• Avignon
  • Espace Roseau Teinturiers
  • Avignon

Le Complexe de Dieu

Le Complexe de Dieu
  • Espace Roseau Teinturiers
  • 45, rue des Teinturiers
  • 84000 Avignon
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

L'histoire vraie du garçon qui ne voulait pas être une victime. Une pièce qui célèbre la résilience et le théâtre.

Matthias est un jeune comédien qui flirte avec les excès. Sa meilleure amie le pousse à affronter son passé d’enfant abusé. Mais n’est-ce pas dangereux quand certains secrets n’ont pas encore été déterrés ? Et si le théâtre devait lui montrer la voie ?

80

FESTIVAL D'AVIGNON 2023

AVIS DE LA REDACTION: 7,5/10.

Libérer la parole !

Ce qui touche le plus dans cette histoire d'abus au sein de l'église c'est le refus de ce jeune homme de se voir en victime. Histoire forte et vraie que nous raconte l'auteur Antony Puiraveaud sans pathos et c'est cela qui est formidable.

Un jeune comédien bloque sur une scène du "Tartuffe" en raison de ce qu'il a subi adolescent. Cette incapacité à jouer la scène et l'aide de sa meilleure amie vont le pousser à révéler son traumatisme et à entrer dans le processus de guérison.

Olivier Troyon, le jeune comédien qui endosse le rôle de Matthias est incroyable de retenue et de sobriété. Il nous a totalement convaincu.

La mise en scène rythmée et efficace de Jean Luc Voyeux, passant d'une époque à l'autre avec une grande fluidité ajoutée beaucoup à la réussite de ce spectacle.

François Ozon avait ouvert la voie avec " Grâce à Dieu". C'est en libérant la parole que les choses changent. C'est aussi le rôle des artistes de dénoncer. Le Complexe de Dieu participe à cette révolution et c'est tant mieux !!

Sylvie Tuffier.

Note rapide
8,2/10
pour 4 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
50%
1 critique
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
18 juil. 2023
7,5/10
1
Libérer la parole !

Ce qui touche le plus dans cette histoire d'abus au sein de l'église c'est le refus de ce jeune homme de se voir en victime.
Histoire forte et vraie que nous raconte l'auteur Antony Puiraveaud sans pathos et c'est cela qui est formidable.

Un jeune comédien bloque sur une scène du "Tartuffe" en raison de ce qu'il a subi adolescent.
Cette incapacité à jouer la scène et l'aide de sa meilleure amie vont le pousser à révéler son traumatisme et à entrer dans le processus de guérison.
Olivier Troyon, le jeune comédien qui endosse le rôle de Matthias est incroyable de retenue et de sobriété. Il nous a totalement convaincu.
La mise en scène rythmée et efficace de Jean Luc Voyeux, passant d'une époque à l'autre avec une grande fluidité ajoutée beaucoup à la réussite de ce spectacle.

François Ozon avait ouvert la voie avec " Grâce à Dieu".
C'est en libérant la parole que les choses changent.
C'est aussi le rôle des artistes de dénoncer.

Le Complexe de Dieu participe à cette révolution et c'est tant mieux !!
20 févr. 2022
7/10
4
Jean-Luc Voyeux dans une mise en scène simple et efficace nous confronte au témoignage d'un jeune homme face à son destin.

Matthias, issu d'un adultère de sa mère avec le père François et abusé pendant 2 ans par le père Gabriel ne peut pas avoir une vie tranquille. "Se faire culbuter par un curé c'est héréditaire". Il repousse sans cesse des limites jusqu'à ce qu'ils disent ce qu'il a vécu allant même porter plainte. La construction du texte mêle présent/passé, jouant avec les circonstances comme la répétition de la scène où Tartuffe tente dévoile de la belle Elmire. "Ah! pour être dévot, je n'en suis pas moins homme". Un parallèle judicieusement qui montre que cette question de l'intégrité des curés n'est pas récente. Le texte appuie vraiment sur le jeu psychologique qui se met en place entre flatterie et perversion : "tu pourras progresser avec moi", "dis donc tu sens bon", "il faut entretien le plaisir", "profite de moi"... Des paroles du prêtes pleines de double sens qui ont de quoi troubler et donner envie de vomir. Comment ne créer ainsi une culpabilité chez la personne abusée? 

Cette ingéniosité de présentation est poussé également dans le travail de lumière de Florian Guerbe comme dans la scène du tribunal où chaque comédien se met dans la lueur pour témoigner. Un jeu subtile qui permet de nous plonger au mieux du psychisme du personnage centrale. Ce dernier est tenu par Olivier Troyon qui joue en alternance avec Théo Dusoulié. Ils y mettent passion et fougue pour tenir le spectateur qui ne peut qu'être touché de tant de cruauté et de malhonnêteté. "Tu subis un tsunami d'émotions". Lucille Bobet ou Léonie Duédal, Anne-Cécile Crapie ou Béatrice Vincent, Jean-Marc Coudert ou Jean-Luc Voyeux chacun joue leur rôle pour mieux nous immerger dans ce récit qui pousse autant à la colère qu'à la tristesse. Comment tolérer la pression sexuel d'un religieux censé incarné une droiture qui ne devrait jamais être remise en cause. Encore une fois cela illustre que l'on préfère culpabilisé la victime et non le bourreau. On dénonce celui qui ose dire. Car ce qui n'est pas montré au grand jour n'existe pas. Faire un chèque en toute discrétion n'est pas résoudre un problème endémique et éthique. Cette claque pleine d'espoir rappelle le film "Spotlight", inspiré d'un fait réel, où des journalistes veulent dénoncer les abus dans l'église qui a subi beaucoup de pression pour garder l'omerta.
21 janv. 2022
10/10
7
« Le Complexe de Dieu » d’Antony Puiraveaud au théâtre Le Funambule Montmartre dans une mise en scène de Jean-Luc Voyeux interprétée par les comédiens de La Compagnie 172 est le témoignage d’un homme face à son destin.

Après avoir apprécié sa précédente pièce « Délivrés de famille » une comédie sociétale posant la question cruciale de la relation parents-enfants, l’auteur nous propose aujourd’hui le regard d’un homme sur son passé, qu’il affronte jusqu’à l’action ultime qui lui permettra de s’en délivrer, une histoire vécue. Une histoire de famille vue sous un autre angle.

La première et la dernière scène forment l’enveloppe de cette histoire.
Une mère adultère conçoit un enfant, un fils, Matthias, avec le père François, qui grandira le tourment de cette relation, les obligeant à partir sur les routes.
Un enfant dont le père l’aura élevé comme son fils…tout en étant éloigné…un fils qui grandira dans le conflit de ce moment d’égarement.

Matthias apparaît comme un jeune homme aux pulsions colériques, dévorant la vie par tous les bouts. Une soif de liberté nécessaire à sa survie qu’il vit dans son homosexualité.

Matthias à l’énergie débordante, rendue parfaitement par Olivier Troyon (que j’avais découvert dans Délivrés de famille) se présente sur les conseils de son amie Céline, son ex-colocataire, à une audition pour le rôle de Tartuffe.
Une énergie que devra canaliser le metteur en scène impressionné dans un premier temps par sa prestation.
Mais très vite lors des répétitions, le passé refait surface, paralysant le jeu de Matthias dans sa recherche du personnage.
La scène qu’il répète avec Céline (Tartuffe - Acte III scène 3), jouée tout en naturel, en sincérité par Léonie Duedal, tourne très vite au fiasco. Découvrant son passé d’adolescent abusé par un prêtre, le père Damien, elle lui conseille de se faire aider. Une requête qu’il envoie paître, pensant son travail de résilience effectué.
Une scène où il doit séduire Elvire, une scène que le metteur en scène, joué passionnément par Jean-Marc Coudert, voit comme un viol, le contact physique donnant tout le sens à sa mise en scène.
Cela réveille en Matthias les viols qu’il a lui-même subis entre ses 12 et 14 ans par le père Damien, un ami de la famille, interprété également tout en machiavélisme par Jean-Marc Coudert. Le jeu impuissant de Matthias l’oblige à confronter son passé qu’il pensait assumé.

Elvire : « La déclaration est tout à fait galante : mais elle est, à vrai dire, un peu surprenante.
Vous devriez, ce me semble, armer mieux votre sein, et raisonner un peu sur un pareil dessein. Un dévot comme vous, et que partout on nomme…
Tartuffe : Ah ! pour être dévot, je n’en suis pas moins homme, et lorsqu’on vient à voir vos célestes appas, un cœur se laisse prendre, et ne raisonne pas. »

Cette scène travaillée maintes fois pendant la pièce donne à elle seule tout le sens du conflit qui ronge de l’intérieur Matthias. Un Tartuffe qui fait croire à Elvire qu’en l’aimant, il aime l’œuvre parfaite de Dieu. Exactement comme le père Damien l’a fait croire à Matthias pendant ces deux années où il a été violé, légitimant ses actes. C’est tout le problème que rencontre aujourd’hui l’église avec entre autres ses prêtres pédophiles.
Des alexandrins qui s’interposent dans un récit poignant donnant une couleur salvatrice à cette répugnante histoire, dont la scène de la communion qui nous glace le sang.

Un sujet d’actualité qui n’a pas fini de parler de lui.
Pour donner consistance, de la vie, à ce récit l’auteur a choisi de nous le faire vivre en voyageant dans le temps avec des flash-back sur l’enfance de Matthias permettant de mieux appréhender le parcours de son travail de résilience. Un voyage permettant d’apprécier le jeu délicat, tout en nuances, de la mère, joué par Béatrice Vincent.
La mise en scène éclairée de Jean-Luc Voyeux (présent dans Délivrés de famille) assisté de Sylvain Causse, dans une scénographie minimaliste et les jeux de lumières de Florian Guerbe, permet de suivre la dramaturgie sans perdre le fil de l’histoire. Les costumes de Rose Muel appuient ce travail.

Une Eglise déconnectée de la réalité qui commence à prendre conscience des dommages causés, une pièce qui met parfaitement en lumière les traumatismes subis par ses ouailles, une pièce avec une fin qui donne espoir en l’Homme, dont Molière aura le dernier mot.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Émotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor