Stories

Stories
  • Casino de Paris
  • 16, rue de Clichy
  • 75009 Paris
  • Place de Clichy (l.2, l.13)
Itinéraire
Billets de 14,00 à 59,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Icare est un jeune acteur dont les films connaissent un franc succès. Dans l’ombre, il subit l’ascendance oppressante de son réalisateur. Après une dispute avec ce dernier, il se retrouve prisonnier du film qui le lie au cinéaste.

STORIES est le premier spectacle de la RB Dance Company, jeune compagnie créée par Romain Rachline Borgeaud qui mêle jazz urbain et claquettes.

En 2018, la RBDC est finaliste de l’émission « La France à un incroyable talent », on la retrouve en octobre 2019 sur l’émission « Dans avec les stars ».

Note rapide
7,5/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
67%
1 critique
Note de 8 à 10
33%
Toutes les critiques
7 févr. 2020
7,5/10
1
Première création originale de la RB Dance Company, STORIES est un spectacle de qualité.

Le public de la salle frétille, la compagnie est connue grâce à « Un incroyable talent » et les danseurs sont acclamés dès leur entrée. Mais ce n’est pas si évident de passer d’un passage télé de 5 minutes à une heure pleine de spectacle. Le talent de Romain Rachline Borgeaud réussit ce pari.

On assiste à une succession de tableaux, mêlant à la fois claquettes et jazz urbain. C’est un style chorégraphique très personnel et très original, incluant des numéros de claquettes modernes et bourrés d’énergie. On sent un vrai souci du détail et une réelle recherche de perfection sur l’ensemble du spectacle : les décors ingénieux servent parfaitement la scénographie ; les costumes et la création lumineuse sont soignés ; la partition musicale est spécialement composée pour le spectacle et même si elle est un brin monotone elle accompagne parfaitement l’ensemble. Les chorégraphies sont appliquées et on imagine l’énorme travail fourni pour ce spectacle. Beaucoup de talent et d’engagement de la part des danseurs. Un spectacle généreux.

On passe une heure très agréable en leur compagnie. Une énergie époustouflante pour cette belle performance
7,5/10
1
Alors ?
Stories, des histoires qui ne sont pas contées mais dansées avec une énergie affolante. De la salle d'un casino, à la rue sombre jusqu'au plateau de tournage, ici la frontière est très mince. Et pour cause, Icare est enfermé dans le film d'un réalisateur menaçant. Il faut avoir lu le synopsis pour en comprendre le fil conducteur. Mais malgré ça, l'ambiance suffit à entraîner le spectateur dans le tourbillon du jazz urbain et des claquettes. Le jeu de lumières (Alex Hardellet) impressionne par son rythme et une extrême précision avec les pas des danseurs.

Les changements de décor tourbillonnent également grâce à des mobiles montés sur roulettes. La scénographie (Frederica Mugnai) très aboutie sublime les multiples danses et mouvements. Les jeunes danseurs, de la RB Dance Company, se sont déjà faits connaître en participant à l'émission "La France a un incroyable talent" où ils ont été finalistes. La compagnie a été fondée par Romain Rachline Borgeaud qui signe un premier spectacle ambitieux.
28 janv. 2020
9/10
23
I comme Icare !
RB comme Rachline Borgeaud !

RRB, même, comme Romain Rachline Borgeaud, danseur et chorégraphe formé à l'école de danse Rosella Hightower de Cannes puis à la Alvin Ailey School de New-York, qui nous propose une remarquable première comédie musicale avec son groupe RB Dance company.

Cette compagnie, composée de tout jeunes artistes, participa en son temps à l'émission « La France a un incroyable talent », arrivant même en finale, pour vous situer le haut niveau de ces danseurs.

Stories est un spectacle qui mêle jazz urbain et claquettes.
Ici, pas de dialogues. Et ceci est un vrai challenge très réussi.
La trame narrative sera assurée par la chorégraphie ainsi que par les chansons et morceaux musicaux originaux.

Nous ne sommes jamais perdus, nous suivons parfaitement les aventures d'Icare, donc, un jeune acteur qui va subir l'emprise de plus en plus oppressante de son réalisateur. Il va se retrouver prisonnier du film qui le lie au cinéaste.
Bien des surprises vont nous être réservées.

Durant cette heure et quinze minutes, vont se succéder des tableaux très aboutis, qui tous, démontrent non seulement l'incroyable talent des danseurs, mais également et peut-être surtout leur incroyable travail !
Quelle énergie, quelle cohésion, quel ensemble se dégagent des chorégraphies du «patron ».

L'équilibre entre la danse à proprement parler et les claquettes est très judicieux.
Que ce soit en groupes ou en duos, les dix danseurs et danseuses « assurent grave » !

C'est un vrai plaisir de les voir évoluer, avec tant de facilité apparente, (et pourtant, que d'heures de difficile entraînement quotidien doit représenter tout ceci), mais aussi de rigueur et surtout de grâce.
Oui, une vraie grâce émerge de ce premier spectacle.
Une grâce naturelle. Rien ne semble forcé, ni surjoué.

Trois tableaux m'ont particulièrement enthousiasmé.

Tout d'abord, une scène dansée avec des valises comme accessoires.
Le casino est aussi très réussi : c'est peut-être la scène qui concentre le mieux toutes les compétences à la fois artistiques de l'équipe entière.

Et puis un duo mixte m'a également ravi : beaucoup d'émotion se dégage de cette très jolie scène. Le public ne s'y trompe pas : on aurait entendu alors une mouche voler dans la mythique salle du Casino de Paris.

De plus, cette comédie musicale nous démontre un goût très sûr de la part de l'équipe technique.

La scénographie remarquable, elle aussi, de Federica Mugnai, est basée sur le mouvement permanent et fluide de blocs avec ou sans escaliers, permettant des changements très rapides de décors et des tableaux dansés sur un deuxième niveau, plus en hauteur.
Les danseurs assurent eux-même les déplacements de ces éléments.

Il faut noter que Houdia Ponty, que les fidèles lecteurs de ce site connaissent bien, est assistante à la mise en scène.

Mention spéciale également à la création lumière d'Alex Hardellet.
Ici, pas de couleurs primaires, flashy et criardes, comme trop souvent...

Au contraire, nous avons droit à de belles teintes ocres, pourpres, en contre ou en latéral, avec beaucoup d'événements subtils et variés.
La programmation de la console MA Lighting a dû prendre énormément de temps !

Les costumes de Janie Loriault et Margaux Ponsard sont eux aussi de très bon goût, avec beaucoup de noir et blanc, référence cinématographique oblige, avec également un camaïeu de gris, sur lequel tranche une déclinaison de jolies tenues prune-bordeaux ou jaune moutarde.
Là encore, un goût très sûr.

A la – presque – fin du spectacle, Romain Rachline Borgeaud est venu nous dire sur scène avec beaucoup d'émotion dans la voix et des mots très touchants sa joie d'avoir pu produire un tel spectacle.
Les spectateurs ont alors pu découvrir la très belle humanité de ce jeune chorégraphe, promis assurément à une très belle et grande carrière.

Ce spectacle sera redonné notamment les 12 et 13 mars prochains, toujours au Casino de Paris.
Si vous aimez les comédies musicales originales et très réussies, ne manquez surtout pas Stories !

Quant à moi, j'attends déjà avec impatience le deuxième spectacle de la RB Dance Company !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Originalité
Talent des artistes
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor