutefois, le texte est à multiple lecture. Derrière la drôlerie, pointe une certaine gravité prenant la forme d’une critique acide de la profession et de son attitude envers ces comédiens « étiquetés ». Un jugement qui, au fil du dialogue, va pousser à une réflexion plus globale sur leur vie et leur carrière. Force est de constater que si le métier ne leur rend pas honneur, le public, lui, leur conserve une amitié indéfectible au regard du tonnerre d’applaudissements au moment des saluts.

Des applaudissements mérités, car si le texte est de qualité, les interprétations sont aussi à féliciter. Quatre comédiens se partagent la scène. Caroline Gaget, avec une énergie débordante, donne une vitalité incroyable à cette pièce. Elle campe une fan hystérique formidablement drôle. Matthieu Nina offre quant à lui un humour incisif et propose une belle présence sur scène. Magalie Madison délivre une version « d’elle-même » sans concession et pleine d’autodérision. Anthony Dupray, lui aussi, n’hésite pas à se railler de sa propre personne. Si son personnage veut se prendre au sérieux, le comédien préfère en rire et nous faire rire. En leur compagnie, le temps passe bien vite à la cafète … Pour ma part, j’y serais bien resté encore un peu.

La force de « Derniers baisers » n’est pas d’avoir produit une pièce s’adressant aux seuls nostalgiques d’une époque, mais d’avoir fait d’un phénomène télévisé une comédie familiale très réussie.
Une pépite d’humour qu’il ne faut pas manquer !
3 juin 2019
9/10
0
Cette pièce est drôle et touchante. Quel bonheur de retrouver Anthony et Magalie ! Les 4 acteurs sont formidables. La nostalgique que je suis était ravie.
29 mai 2019
9/10
0
Toute ressemblance avec des personnes existantes serait... purement volontaire !!
Nul besoin cependant d'avoir regardé la sitcom Premiers Baisers pour comprendre et apprécier cette pièce pleine d'humour, d'autodérision et d'émotion (et sûrement aussi de nostalgie pour ceux qui connaissent la série d'origine et les acteurs). Les quatre acteurs sont tour à tour drôles et touchants et nous amènent à nous interroger sur notre regard sur les acteurs (facilement catalogués has been ou mauvais), les fans , mais aussi le handicap. Si certains en doutaient encore, les comédiens de sitcoms sont de véritable acteurs qui méritent de tout jouer !! Et s'il on devait donner une morale à cette pièce, ce serait: évitons de juger trop facilement les autres !! Bonus: la possibilité de rencontrer les acteurs à la sortie de la pièce pour dédicaces et photos. Magali Madison et Anthony Dupray ont visiblement beaucoup de plaisir à retrouver leur public de l'époque venu en nombre pour signer les posters et les CD.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor