Dans la luge d’Arthur Schopenhauer

Dans la luge d’Arthur Schopenhauer
De Yasmina Reza
Avec André Marcon
  • André Marcon
  • Jérôme Deschamps
  • Frédéric Bélier-Garcia
  • Yasmina Reza
  • La Scala
  • 13, boulevard de Strasbourg
  • 75010 Paris
  • Strasbourg Saint-Denis (l.4, l.8, l.9)
Itinéraire
Billets de 32,00 à 49,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Jouée dans le monde entier, l’oeuvre de Yasmina Reza ne cesse de séduire le public du théâtre et les amoureux de la littérature.

Depuis sa première pièce en 1987, Conversations après un enterrement, qui connut un succès immédiat, elle peaufine un style très singulier qui n’a d’autre but que de pourfendre, sur un mode aussi espiègle que lucide, la douleur et l’ennui, les deux meilleurs ennemis du bonheur humain que décrivait le philosophe allemand Schopenhauer dans Aphorismes sur la sagesse dans la vie. 

Dans la luge… est une nouvelle preuve de cet acharnement. Ici, Ariel Chipman est un universitaire qui a enseigné toute sa vie Spinoza, donc une vision optimiste de l’existence. Mais sa vie ordinaire a fini par le convaincre de la vanité de cette vision. Le voici donc entraîné « dans la luge de Schopenhauer » qui avait lui une vision pessimiste de notre humanité.

Un texte brillant de Yasmina Reza, servi par un quatuor de comédiens exceptionnels : Yasmina Reza elle-même, dans le rôle de Nadine Chipman, qui raconte à son ami Serge Othon Weil (Jérôme Deschamps) le triste état de son mari, Ariel Chipman (André Marcon) dont le sort est placé entre les mains d’une psychiatre (Christèle Tual, magnifique Frosine ce printemps dans L’Avare, de Molière, mis en scène par Ludovic Lagarde à L’Odéon-Théâtre de l’Europe).

Note rapide
7,5/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
50%
1 critique
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
9,5/10
4 0
... Captivante, hilarante et surprenante, une pièce d’excellence à voir sans hésiter.
2 nov. 2018
7,5/10
10 0
Surprenant et original spectacle que cette succession de « dialogues à deux », où l’un des protagonistes ne parle pas.

Cet art de philosopher sur des situations on ne peut plus anodines est assez particulier. Le texte autour de nos désillusions est inégal, parfois très commun, parfois très corrosif, mais pour le moins porté par de brillants acteurs, dont la délicieuse Mme Reza.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor